Les T-6 Harvard décorés de Kamina

Le superbe H-223 de J-D Wathieu n’était pas peint en argenté mais laissé en métal naturel poli. Il est vu en visite à Kikwit en 1958. (Collection Guido Bouckaert)

Chastre, le 21 décembre 2020. Un mois de 1958 à Buta dans l’ancienne colonie, 12 T-6 de Kamina sont en support des grandes manœuvres de la Force Publique en Province Orientale. Avec son fiston de 6 ans qui n’arrête pas de gesticuler en voyant les gros bourdons passer au-dessus de la maison, quoi de plus naturel pour un papa que de l’ emmener voir ces avions à l’aérodrome local. Sans doute ainsi est née une passion pour l’aviation et mon intérêt particulier pour le « Harvard ». Le propos de cet article est de vous faire découvrir un aspect méconnu ces avions : les décorations spéciales de certains T-6 de l’ Ecole de Pilotage Avancé (EPA) de la base de Kamina (BAKA). Aussi surprenant que cela puisse être, des plus de 30 moniteurs ou élèves, témoins de cette époque, que j’ai contactés , très peu sont ceux qui se souviennent de ces peintures. J’ai cependant identifié 7 appareils différents avec 9 décorations. Une caractéristique commune les relie: il s’agit d’avions attribués aux « patrons »… Cet article est aussi l’occasion de rendre hommage aux instructeurs de Kamina et en particulier à trois d’entre eux à qui nous devons ces décorations, pilotes vétérans de la RAF, moins connus que d’autres as belges de la Seconde Guerre mondiale.

Le magnifique Harvard Mk III H-19, monture personnelle du Lt-col Avi. Robert « Bob » Louvigny en 1959. (Via Richard Louvigny)
Construite au début des années cinquante, la base de Kamina, une des plus grande d’ Afrique, abritera l’ EPA. de la Force Aérienne Belge de fin 1953 à juillet 1960 et aura vu passer un peu moins de 400 élèves pilotes. (Collection Robert Verhegghen)

Le Harvard MK III H-19 du Lieutenant-colonel Aviateur Robert « Bob » Louvigny

Robert Louvigny naît le 16 janvier 1917 à Salzinnes (Namur). Il s’engage volontairement au 8ème Régiment de Ligne fin août 1936. En novembre 1938, il est admis à l’École des candidats sous-lieutenant et est nommé adjudant en novembre 1939. Passé au 3ème Régiment de Ligne, il participe à la campagne des 18 jours et est blessé au combat le 27 mai à Emelgem en Flandre Occidentale. Il est rendu à la vie civile le 4 août, au lendemain de sa sortie d’hôpital. Le 10 mai 1941, il quitte la Belgique pour rejoindre l’Angleterre qu’il atteint le 5 janvier 1942 après 6 mois d’internement dans les prisons espagnoles. 10 jours plus tard, Il intègre les Forces Belges en Grande-Bretagne et passe à la section belge de la RAF en juillet. Envoyé au Canada à la 31 EFTS (Elementary Flying Training School), il apprend à voler mais est désigné pour la « 6 Bomber and Gunnery School » à Mountain View en septembre 1943 où il passe son brevet de navigateur. Il est nommé Pilot Officer (RAF) le 25 mars 1944 et Flying Officer (RAF) en septembre. En décembre, il est promu Capitaine d’Aviation dans les Forces Belges. En 1945, après être passé dans diverses Operational Training Units (OTU) ou unités support, il recommence une formation d’élève-pilote au Canada. Il rejoint la Belgian Training School de janvier 1946 à juillet 1947 et passe ensuite à l’ EPA de Brustem jusque fin 1948. Après des cours d’officier supérieur, il effectue un passage à l’École de Chasse en 1950 et promu major en septembre, il rejoint le 2ème Wing de Chasse de Florennes comme commandant de la 1ère Escadrille sur F-84E Thunderjet. Il est nommé commandant du groupe de vol de juin 1952 à mi 1953. Le 26 septembre 1954, il est nommé lieutenant-colonel. Le 22 juillet 1956, il devient commandant du Détachement « Force Aérienne » de la Base de Kamina en remplacement du Lieutenant-colonel Aviateur Léopold Collignon appelé à diriger la base de Bierset. Ses responsabilités englobent l’EPA qui a été transférée à Kamina en 1953, le « Flight Transport et Communication » et le « Flight de Sauvetage » qui utilise trois hélicoptères Bristol Sycamore. Il y retrouve Jean-Denis Wathieu et Georges Nossin, dont nous parlons ci-après, qu’il a connus comme commandants de flight lors de son passage à Brustem. À son arrivée à BAKA, il suit les cours de moniteur dispensés par le « Flight de Formation des Moniteurs » (FFM). Le 22 juillet 1959, il remet son commandement au Lt-Col Aviateur Kreps. Rentré au pays, il est nommé colonel et devient commandant du 1er Wing de Chasse Tout Temps de Beauvechain, de mars 1960 à décembre 1963. Il y vole sur CF-100 Canuck Mk.5 et F-104G Starfighter. Compte tenu de sa connaissance de Kamina, il y retourne en 1964 où il sert de conseiller lors des opérations aéroportées de sauvetage Dragon Noir et Dragon Rouge sur Stanleyville (Kisangani) et Paulis (Isiro). Il retrouve une base, qu’il a quittée dans un état impeccable, dévastée et pillée depuis les troubles de l’indépendance. De 1964 à fin 1968, il exerce des fonctions d’état-major avant de prendre sa pension. Il décède le 24 janvier 2009 à Ottignies. Au cours de sa longue carrière, le Colonel Louvigny aura volé sur 26 types d’avions militaires différents et il nous a laissé un magnifique T-6 lors de son passage à BAKA, le H-19.

Le Lt-col. Avi. Robert Louvigny sera le chef du détachement Force Aérienne de BAKA de juillet 1956 à juillet 1959. (Via Richard Louvigny)
Les fanions de rang ,adaptés aux couleurs belges, sont une tradition héritée de la RAF. De la fin des années quarante jusqu’au milieu des années cinquante, on pouvait les observer sur pas mal de Meteor , Spitfire ou T-6 attribués aux officiers supérieurs. (Collection Robert Verhegghen)
Le H-19 aux peintures encore incomplètes, date inconnue probablement en fin 1957 ou début 1958. (Collection Robert Verhegghen)

Le H-19 est un Harvard Mk. III (AT-6D) provenant des surplus de la RAF (ex EZ210) et ayant été utilisé pendant la guerre par la South African Air Force (SAAF) sous le matricule 7605. Il intègre l’EPA à Brustem en mars 1948. L’avion est transporté à Kamina en C-119F en janvier 1954. Nous ne savons pas exactement quand il a été peint dans sa décoration spéciale. Il sort de grande inspection IRAN (Inspect & Repair As Necessary) en juillet 1957 et nous pouvons donc penser que cette décoration date de ce moment-là. Il a été vu en 1958 et 1959 dans cette décoration, mais nous savons avec certitude qu’en septembre 1959, il avait déjà été repeint.La seule photo du côté droit que nous ayons pu trouver montre qu’il arborait l’insigne de l’E.A. Sur le côté gauche est peint le fanion de lieutenant-colonel « version belge ». Armé, version dénommée Harvard T-6/4KA, le H-19 est intégré au « Flight Appui-Feu » lors de l’indépendance. Il est revendu à la SAAF en janvier 1961 où il reçoit le matricule 7731. Il n’y volera plus mais sera érigé en monument devant le gymnase de la base de Swartkop sur une avant d’être remisé en 1968 dans les dépôts du Musée de la SAAF sur la même base où il se trouve encore.

Ceci est la seule photo connue du côté droit du H-19 décoré qui montre que le H-19 arborait l’insigne de l’ EPA de BAKA. (Collection P. Sedran)
Une pièce rare, la breloque de poche de l’ EPA montre les couleurs de l’insigne tel que peint sur les T-6. (via Internet)
Les lieutenants Georges Nossin et Jean-Denis Wathieu lorsqu’ils étaient instructeurs, commandants de flight à l’ EPA à Brustem à la fin des années quarante. (Collection André Bar)

Les T-6 du Major Aviateur Jean-Denis Wathieu – H-115, H-207 et H-223

Jean-Denis Wathieu (JDW) voit le jour le 23 août 1922 à Angleur. En mai 1941, il entame un long périple afin de rejoindre l’Angleterre via la France et l’Espagne où il est emprisonné de longs mois. Il atteint finalement sa destination en mai 1942 et s’enrôle dans la section belge de la RAF. Après avoir été formé au Canada, il est nommé Pilot Officer en octobre 1943. A sa demande, il rejoint le 609 Squadron en septembre 1944 sur Hawker Typhoon et participe aux combats en Flandres et à Breskens. Le 25 février 1945, il est abattu par la flak lors d’une attaque de positions allemandes près de Goch (Rhénanie du Nord-Westphalie) pas loin de Nimègue aux commandes du Typhoon Mk. Ib PR-V, MN178. Blessé, il est capturé par des parachutistes allemands mais est libéré le 30 mars par les troupes américaines. Après un repos à la suite de ses blessures, il entame en janvier 1946 le cours d’instructeur à la RAF et un an plus tard en janvier 1947 il rejoint l’Ecole de Pilotage Elémentaire (EPE) à Schaffen . Il passe à l’EPA. à Brustem en mai où il exerce divers commandements. En mars 1952 il succède à Robert Louvigny comme C.O de la 1ère Escadrille à Florennes sur F-84E. Promu major, il est nommé commandant du groupe de vol de l’Ecole de Chasse en juillet 1954.

Le 26 avril 1955 il remplace le Major Aviateur Bocquet à la tête de l’EPA à Kamina. Il quittera BAKA fin octobre 1958, laissant un souvenir très fort chez les élèves-pilotes à qui il en imposait notamment par sa grande taille de près de 2 m et sa personnalité très affirmée. Les anecdotes amusantes sur ses rapports avec les élèves-pilotes sont nombreuses. Elles l’étaient sans doute moins au moment même pour les « victimes ». D’août 1960 jusque fin 1963, on le retrouve comme commandant du groupe de vol du 10 Wing à Kleine-Brogel, affectation surprenante pour un francophone qui, parait-il, accrocha un jour un élève-pilote liégeois à un crochet de porte-manteaux par sa salopette pour parler tranquillement wallon avec lui en le mettant à hauteur de ses yeux. Après des fonctions d’état-major, il prend sa retraite en octobre 1974 avec le grade de lieutenant-colonel. Il décède le 20 décembre 1985.

En mars 1982, j’ai eu le plaisir de m’entretenir longuement avec J-D. Wathieu, entretien au cours duquel il m’a apporté de précieux renseignements sur les décorations de ses avions. Si l’entretien fut cordial, je me rappelle avoir subi au début un véritable interrogatoire quant à savoir comment je pouvais être en possession de la photo de « son » H-207 qu’il avait dans son portefeuille.

H-115 : Le H-115 est un AT-6D, surplus de la RAF, qui est pris en charge par la F.Aé. en février 1951 à Wevelgem. Il sera perdu le 14 février 1957 quand il se crashe dans le lac Kiungu au sud de Kamina. A l’école de chasse, JDW volait sur le Spitfire Mk. IX SM26 sur lequel il avait fait peindre l’insigne de l’EPA sur le nez et la casserole en bleu clair avec une spirale rouge. Il me relata que lors de son passage à Brustem, il avait aussi un T-6 « personnalisé » mais sans m’en donner le numéro. Par similitude avec le Spitfire , sans certitude, il pourrait bien s’agir du H-115. Cet appareil a en effet arboré une casserole d’hélice peinte avec une spirale et l’insigne de l’EPA (sur les deux côtés). Il existe des photos avec cette décoration prises à Brustem en 1952 et à Kamina en 1954.

Le H-115 photographié à l’ EPA encore à Brustem au début des années cinquante. Il arbore l’insigne de l’ EPA des deux côtés, une casserole d’hélice « spiralée » aux couleurs inconnues et un anneau de capot rouge. Transféré à BAKA en 1954 , il y volera avec ces décorations. (Collection Daniel Brackx)
La première version du H-207 utilisé par le major Jean-Denis Wathieu arborait des décorations jaune et rouge sur le capot, saumons d’ailes et flasque de roues. (Collection Philippe Roose)

H-207: Le H-207 (ex EX699 Rhodesian A.F.) est un Harvard Mk. IIA (c.à.d. un AT-6C) dit « Bulawayo ». Il fait partie d’une série de 24 Harvard IIA (H-201 à H-224) rachetés fin 1953 à la Rhodésie et provenant de la 4th Flying School qui fermait ses portes à Heany près de la ville de Bulawayo , d’où leur surnom. Ces Harvard, construits pendant la guerre et utilisés intensivement en écolage, étaient déjà bien usés et « tordus». Remis en état par les techniciens de BAKA, ils rendirent encore longtemps de grands services. Le H-207, armé, servira avec le Flight appui-feu lors des troubles de l’indépendance de 1960. Il crashera en brousse à la suite d’une panne moteur le 25 juillet 1960.

Le fanion de « major C.O » était peint sur le côté gauche du H-207 qui n’arborait pas encore, dans cette version, l’insigne de l’ EPA (Collection Philippe Roose)
Le H-207 devant les grands hangars de BAKA. (Collection Michel Willot)

A son arrivée à BAKA, JDW choisit le H-207 comme monture personnelle qu’il fait décorer avec des petits damiers rouges et jaunes sur le capot, les saumons d’ailes et les flasques de roues. Sur le côté gauche, l’avion porte le « fanion » de major C.O., hérité des traditions de la RAF mais aménagé aux couleurs belges, mais pas l’insigne de l’ EPA. JDW effectue le 1er vol sur l’avion ainsi décoré le 5 mai. Cette décoration a existé jusque juillet 1956. Il n’est plus remarqué dans cette peinture par après. « Bien que la fiche technique du H-207 ne mentionne pas de grande révision (Inspect and Repair As Necessary, IRAN) en 1956, on peut constater que l’avion a dû rentrer en atelier mi-1956 car il montre des modifications au niveau de certaines antennes. C’est peut-être à cette occasion que la peinture a été changée. Le H-207 réapparaît dans une nouvelle décoration fin 1956 avec de grands damiers noir et blanc et arbore maintenant sur le côté droit l’insigne de l’EPA. en plus du fanion de major C.O. sur le côté gauche. La police de caractère des immatriculations de fuselage a été changée. Nous n’avons pu trouver de bonnes photos de cette version mais il existe un film en couleurs tourné avec la 132ème Promotion qui était à Kamina à cette période (www.vieillestiges.be/fr/activities/video/14). Aucune idée du pourquoi de ce changement car JDW ne m’ en a pas parlé mais il est plus que probable qu’il l’a utilisé avant de prendre en charge le H-223. Ce serait bien le cas d’après un pilote de la 133ème Promotion qui s’en souvient bien. Faut-il voir une allusion aux couleurs blanc et noir de la 1 ère escadrille dont il fut C.O? Cette décoration n’a cependant pas laissé de souvenirs aux élèves-pilotes au-delà de mi-1957 et nous ne savons donc pas combien de temps il a porté cette peinture.

Le major Wathieu mène une formation de T-6 en 1955. (Collection André Darquennes)
La deuxième version du H-207 avec les grands damiers blanc et noir dont il n’existe que peu de photos (mais heureusement un film couleur). La décoration est complète avec fanion à gauche et insigne de l’ EPA à droite et flasques de roues à damiers. (Collection Daniel Brackx)

H-223: Le H-223 (ex EX657 Rhodesian A.F.) est également un Harvard Mk. IIA ‘Bulawayo’. Il arrive à BAKA en décembre 1953. Armé en 1960, il est utilisé par le Flight appui-feu lors de l’indépendance. Il sera vendu à la SAAF le 7 janvier 1961. Immatriculé 7730, il ne volera jamais en Afrique du Sud. Nous ignorons ce qu’il est devenu.

Le H-223 sort d’une grande révision IRAN le 14 juin 1957. L’avion n’est pas peint mais laissé métal naturel poli et ne porte pas les bandes jaunes des avions d’entraînement. Comme me l’indiquait JDW en 1982, il gagnait ainsi quelques points de finesse et en vitesse. Des élèves rapportent qu’un mauvais vol ou une punition pouvaient valoir une séance de polissage de l’avion. Le capot, la dérive et les gouvernes de profondeur (dessus et dessous) sont peints avec des bandes blanches et noires et les bouts d’ailes et flasques de roues sont en damiers noirs/blancs. De plus, le fuselage porte un éclair noir de chaque côté ainsi que le fanion de major C.O. à gauche comme sur le H-207. A droite est peint l’insigne de l’EPA. Le 28 août 1958, JDW remet son commandement au Major Aviateur Georges Nossin, qui lui avait succédé comme patron de l’École de Chasse de Coxyde. Ils se connaissent bien depuis la guerre et se sont beaucoup côtoyés à Brustem où ils étaient tous deux commandants de flight.

Le superbe H-223 de J-D Wathieu n’était pas peint en argenté mais laissé en métal naturel poli. Il est vu en visite à Kikwit en 1958. (Collection Guido Bouckaert)

Le H-223 du Major Aviateur Georges Nossin

Georges Mathieu Odilon Nossin naît le 14 septembre 1920 à Grand-Axhe près de Waremme. Il s’engage le 1er juin 1939 pour deux ans à l’Aéronautique Militaire. Il intègre la 81ème Promotion à Wevelgem en juin 1939. Sergent aviateur sur Renard 31 en mai 1940 au 9/V/1Aé à Bierset, il vit la capitulation et est envoyé en Allemagne comme prisonnier de guerre. Il est libéré et rendu à la vie civile en avril 1941. En juillet 1942, il quitte la Belgique pour rejoindre la RAF via la France et l’Espagne où il arrive en octobre. Via Lisbonne au Portugal, il rejoint le Congo Belge et l’Afrique du Sud en novembre 1942. Il intègre la SAAF le 1er janvier 1943 et est réentraîné. En juillet il intègre la réserve volontaire de la section belge de la RAF mais plutôt qu’être affecté à la Force Publique au Congo, il choisit, en prenant un congé sans solde, de rejoindre l’Angleterre via l’ Afrique du Sud où il rejoint les Forces Belges en Grande Bretagne en novembre. Devenu sergent pilote, il suit un nouvel entraînement sur Tiger Moth et Spitfire en juillet 1944. A sa demande d’aller en opérations, il rejoint le 164 Sqn sur Typhoon Mk. IB en octobre 1944. Nommé Pilot Officer en janvier, il aura effectué 78 missions de combat à la fin de la guerre.

Après un passage à la Central Flying School de Little Rissington en 1946, son parcours est assez identique à JDW. Il est affecté à l’EPA de Brustem en mai 1947. Après divers commandements au sein de l’EPA dont celui du « Flight de Formation des Moniteurs » en 1951, il passe à la chasse et est nommé C.O. de la 26ème Escadrille du 9ème Wing de Bierset en février 1955. En avril 1956, il rejoint l’École de Chasse et est nommé Major. Il en devient l’OSN en décembre 1957. Fin août 1958, il rejoint Kamina et devient commandant de EPA en remplacement de JDW. Il quitte le Congo après l’indépendance et assure le commandement de la base de Bierset d’octobre 1962 à septembre 1963. Il quitte le service actif en 1966 après des fonctions d’état- major. Il est alors nommé Lieutenant-colonel dans la réserve. Il décède vers le milieu des années nonante.

Le H-223 au parking à BAKA. A l’arrière- plan l’aérogare et la tour de contrôle. (Collection Michel Willot)
Le H-223 en vol au-dessus de l’ aérogare de Kamina. Notez l’aire à signaux sur le toit. (Collection Jean-Denis Wathieu)
Le H-223 avec les bandes blanches repeintes en rouge. (Collection Guy Vanderlinden)

À son arrivée à BAKA, le major Nossin reprend le H-223 de JDW et en modifie les couleurs. Si le schéma reste le même, le blanc est repeint en rouge. Il a souvent été écrit que cet avion portait des bandes et éclair en bleu foncé au lieu de noir. Nous n’avons pu trouver aucune preuve photographique qui corrobore cette version. Au contraire, toutes les photos en couleur connues montrent clairement une décoration noire et rouge.

Le côté gauche arbore le fanion de major C.O. (Collection Robert Verhegghen)
La patrouille acrobatique du major Nossin au décollage en formation à BAKA. (Nossin via André Bar)

Les H-108,109 et 208 de la patrouille acrobatique du major Nossin

G. Nossin forme une patrouille acrobatique avec deux de ses adjoints moniteurs, les adjudants André Thomé et Urbain Vandaele. Le 18 septembre 1958, le team fait sa première démonstration lors d’un meeting aérien à Bukavu. Les points culminants de cette patrouille furent les grands meetings aériens d’Elisabethville et de Kamina qui eurent lieu en juillet 1959. Trois appareils, les AT-6D H-108, H-109 (Adj. A. Thomé) et l’ AT-6C H-208 (Adj. U. Vandaele) ont les capots-moteur décorés de bandes noires et rouges comme sur le H-223. Le H-109 est accidenté le 5 juin 1959. Le H-108 vu au meeting de BAKA le 11 juillet 1959 pourrait être son remplaçant ou bien l’avion utilisé par l’Adjudant Denis Meert, présentateur solo du T-6. Ces avions restèrent dans ces couleurs probablement jusque septembre 1959, période où le H-223 apparaît en schéma classique sans sa décoration spéciale. Le H-208 sera détruit par crash au Ruanda le 23 avril 1962, les H-108 et 109 seront radiés et ferraillés en 1960 à BAKA.

Le major Nossin avec ses ailiers les adjudants Thomé et Vandaele. (Nossin via André Bar)
Les H-208 et H-109 de la patrouille acrobatique du major Nossin avaient leur capot moteur rouge et noir, ici au meeting d’ Elisabethville en 1959. (Collection André Bar)
Le H-223 au roulage. (Collection Jean-Pierre Decock)

Pour terminer, tant qu’on en est à parler des couleurs, il reste un mystère: la couleur des saumons d’ailes et flasques de roues des T-6 à BAKA. La plupart étaient jaunes mais il y en a eu quelques-uns avec du bleu (ex. H-102,111, 121, 132, 136 et 222). Toute info sur la signification de ces deux couleurs est la bienvenue (FFM?). A noter qu’en 1959 , le rouge fut peint sur T-6/4KA armés du « Flight Appui Feu »

L’indépendance du Congo le 30 juin 1960 amena le chaos et l’EPA retourna en Belgique laissant ses Harvard sous les cieux africains, vendus au ferrailleur local, certains détruits au bulldozer, d’autres vendus à la SAAF ou transférés à la nouvelle armée de l’air congolaise…

Remerciements

MM Edgard Auspert, André Bar, Daniel Brackx, Jean-Pierre Decock, Frans « Boeboe » Boerewaart, André Darquennes., « Wif » De Brouwer, , Camille Goossens, Louis Houbaille, Paul Jourez, Roger Lams, Richard Louvigny, Pierre Opdecam, Philippe Roose (+) , Guy Vanderlinden , Guido Wuyts et ‘last but not the least’ Jean-Denis Wathieu (+)

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Bob Verhegghen

Bob Verhegghen

Né au Congo en janvier 1952. Passionné d’avions militaires et de maquettes dès mon plus jeune âge. Auteur de nombreux articles historiques et ou de maquettisme sur la force Aérienne dans diverses revues et dans la revue KIT de l’IPMS Belgium. J’ai un intérêt particulier pour les planeurs anciens, la Force Aérienne d’après-guerre et les T-6, (R) F-84F, et Mirage. J’ai le soucis de l’exactitude et du détail pour mes maquettes. Pilote de planeur depuis 1977, instructeur avec près de 900 heures de vol je suis l’heureux copropriétaire de l’ASK-13 ex PL-66 des Cadets de l’Air (aujourd’hui D-3438) basé à Temploux.

Deze website maakt gebruik van cookies om uw gebruikservaring te optimaliseren. Door verder te surfen, stemt u in met ons Privacy & Cookie beleid. Accepteren Lees meer