TUI Fly Belgium modernise sa flotte avec le tout nouveau Boeing 737 Max

HF-TUIMAX-2018-02-00

Brussels Airport, le 30 janvier 2018. Un peu avant midi atterrissait à l’aéroport de Bruxelles le tout nouveau Boeing 737 Max 8 bleu et blanc de TUI Fly Belgium. Parti la veille de Seattle (sur la côte ouest des Etats-Unis) à 16h11 locale après sa réception à l’usine de Boeing à Boeing Field et profitant de vents favorables, le Boeing, immatriculé bien à propos OO-MAX et baptisé du nom « Ténérife Alegria », a rejoint d’une traite Bruxelles sans escale (soit 8500 km) avec 40 invités à bord.

Premier atterrissage à Bruxelles du nouveau Boeing 737 Max 8 OO-MAX de TUI Fly.be le 30 janvier (Photo : Giovanni Verbeeck)
Le soleil et les pompiers étaient au rendez-vous (Photo : Robert Verhegghen)

Après s’être posé sur la piste 25R, l’avion a rejoint le grand hangar de TUI salué comme de coutume par les jets d’eau des pompiers de l’aéroport. Dès le 6 février il entamera sa carrière avec un premier vol commercial sur Ténériffe et sera déployé aussi sur d’autres destinations jusqu’en Egypte. 15 nouvelles lignes ont été annoncées par l’ex JetAir Fly au départ des différents aéroports belges et ces appareils contribueront à ce développement.

Le commandant André Berger, un pilote heureux après le long vol depuis Seattle (Photo : Robert Verhegghen)
OO-MAX (Photo : Robert Verhegghen)
Nom de baptême « Ténérife Alegria » (Photo : Robert Verhegghen)

Un grand pas technologique
Le dernier né de la famille Boeing est la suite d’une longue lignée de versions du Boeing 737dont plus de 10.000 exemplaires ont déjà été vendus de par le monde depuis sa conception à la fin des années soixante. Cette dernière version, déjà commandée par de nombreuses compagnies, présente des améliorations majeures en termes de consommation de carburant et de nuisances sonores. Il répond ainsi aux préoccupations écologiques majeures actuelles des compagnies et des aéroports et concurrence l’Airbus A320 Neo de même catégorie.

Le nouveau moteur LEAPB 1-B de CFM International particulièrement performant (Photo : Robert Verhegghen)
La découpe très particulière des fuseaux moteurs contribue à la réduction du bruit (Photo : Robert Verhegghen)

Actuellement produit à raison de 47 exemplaires par mois (porté à 52 dans les mois à venir) le 737 Max se distingue de son prédécesseur le 737 NG (pour Next Génération), nom donné aux 737 de la troisième génération produite depuis 1996) par son nouveau moteur LEAPB 1-B de CFM International, par des doubles ailettes de bout d’ailes (winglets) et un cône de queue redessiné. Ces modifications apportent une baisse significative de la consommation de carburant estimée à 14%, tout bénéfice tant en termes économiques que d’empreinte écologique. De pair avec un « redesign » des capots des moteurs, ces changements apportent aussi une réduction de bruit de l’ordre de 40%. L’ergonomie du cockpit a également été améliorée avec de larges écrans multifonctions diminuant la charge de travail de l’équipage surtout lors des phases critiques de décollage et d’atterrissage. Les systèmes électroniques permettent l’envoi en temps réel de paramètres de vol et d’indications techniques facilitant les interventions de maintenance. Le confort des passagers se voit également amélioré par une cabine plus lumineuse et silencieuse et des compartiments à bagages plus grands.

Les « winglets » à doubles ailettes génèrent une poussée supplémentaire et réduisent la trainée (Photo : Robert Verhegghen)
Autre amélioration aérodynamique sur le Max, le cône de queue a été redessiné (Photo : Robert Verhegghen)

Une première
La compagnie belge est la première à mettre en service le Max dans le groupe TUI. Les quatre avions MAX neufs et un Boeing 787-8 Dreamliner d’occasion qui seront livrés cette année ramèneront à 7 ans l’âge moyen de la flotte (qui compte aujourd’hui 28 avions soit 1 Boeing 737 Max 8, 21 Boeing 737-700 et 800 NG, 1 B 767-300, 1 B 787- 8 et 4 Embraer E- jet E 190). Ceci en fait la flotte la plus jeune des compagnies belges. Le MAX a une autonomie de 6500kms en pleine charge ce qui lui permet de faire un aller-retour Bruxelles-Canaries sans ravitaillement et augmente d’autant la disponibilité de l’appareil.

Le cockpit « high tech » et ses grands écrans multifonctions (Photo : Robert Verhegghen) 
Une nouvelle cabine plus lumineuse et silencieuse ajoute au confort des passagers (Photo : Robert Verhegghen)

Un atout pour TUI, Brussels Airport et les riverains
C’est donc avec une grande fierté que TUI Fly.be avait convié la presse pour la présentation de ce dernier né de sa flotte dont l’acquisition de quatre exemplaires s’inscrit dans une commande plus globale du groupe TUI de 70 appareils à un prix unitaire estimé à 50 millions de dollars. Ces avions ont fait l’objet d’une opération financièrement avantageuse de « sale and lease-back » avec une compagnie de leasing japonaise.

Devant un parterre d’invités ce fut l’occasion pour Fritz Joussen le CEO de TUI Group (qui avait fait le déplacement depuis l’Allemagne), Elie Bruyninckx, patron de TUI Western Region, Toon Vaessens chef pilote et instructeur B 737 ainsi qu’Arnaud Feist, le CEO de Brussels Airport de mettre en valeur toute l’importance de l’arrivée de ces avions de nouvelle génération en termes d’empreinte écologique. La saga autour du survol de Bruxelles a mis en évidence l’importance de l’aspect sonore notamment en rapport avec les amendes en cas de dépassement des normes de bruit lors des décollages depuis Brussels Airport entre 6h00 et 7h00. Pour le CEO de TUI Fly Belgium, Gunther Hofman, le 737 MAX est d’une importance stratégique pour TUI. Avec ce nouvel avion la compagnie ne devrait plus dépasser les normes de bruit. Et le groupe de considérer qu’opérer avec une flotte plus favorable à l’environnement donnera un avantage vis-à-vis des aéroports qui manquent de capacité, les slots étant amenés à être attribués sur la base de critères tels que la pollution sonore et environnementale. Le nouveau modèle est déjà en-dessous des limites de bruit avant d’atteindre le premier appareil de mesure de la Région bruxelloise (de quoi réjouir dans l’assemblée Ingrid Holemans le bourgmestre de Zaventem qui arborait un large sourire). Cerise sur le gâteau, l’arrivée des nouveaux avions devrait favoriser la création de 144 emplois plein temps en pilotes, équipage et techniciens pour une compagnie qui compte déjà 1200 personnes employées.

« Welcome aboard » avec le sourire TUI ! (Photo : Robert Verhegghen)

Robert Verhegghen
Photos : Giovanni Verbeeck et Robert Verhegghen

Bob Verhegghen

Bob Verhegghen

Né au Congo en janvier 1952. Passionné d’avions militaires et de maquettes dès mon plus jeune âge. Auteur de nombreux articles historiques et ou de maquettisme sur la force Aérienne dans diverses revues et dans la revue KIT de l’IPMS Belgium. J’ai un intérêt particulier pour les planeurs anciens, la Force Aérienne d’après-guerre et les T-6, (R) F-84F, et Mirage. J’ai le soucis de l’exactitude et du détail pour mes maquettes. Pilote de planeur depuis 1977, instructeur avec près de 900 heures de vol je suis l’heureux copropriétaire de l’ASK-13 ex PL-66 des Cadets de l’Air (aujourd’hui D-3438) basé à Temploux.

Deze website maakt gebruik van cookies om uw gebruikservaring te optimaliseren. Door verder te surfen, stemt u in met ons Privacy & Cookie beleid. Accepteren Lees meer