Seaking, triple ban pour un beau bilan

201604SK01_TBR

Coxyde, le 2 mars 2016. Le Lieutenant-colonel Aviateur Cuppens, patron de la base de Coxyde, et le Major Aviateur Vandenbroucke, ancien CO (Commanding Officer) de la 40ème escadrille présentent les faits saillants qui ont jalonné la longue carrière opérationnelle du Seaking actif au large de la côte depuis près de quarante ans.

Activité fébrile devant le hangar de la maintenance de la 40ème escadrille SAR où le Seaking RS05 se prépare à voler tandis que l’Alouette III M-2 de l’ex flight héli de la Marine vient de décoller.

Un éloquent bilan
Les cinq appareils en dotation à l’escadrille arrivèrent fin 1976 à Coxyde au terme d’un convoyage groupé depuis la base anglaise de Culdrose où les équipages avaient subi leur formation. Près de quatre décennies plus tard, l’ensemble des Seaking a atteint, début mars 2016, le chiffre impressionnant de 58.000 heures de vol. A l’heure actuelle, seuls trois hélicoptères sont encore opérationnels, soit les RS02, RS04 et RS05. En effet, le RS01 a été convoyé en vol jusqu’à la section air du Musée Royal de l’Armée et s’est posé sur l’esplanade du Cinquantenaire le 17 décembre 2008. Arrivé à bout de potentiel, le RS03 a été retiré du service actif à l’issue de son dernier vol le 29 août 2013 et est à présent remisé sous cocon dans le hangar de la maintenance de la 40ème escadrille. La relève, soit le premier NH90 NFH a été perçu au printemps 2014, mais durant la période de conversion des équipages, le Seaking maintenait l’alerte SAR (Search and Rescue) et devait être sur la brèche, conjointement à son successeur, jusque fin 2016. Des retards techniques dans l’installation de systèmes opérationnels chez les nouveaux venus exigent que les Seaking maintiennent leurs activités jusque fin 2018. C’est, entre autres, la raison pour laquelle la Composante Air de la Défense a acheté d’occasion un Seaking de la Royal Air Force (immatriculé ZH542, ex squadron 22, arrivé en vol à Coxyde le 24 novembre 2015) en vue d’être démonté pour en faire des pièces de rechange, les Seaking belges en étant gourmands, vu leur grand âge et leurs nombreuses années en opérations.

Des statistiques éloquentes arrêtées à fin février 2016 :

SeakingTotal heures de volScrambles (décollages en alerte)
RS0110.585H39’523
RS0212.000H46′694
RS0311.851H46′618
RS0411.950H25′680
RS0511.623H40′670
Total58.012H17’3.185

De nombreux exploits, souvent spectaculaires
Le sauvetage en mer (SAMAR) représente l’essentiel des missions (pratiquement trois sur quatre) des Seaking de la 40ème escadrille qui effectuent également de fréquentes interventions de secours à l’intérieur des terres (SATER), de même que des vols d’évacuation médicale (MEDEVAC) et, de façon exceptionnelle, des vols d’aide aux victimes en cas de catastrophe frappant la nation.

Rotors tournant, le RS05 parcourt la check-list avec l’aide du pistard (ground crew) qui communique par gestes convenus avec les pilotes.

La mémoire collective des Belges se souvient de la catastrophe majeure survenue lorsque le ferry-boat « Herald of Fred Enterprise » a chaviré en rade du port de Zeebruges le 6 mars 1987. Trois Seaking se sont relayés pour porter secours aux naufragés, accomplissant 22 heures 56 minutes de vol et permettant le sauvetage de vingt-huit personnes des eaux glacées de la Mer du Nord. Cette prestation exceptionnelle des équipages de la 40ème escadrille leur a valu le prix Tissandier pour faits héroïques dans l’aviation décerné par la FAI (Fédération Aéronautique Internationale) en 1987.

Les moteurs chauffés et testés, les freins sont lâchés et le Seaking RS05 toujours revêtu de la livrée spéciale « 25 ans de Seaking à la Force Aérienne » (anniversaire célébré en 2001) roule vers la piste 29.

Parmi l’éventail des missions hors du commun présenté par l’escadrille figure l’intervention lors de l’incendie de l’hôtel Switel à Anvers le 1er janvier 1995. La mise en oeuvre rapide de deux Seaking a permis d’arracher douze personnes aux flammes et de les transporter dans des hôpitaux prodiguant des soins aux grands brûlés. Un scénario fort similaire s’est déroulé le 1er janvier 2001 avec l’incendie d’un café à Volendam aux Pays-Bas. Bien que victimes du feu, dix-huit personnes ont pu éviter l’issue fatale grâce à leur transport en urgence par deux Seaking de la 40ème escadrille vers des établissements de traitement spécialisés situés en Belgique.

L’explosion d’une conduite de gaz à Ghislenghien (à proximité d’Ath) le 30 juillet 2004 est encore présente à l’esprit par l’ampleur de son horreur. Des onze hélicoptères dépêchés sur place, six étaient belges, soit des Agusta A109 et des Seaking qui, cette fois encore, ont fourni un effort considérable pour amener dix-sept brûlés avec célérité et efficacité, grâce à leur équipement médical optimal et au médecin volant à bord, vers les centres hospitaliers adéquats.

Dans le hangar maintenance à Coxyde, le RS04 partiellement désossé dans le cadre de sa révision générale.
Vue en plongée sur le RS04 en révision à Coxyde.

Le 2.500ème décollage en alerte le 28 juin 2009 a confronté l’équipage du Seaking à une situation peu banale et rarissime : l’hélicoptère belge a effectivement secouru un pilote privé qui avait dû poser son Cessna en mer suite à des ennuis mécaniques. Plus que jamais, le dicton « sloppy but safe » (mouillé mais sauf) des aviateurs repêchés en mer durant la 2ème guerre mondiale était d’application !

En parallèle, le 1.500ème individu secouru par un Seaking de Coxyde était un marin pêcheur blessé hélitreuillé de son chalutier au large des côtes belges le 8 décembre 2009.

Le dernier haut fait de rescousse accompli par la 40ème escadrille et ses Seaking est intervenu le 5 décembre 2012 lors du naufrage au large de Rotterdam du cargo « Baltic Sea » suite à une collision avec un autre navire dans cette dangereuse autoroute maritime qu’est la Manche. Malgré une météo hostile : tempête en mer et conditions de givrage (handicapant le vol car déformant le profil et la portance des pales du rotor), les aviateurs belges ont sauvé huit personnes d’une mort certaine. Ils ont dû renoncer aux derniers vols projetés, vu la tournure très mauvaise du temps, rendant tout vol additionnel extrêmement aléatoire… Pour ce splendide morceau de bravoure, l’équipage du RS05 reçut le prix Marie Monseur-Fontaine récompensant un exploit dans le domaine de l’aviation belge, lequel lui fut décerné le 6 novembre 2013 à la Maison des Ailes.

Au total, les Seaking de la 40ème escadrille ont secouru et sauvé 1.712 personnes : un résultat dont ses équipages sont légitimement fiers.

Le Seaking ZH542 ex-squadron 22 de la Royal Air Force acheté par la Composante Air a été livré en novembre 2015 pour en faire des pièces de rechange pour la flotte belge vieillissante. Toutes les marques britanniques ont été oblitérées et le travail de récup a déjà bien progressé.
Le Seaking RS03, retiré du service le 29 août 2013, a été mis sous cocon.

Un outil magistral pour le recrutement
Les Seaking et la 40ème escadrille de Coxyde étaient indubitablement les vedettes du feuilleton télévisé « Windkracht 10 » réalisé et diffusé par la VRT (Vlaamse Radio en Televisie) de 1995 à 1998. Une version francophone intitulée « Sauvetage en haute mer » fut réalisée pour compte de la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) à la fin des années 90 mais ne connut pas le même engouement qu’en Flandre.

Le succès populaire de « Windkracht 10 » s’est révélé être un outil de recrutement incomparable pour la Force Aérienne et cela perdure encore de nos jours, grâce notamment au film « Windkracht 10 – Koksijde Rescue » tourné en 2006 alors que le dernier tournage d’un épisode pour la télévision avait eu lieu en 1998.

Le RS05 a déposé l’opérateur du treuil qui va se livrer à une démonstration d’hélitreuillage dans les minutes qui suivent.

Il est clair que « Windkracht 10 » a été un vecteur d’image puissant et positif pour le Seaking, la 40ème escadrille SAR mais aussi la Force Aérienne, dont l’aide aux producteurs s’est largement avérée être un contrat « win-win ».

Il était extrêmement rare de voir voler ensemble les cinq Seaking belges, étant donné les contingences du service et les contraintes liées aux entretiens mécaniques. La livraison des Seaking s’était faite fin 1976 en un vol groupé des cinq machines. Cette photo a été prise le 7 juillet 1991 à l’occasion des quinze ans de service du type à la Force Aérienne. Inutile de dire que dans les semaines précédant la manip, la mécanique a dû suer sang et eau pour mettre les cinq hélicoptères en l’air simultanément. Le phénomène fut réitéré le 8 juillet 2001, mais cette fois c’était pour le 25ème anniversaire de la mise en service du Seaking que les mécanos s’étaient retroussé les manches.
Le successeur du Seaking, le NH90 NFH a pu être photographié en exercice de vol de nuit le 2 mars 2016 grâce à la patience de notre photographe.

Le sort fait que les Seaking verront leur emploi opérationnel prolongé jusque fin 2018, mais malgré cela, il est peu probable que, sur le laps de temps restant et avec les trois appareils disponibles, que le total des heures de vol de la flotte dépasse, voire même atteigne, les 60.000 heures, mais l’espoir fait vivre… et voler !

Jean-Pierre Decock
Photos : Tom Brinckman

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Jean-Pierre Decock

Jean-Pierre Decock

Brevet B de vol à voile en 1958. Pilote privé avion en 1970. Totalise 600 heures de vol dont 70 d’acro. Un œil droit insuffisant empêche toute carrière dans l’aviation. (Co-)Auteur et traducteur de 41 ouvrages d’aviation publiés en 4 langues depuis 1978. Compétences: histoire, technique et pilotage (aviation civile, militaire ou sportive).

Deze website maakt gebruik van cookies om uw gebruikservaring te optimaliseren. Door verder te surfen, stemt u in met ons Privacy & Cookie beleid. Accepteren Lees meer