Chalair Dakota Air Tour

20160921_DAK_05_VIG.JPG

Deurne, le 21 septembre 2016. Il nous l’avait promis en mars dernier lors de la conférence de presse annonçant l’arrivée de la compagnie aérienne régionale française Chalair à Anvers : « son » DC-3 visiterait la ville portuaire en septembre.

Atterrissage parfait pour un « tail-wheel », le F-AOX se pose à Deurne.

Alain Battisti, Président-Directeur-Général de Chalair, est aussi un passionné d’avions historiques et il a décidé de fêter dignement le trentième anniversaire de Chalair en organisant le « Dakota Air Tour », un circuit aérien pour présenter le DC-3 F-AZOX aux différentes escales de sa compagnie du 14 au 23 septembre 2016.

Alain Battisti, CEO de Chalair, présente le DC-3 à Marcel Buelens, CEO de Aegis, exploitant de l’aéroport d’Anvers.

Il a débuté son périple le 13 septembre en volant de Melun et Brest, bientôt suivi d’une succession d’escales, rejoignant Anvers au départ de Metz-Nancy le 21 septembre. Et le lendemain, départ pour Rennes (le 22), et enfin le retour à Caen pour le week-end. A chaque escale, une réception-conférence est organisée en collaboration avec les autorités aéroportuaires locales pour les agents de voyages, les partenaires de la compagnie et la presse et permet une visite de l’appareil.

Les différentes escales du Dakota Air Tour entre le 14 et le 23 septembre 2016. (Photo : Chalair)

Chalair : déjà trente ans !

Chalair est créée en octobre 1986, à l’initiative de Philippe Lebaron, à l’époque pilote chez Britair, et débute une activité de taxi aérien avec un Cessna 310 bimoteur non-pressurisé. Son activité principale est alors le taxi aérien. Le Beech King Air bi-turbopropulseur et pressurisé remplace rapidement le petit Cessna. Il est suivi par l’arrivée d’un Fairchild-Swearingen Metroliner qui permet au début des années nonante de démarrer une première ligne régulière Caen-Lyon. Le réseau s’étoffe au fil des ans, tout en continuant les activités « aviation d’affaires » et en opérant également une diversification d’activités en outre-mer.

Mais la crise du transport aérien qui suit les attentats du 11 septembre 2001 a un impact dramatique sur le transport aérien, et Chalair doit réduire fortement la voilure, passant en quelques mois de quatorze à quatre avions avec arrêt de nombreuses lignes.

Fin 2003 la compagnie est rachetée par Alain Battisti qui insuffle une dynamique de redéveloppement indispensable et s’appuie sur un noyau de compétences exceptionnelles et une forte motivation du personnel. Symbole de ce renouveau, un premier Beechcraft 1900 est introduit en 2004 et permet l’ouverture d’une ligne Deauville-Londres. Suivront de nouvelles liaisons régionales, d’abord sous franchise Airlinair, puis à partir de 2010 en partenariat commercial direct avec Air France.

Le présent croise le passé : le Beech 1900 de Chalair arrive de Hambourg et croise son ancêtre sur le tarmac anversois. 

L’arrivée de Chalair à Anvers en avril 2016 résulte de l’abandon par VLM en février 2016 de sa liaison vers Genève. La compagnie française opère dès le 4 avril 2016 deux vols par jour en semaine, mais ne réussit pas à rentabiliser cette ligne. La faillite de VLM fin juin lui donne l’opportunité d’un changement de destination et Hambourg est désormais opéré deux fois par jour au départ d’Anvers depuis le 29 août 2016. Chalair souhaite continuer ses activités sur Anvers et espère les développer dans les prochains mois, soit en portant la fréquence sur Hambourg à 3 vols par jour (si la demande le justifie), soit en étudiant de nouvelles destinations.

La flotte actuelle de Chalair de compose de 7 Beech 1900, 2 Beech King Air 200, 3 ATR-72 et 1 ATR-42.

Un « Dakota pour la Normandie »

C’est en 2009 qu’Alain Battisti rencontre « son » DC-3. Abandonné depuis 2001 sur l’aéroport de Dinard, le F-GIDK est en piteux état. Il se lance dans l’aventure pour le sauver du ferraillage et crée avec une poignée de passionnés bénévoles l’association « Un Dakota pour la Normandie », qui bénéficie du soutien financier et logistique de Chalair. Au cours de l’hiver 2009, l’avion fait l’objet d’une remise en état de vol, qui nécessite plusieurs mois de travaux intensifs, comprenant le démontage complet des deux ailes, le traitement de la corrosion, le remplacement d’un moteur et son réaménagement intérieur. Il est ré-immatriculé dans la catégorie « avions historiques » sous les marques F-AZOX au printemps 2010.

Magnifiquement restauré et entretenu, le Dakota F-AZOX arbore fièrement les couleurs de son sponsor principal, Chalair.

Construit à Oklahoma City comme C-47B-35-DK avec le double numéro de construction 16604-33352, il est livré à l’USAAF en mai 1945 avec le serial 44-77020, mais est transféré dès début juin 1945 à la Royal Air Force qui lui alloue le serial KN655 et l’utilise jusqu’en juin 1946, date de son transfert à la Royal Canadian Air Force, sous le serial RCAF1000. Il est utilisé comme avion de transport VIP au sein du RCAF 9 Transport Group, basé à Rockliffe. Il transportera d’ailleurs la Reine d’Angleterre lors de sa visite au Canada. Ré-immatriculé 12965 en juin 1970, il reste en service à la RCAF jusque fin 1974. Proposé à la vente, il est acquis par Eclipse Consultants et immatriculé C-GGJH en juin 1975. Il est ré-immatriculé C-GSCC par Skycraft Air Transport en novembre 1979, puis utilisé par Ilford-Riverton Airways (août 1981), et Northland Air Manitoba en 1986. Exporté vers la France, il est immatriculé F-GIAZ au nom de Air Dakota à Pontoise et livré en mars 1991. Ré-immatriculé F-GIDK en juin 1992 au nom de Stevens Editions il portera le nom de « Susan Holmes » en hommage à ce personnage de la bande dessinée Buck Danny. Il était destiné à être utilisé dans le cadre de l’émission Okabomgo de Nicolas Hulot, mais ce projet ne se réalise pas et l’avion est abandonné à Dinard où il dépérit avant d’être sauvé par Alain Battisti.

Franck Dumont, ingénieur aéronautique chez SAFRAN, est le responsable de l’entretien de « Un Dakota pour la Normandie », et nous montre le cockpit de ce bel avion.

Cet avion historique est régulièrement présenté en meetings aériens, notamment à La Ferté Alais, et est aussi utilisé lors de tournages de films. Il a notamment participé en 2014 aux commémorations des soixante ans du Débarquement en Normandie.

L’équipe de l’association « Dakota sur la Normandie » se compose d’Alain Battisti (Président), Gilles Aubin (responsable logistique), Alex Valat (responsable des opérations, chef-pilote et instructeur), Franck Dumont (ingénieur aéronautique, en charge de l’entretien).

Magnifiquement restauré et entretenu, le F-AZOX est aménagé en 22 sièges en cuir avec superbes tables en boiseries en loupe d’orme.

Intérieur VIP en cuir et boiseries en loupe d’orme.

La visite de ce DC-3 à Anvers rappelle de lointains souvenirs (les années septante) lorsque l’aéroport était la base d’une flotte imposante de Dakotas opérés par Delta Air Transport et recevait la visite quotidienne d’un C-47 anglais de Skyways Air Cargo.

Photographié en août 1971 à Deurne, le DC-3C OO-GVG (c/n 43090) aux couleurs oranges de la Delta Air Transport, qui utilisa de nombreux Dakota aux tous débuts des années septante.

La sympathique initiative de la direction de Chalair de faire le lien entre sa présence en tant que compagnie aérienne active à Anvers et un avion aussi emblématique que le DC-3 a réuni les professionnels actifs sur ce bel aéroport et aussi les passionnés.

Garé face à la tour de contrôle anversoise,le F-AZOX arbore sur ses ailes les fameuses « invasion stripes » (bandes noires et blanches en alternance) permettant d’identifier facilement les avions alliés lors du débarquement de Normandie, préparé dès le 5 juin 1944 par le largage de parachutistes et le remorquage de planeurs d’assaut réalisés par des centaines de C-47.

Guy Viselé

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Guy Viselé

Guy Viselé

Pilote privé et Lieutenant-Colonel de Réserve de la Force Aérienne Belge, mais avant tout passionné d'aviation, il débute sa carrière chez Publi Air. Il passe ensuite vingt ans chez Abelag Aviation où il termine comme Executive Vice-President. Après dix ans comme porte-parole de Belgocontrol, il devient consultant pour l’EBAA (European Business Aviation Association). Journaliste free-lance depuis toujours, il a collaboré à la plupart des revues d'aviation belges, et a rejoint Hangar Flying en 2010.

Deze website maakt gebruik van cookies om uw gebruikservaring te optimaliseren. Door verder te surfen, stemt u in met ons Privacy & Cookie beleid. Accepteren Lees meer