30 ans et même beaucoup plus, ils planent toujours aussi bien … Le Vintage Glider Rally 2018

112018-Stendal-1

Stendal, RFA, le 28 juillet 2018. Chaque année avec des amis de mon club CAP Vol à Voile (http://vincentl84.wixsite.com/capvv/le-vol-a-voile), nous partons à l’étranger. Cela nous permet de voler en dehors des contraintes que nous connaissons avec les limites en hauteur de la TMA de Charleroi-Brussels South Airport. Le tout est de trouver la bonne plateforme tant au point de vue espace aérien mais aussi des conditions météorologiques favorables au vol en planeur. Etant aussi membres des « Faucheurs de marguerites » (http://faucheurs.be/Vintage.html) qui regroupe les passionnés de planeurs anciens, nous jetons notre dévolu sur l’« International Vintage Glider Rally » (www.vintagegliderclub.org) qui a lieu cette année en Allemagne. Nous voilà donc partis avec deux planeurs et quatre pilotes vers Stendal à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Berlin. Sont de la partie André, Jean-louis et Pierre avec notre ASK-13 le D-3438 (ex PL-66 des Cadets de l’Air) et le KA6E D-9655, deux planeurs plus que trentenaires. Nous y rejoignons Firmin Henrard, le fondateur -président des Faucheurs, un grand habitué de ce genre de rassemblement et qui y vient avec son Nord 2000 OO-ZHQ.

Stendal au nord de Magdebourg, capitale de l’Altmark vue depuis notre ASK-13.
Firmin prend la pose dans le Schleicher Ka6E D-9655 de Pierre.
Le SNCAN Nord 2000 OO- ZHQ de Firmin au-dessus de l’Elbe, dont le niveau d’eau est très bas cet été.

Le Vintage Glider Club (VGC)
Chaque année a lieu le rallye international du Vintage Glider Club qui rassemble près d’une centaine de planeurs anciens. C’est avec cet esprit « air minded » qui les caractérise que des vélivoles d’outre-manche, passionnés de planeurs anciens, sous l’impulsion du visionnaire Chris Wills, décident il y a 45 ans de créer le VGC. Leur but est de maintenir et préserver le riche patrimoine du vol sans moteur et d’unir leurs efforts afin de maintenir en état de vol le maximum de planeurs anciens pour les générations futures. A cette époque en Angleterre comme partout ailleurs, il n’y a que très peu d’intérêt du public, même des musées, pour les planeurs anciens. De plus ils doivent faire face à l’arrivée des premières machines en matériaux composites et sont souvent relégués au fond des hangars devenant des cibles idéales d’approvisionnement en bois pour les BBQ de saison. En 1973 un premier rassemblement de 23 planeurs dont quelques-uns venus d’Allemagne et de Suisse est organisé au Coventry Gliding Club à Husbands-Bosworth. C’est le début d’une belle aventure et le VGC prend son essor pour arriver aujourd’hui à rassembler plus de 900 membres passionnés non seulement en Europe mais aussi aux USA jusqu’aux antipodes. Grace aux efforts de ces passionnés (auxquels se sont joints aussi de nombreux aéromodélistes) des archives inestimables sont sauvées et de nombreux planeurs anciens échappent à la destruction. En 1981 des passionnés belges sous l’impulsion de Firmin Henrard créent les Faucheurs de Marguerite une association de propriétaires et amateurs de planeurs anciens. Poursuivant le même but que le VGC, elle y adhère et devient le représentant belge au Comité International sous le nom de Belgian Veteran Glider Club (VGC).

La fine équipe, Pierre, André et Jean-louis devant notre ASK-13 D-3438.
L’ancienne base soviétique de Stendal-Borstel avec sa piste de 2 kilomètres. A gauche les décollages au treuil, à droite les remorqués.

Stendal Borstel, un lieu chargé d’histoire
Cette année c’est l’Aero Club Stendal e.V qui organise le VGC International Rally. Stendal est une ville hanséatique de 41.000 habitants au cœur de l’Altmark qui a une histoire millénaire. A 50 kms environ au nord de Magdebourg sur la route de Berlin, elle est à quelques kilomètres de l’Elbe qui a contribué à sa prospérité passée. L’aérodrome de Stendal-Borstel (EDOV) est inauguré en 1934 et deux ans plus tard y sont formées les premières troupes aéroportées qui s’illustreront e. a. sur Eben-Emael. Sur la route des raids alliés vers Berlin, Stendal était un nid de frelons abritant jusqu’à 150 chasseurs de nuit ou de jour affectés à la défense du IIIème Reich. On y retrouve encore les trois grands hangars de cette époque. Ils sont très particuliers dans leur conception et ils servent toujours. Ils ont échappé à la destruction malgré les bombardements.

Les hangars datant de la création des unités aéroportées de la Luftwaffe en 1936, d’où leur hauteur.
Il y a de la place dans ces hangars. Notez la structure métallique recouverte de plaques de béton, c’est du solide!
Le patron de l’aérodrome est un ancien pilote de Mig 21 de la DDR très sympathique avec qui il est intéressant d’échanger sur cet avion. Il a tout fait pour conserver un biplace sur lequel il a volé il y a trente ans et qui trône devant la tour de contrôle.
Le niveau de restauration des planeurs est magnifique. Ici le cockpit d’un Minimoa. L’instrumentation est très basique.

Le terrain a été capturé par l’US Army le 13 avril 1945. Intégré dans la zone d’occupation soviétique telle que définie par les accords de Yalta au cours de l’été 1945, il a été utilisé pour rassembler des prisonniers de guerre. Il est remis en service par après par l’aviation soviétique qui y construit une piste de deux kilomètres, des taxiways et tarmacs ainsi que de nombreux bâtiments. Se succèdent au cours des années des chasseurs, des unités de remorquage de cibles, des régiments d’assaut, des avions de reconnaissance, des hélicoptères de combat et même des drones jusqu’au retrait définitif en 1994 des dernières garnisons soviétiques de la ville (qui ont compté jusqu’à 10.000 personnes!), l’aérodrome ayant cessé d’être opérationnel dès juillet 1992. Aujourd’hui le terrain de Borstel est devenu un aéroport régional qui sera en 2020 l’hôte des championnats du monde de vol à voile.

L’endroit semble donc tout indiqué pour y recevoir une centaine de planeurs anciens et leurs pilotes et accompagnants. Nous ne serons pas déçus car l’ambiance est excellente, l’organisation à la hauteur et l’espace aérien sans contraintes avec des conditions météorologiques avenantes.

10 jours de plaisir
Le 30 juillet le rally est officiellement ouvert avec un briefing général et toutes les consignes d’usage, qui seront répétées journellement avec la météo au briefing matinal.

L’ULM Comco Ikarus C42c de construction allemande sert de remorqueur. Avec ses 100CV il sera un peu limite certains jours avec les gros biplaces.
Un Slingsby T-50 Skylark 4 de 1955. A l’arrière-plan un Bocian et un Bergfalcke.
Firmin commence fort avec une « vache » à quelques encablures de la piste.
Soirée internationale, bières et fromages d’abbaye belges ont du succès. Votre serviteur avec Jean-Louis et Firmin.

De très nombreux participants sont déjà sur place et les remontages des planeurs sont en cours. A part un ou deux qui semblent perdus au milieu des ancêtres, pas un seul planeur « plastique » en vue. Ce rallye mérite bien son qualificatif « international »: 20 nationalités sont représentées avec bien sûr des allemands, de nombreux britanniques et hollandais, pas mal de danois, quelques français, des finlandais, des italiens, des suisses, et des tchèques, polonais, slovaques, hongrois, roumains. Il n’y malheureusement pas de vélivoles belges néerlandophones cette année. Une famille américaine a même fait le déplacement et volera avec des planeurs prêtés, idem pour des sud- coréens. Beaucoup sont manifestement des habitués. Les machines présentes sont superbes: de nombreux Grunau Baby, des Minimoas, des Olympia Meise, DFS Kranich II ou III, Slingsby, un rare Rhönsperber et autres engins moins ou pas connus. La liste des modèles est trop longue pour être citée ou illustrée. Beaucoup datent d’avant la guerre. Un point commun, ils sont « bichonnés » par leur propriétaire.

Certains pilotes sont parfois un peu gênants car il est fréquent d’en rencontrer quelques-uns en circuit d’atterrissage, souvent les gros biplaces Slingsby T-21 Sedbergh partis au treuil, qui spiralent encore lentement à 100m de hauteur « au milieu du jeu de quilles » espérant raccrocher la pompe qui sauvera leur vol. Ici un qui rentre « court ».
Le DFS Rhönsperber en vol. Il date de 1936! Les éoliennes ne manquent pas dans la région.
Une réplique datant de 2017 du EL2-M Sedy Vlk. Conçu à Rana en Tchéquie en 1933.

Les mises en l’air auront lieu soit au treuil soit en remorqué avec des ULM que l’on ne connait que très peu en Belgique. Durant 10 jours, le beau temps et les températures supérieures à 30° règneront sur cette plaine comme partout en Europe. Avec du thermique « sec » (sans nuages cumuliformes tant il fait sec et chaud) les plafonds sont pratiquement tous les jours de près de 2.000 mètres, quelques fois 3.000 mètres. Les vols de durée sont bien sûr nombreux. Cela n’empêchera pas Firmin de faire une vache à moins d’un kilomètre du seuil de piste car si cela « pompe » très fort avec des ascendances de plus de 5m/sec, cela « dégueule » tout autant et on peut se faire surprendre très vite.

Un des nombreux Grunau Baby présents. Ici un hollandais le PH-190 de 1938.
 Slingsby Falcon 1, So British….
Ce planeur mythique, un Göppingen Go 3 Minimoa britannique, date de 1938.

C’est un spectacle magnifique de voir tous ces planeurs anciens en vol. On rencontre à 2.000 mètres des pilotes casqués de cuir et lunettes, la tête dans le vent, l’écharpe au cou dans de frêles engins parfois seulement équipés d’un indicateur de vitesse et d’un altimètre et spiralant très lentement presque sur place. On se croirait par moments dans un aquarium entouré de petits poissons de toutes les couleurs et il faut être particulièrement vigilant. Avec la chaleur, l’air est brumeux et la luminosité pour les photos en vol est loin d’être optimale, hélas. Le rally c’est aussi la convivialité avec des rencontres, des évènements organisés comme la soirée internationale ou chaque pays se met en avant avec ses spécialités culinaires, l’occasion de goûter vins, bières, charcuteries ou autres mets. Le pays hôte organise aussi sa soirée et nos amis allemands ont mis les petits plats dans les grands avec un buffet somptueux et concert de jazz par un excellent orchestre de l’école de musique de Stendal. Une journée à Berlin, ville fascinante, nous permettra de souffler un peu entre les journées de vol qui se succèdent dans la chaleur de cet été magnifique.

Le Moswey 3 suisse aux ailes de mouette dont la conception remonte à 1943.
Une rareté, un Lom 57 Libelle ex Allemagne de l’Est de 1959, toujours dans ses couleurs originales.
Une réplique datant de 1984 du Rubik R-11b Cimbora hongrois conçu en 1940. Les originaux (sauf un soit 59 machines!) ont été détruits volontairement lors de l’occupation soviétique.
Un Wolf Hirth Doppelraab VI allemand, planeur d’écolage des années cinquante (1953) ou l’instructeur tient le manche par-dessus des épaules de l’élève!
Un Slingsby T-21 Sedbergh en vol, très populaire au VGC.
Un Olympia Meise original, préservé en Angleterre, en schéma de la NFSK nazie d’avant 1940. Les croix gammées étant interdites en RFA , elles sont transformées avec des tapes.

Un beau bilan
Le 9 août le rallye se clôture avec un bilan impressionnant: plus de 200 participants dont 128 pilotes, 82 planeurs, près de 500 treuillées, 200 remorqués. Sans aucun doute de très nombreuses heures de vol sont accomplies (non comptabilisées) mais il y a peu de circuits réalisés. Pour notre petit groupe belge, une belle expérience et de nombreuses heures de vol dans un environnement différent de celui que nous connaissons dans notre espace aérien particulièrement restrictif. Le prochain rally du VGC aura lieu en août 2019 en Angleterre. Un rallye du VGC fut organisé en Belgique en juillet 1990 par le club de Keiheuvel et les Faucheurs en juillet 1990 et rassembla 91 planeurs et de nombreux participants. En reverra-t-on un autre dans notre beau pays un jour?

Notre ASk-13 D-3438. C’est l’ancien PL-66 des cadets de l’Air de Belgique, d’où la cocarde sur la dérive.

Robert Verhegghen
Photos: P. Pochet, R. Verhegghen

 

Bob Verhegghen

Bob Verhegghen

Né au Congo en janvier 1952. Passionné d’avions militaires et de maquettes dès mon plus jeune âge. Auteur de nombreux articles historiques et ou de maquettisme sur la force Aérienne dans diverses revues et dans la revue KIT de l’IPMS Belgium. J’ai un intérêt particulier pour les planeurs anciens, la Force Aérienne d’après-guerre et les T-6, (R) F-84F, et Mirage. J’ai le soucis de l’exactitude et du détail pour mes maquettes. Pilote de planeur depuis 1977, instructeur avec près de 900 heures de vol je suis l’heureux copropriétaire de l’ASK-13 ex PL-66 des Cadets de l’Air (aujourd’hui D-3438) basé à Temploux.

Deze website maakt gebruik van cookies om uw gebruikservaring te optimaliseren. Door verder te surfen, stemt u in met ons Privacy & Cookie beleid. Accepteren Lees meer