Bienvenue au club pour onze nouveaux aviateurs

Les nouveaux pilotes posent pour la photo traditionnelle en présence du Général-major Aviateur Thierry Dupont, Commandant de la Composante Air.

Beauvechain, le 30 septembre 2020. La base du Centre de Compétence Air fête l’arrivée à la Composante Air de la Défense à onze jeunes pilotes qui entrent ainsi dans le club fermé des aviateurs. Pour célébrer la rituelle remise d’ailes aux pilotes nouvellement promus, une parade a été organisée et la musique de la Force Aérienne était toute entière, comme il se doit, de la partie. De nombreuses personnalités civiles et militaires rehaussaient la cérémonie de leur présence et, notamment, l’Amiral Hofman, chef de la défense, le Général-major Aviateur Thierry Dupont, récemment appelé au commandement de la Composante Air et le Colonel Aviateur Pascal July, nouveau commandant du Centre de Compétence Air et chef du dispositif mis en place pour la circonstance.

Les onze nouveaux pilotes saluent l’assistance juste avant le début de la cérémonie de remise des ailes.
Le Colonel Aviateur Stéphane Pierre épingle avec fierté les ailes sur la veste de son fils Jonathan, pilote d’hélicoptère.
Les nouveaux pilotes posent pour la photo traditionnelle en présence du Général-major Aviateur Thierry Dupont, Commandant de la Composante Air.

Les onze nouveaux pilotes comprennent pas moins de six pilotes de chasse, à savoir les Lieutenants Aviateurs Pieter Baeyens, Aaron de Wispelaere, Séverin Godart, Antoine Hamblenne et les Sous-lieutenants Aviateurs Jean Marchand et Vincent Vervloet. Tous ont décroché leurs silver wings dans le cadre de l’ENJPPT (Euro-Nato joint jet pilot training) à Wichita Falls aux USA. La nouvelle promotion comporte aussi trois pilotes d’hélicoptères, c’est-à-dire le Lieutenant Aviateur Jonathan Pierre, dont le père, le Colonel Aviateur Stéphane Pierre, a eu l’insigne honneur d’épingler les ailes de pilote sur la veste de son fils, de même que les Sous-lieutenants Aviateurs Brice Fournier et Georgiy Pilpani. Enfin, deux pilotes viennent également en renfort du transport aérien, en l’occurrence le Lieutenant Aviateur Gilles Luyten et le Sous-Lieutenant Aviateur Samuël Leleux. Ils arrivent juste à temps pour saluer la prise en compte de l’Airbus A400M Atlas attendu à Melsbroek le 9 octobre !

Le traditionnel lancer de képis exécuté avec vigueur par les nouveaux brevetés; le Colonel Aviateur Pascal July et le Général-major Aviateur Thierry Dupont (au centre) semblent apprécier la démonstration, bien que s’abstenant d’y participer.
Six des vingt élèves pilotes de la prochaine promotion sont actuellement en formation à la 5ème escadrille; il sont vingt au total (et étaient vingt-sept au départ) et constituent donc ce qu’on peut appeler une « grosse promotion ».
Des candidats à la prochaine remise d’ailes examinent le près l’avion qu’ils convoitent de piloter très prochainement…. courage les gars (et les filles), c’est pour bientôt !

Il convient de mentionner que la moitié de la promotion, et plus précisément six jeunes pilotes, étaient également issus des Cadets de l’air : on ne soulignera jamais assez l’importance de cette institution, véritable creuset de la formation à l’aviation pour les jeunes !

Les cadets de l’air rentrent le planeur Grob G102 Astir CS Jeans au hangar.
La filière de formation à la chasse et au transport : SIAI SF260M ST-46, Embraer Xingu 099/YP français de l’école d’Avord et F-16 AM, il manque le Pilatus T-6/PC 9 basé en Amérique.

Un prestigieux parrain
La nouvelle promotion d’élèves pilotes s’était choisie le Colonel Aviateur Alexandre Binon comme parrain. Celui-ci a décroché ses ailes de pilote en 1936 au sein de la 72ème promotion. Il fut versé en 1939 à la 5ème escadrille du IIIe groupe 3ème régiment d’aéronautique sur Fairey Battle. Son emblème était le faucon égyptien.

Parrain de la promotion, le Colonel Aviateur Alexandre Binon qui fut l’un des pilotes de Fairey Battle lancés dans l’attaque héroïque du pont de Vroenhoven le 11 mai 1940.

La guerre éclair éclata le 10 mai 1940 et l’unité se replia sur l’aérodrome de campagne de Belcele près de Saint-Nicolas-Waes. Les Fairey Battle furent répartis en trois groupes de trois avions pour aller bombarder les ponts sur le canal Albert qui n’avaient pas été détruits par le génie et par lesquels affluaient les troupes, les blindés et le charroi ennemis. La mission était suicidaire, car larguer les bombes en vol rasant sous le rideau de plomb de la DCA allemande et dans un ciel infesté de chasseurs ennemis était tout bonnement suicidaire, mais les équipages des 5ème et 9ème escadrilles d’Evère firent face avec une bravoure digne des héros antiques. Parmi ceux-ci, l’Adjudant Binon avaient pour objectif le pont de Vroenhoven où son Battle lors du premier et seul passage fut criblé d’une vingtaine de coups, la moitié de son gouvernail de direction était cisaillé et les balles de la DCA avaient percé son siège, heureusement sans blesser un membre de l’équipage.

Six des neuf Battle furent abattus mais Alexandre Binon parvint miraculeusement à ramener au bercail son appareil martelé par les tirs ennemis. Des dix-huit aviateurs lancés à l’assaut des Allemands, cinq ont péri et quatre ont été blessés sérieusement. Par leur bravoure, nos aviateurs ont écrit une des plus belles pages de l’Aviation Militaire Belge.

Photo de groupe de la 5ème escadrille, IIIe groupe, 3ème régiment d’aéronautique en 1940 : l’Adjudant Aviateur Alexandre Binon est le premier à partir de la droite, cachant partiellement Jacques Dôme; au centre, le Capitaine Aviateur Charley de Hepcée, commandant la 5ème escadrille. (Jacques Dôme)

La Belgique déposa les armes et, pour échapper à la captivité, Alexandre Binon usa de sa fonction d’inspecteur au ministère de l’agriculture, lequel lui servait aussi de couverture pour ses actions au sein de la résistance. Il échappa de justesse aux griffes de la Gestapo en mai 1943. Il poursuivit ses actions clandestines jusqu’à la libération de la Belgique par les Alliés et réintégra ensuite l’Aéronautique Militaire Belge, qui devint la Force Aérienne, après avoir effectué un réentraînement intensif à la Royal Air Force.

Sa conversion comme pilote de transport en 1948 lui permit d’effectuer plusieurs fois en C-47 Dakota la liaison Belgique-Congo en relation avec la construction de la base de Kamina. Une conversion sur Fairchild C-119 Flying Boxcar à l’été 1952 l’amena à convoyer le premier avion de ce type depuis une base américaine en Allemagne jusqu’à Melsbroek. Le C-119 devait permettre d’acheminer du matériel plus conséquent, comme les avions écoles Harvard pour l’école de pilotage avancé, et ce dans des délais nettement raccourcis en comparaison aux C-47.

Un des points d’orgue de la carrière d’Alexandre Binon fut la coordination en 1959 du raid Belgique-Congo et retour d’une formation de quatre Avro Canada CF-100 Canuck. « L’opération Simba » fut appuyée par plusieurs C-119 au cours du long trajet. Les avions de transport étaient placés sous le commandement du Lieutenant-colonel Binon, OSN (Officier Supérieur Navigant) du 15ème wing.

Alexandre Binon aux commandes d’un C-119 Flying Boxcar alors qu’il était commandant du groupe de vol du 15ème wing. (Alexandre Binon)

Converti sur Hawker Hunter au 7ème wing de chasse et ayant suivi le fighter leader course, il assuma le commandement de la 25ème escadrille, puis du groupe de vol et du 13ème wing. Il fut nommé officier supérieur au Bureau des Opérations au QG opérations de la chasse. Il dirigea logiquement la logistique des moyens de transport lors des événements tragiques de l’indépendance du Congo. Alex Binon devint chef de corps du 15ème wing le 9 septembre 1960. Il eut ainsi plusieurs fois l’occasion de piloter le Roi Baudouin et la famille royale en DC-3 et en DC-6. Le Souverain, passionné d’aviation, acquit un Aero Commander bimoteur en 1962 et c’est Alex Binon qui fut son moniteur en la circonstance. La dernière nomination du Colonel Aviateur Binon est celle de chief offensive division HQ (quartier général) 2ATAF de l’OTAN.

Le Major Aviateur Michel Salmon, commandant de la 5ème escadrille qui, en se substituant à l’Ecole de Pilotage Elémentaire, a repris les traditions et le fanion de la 5ème escadrille de 1940. Alexandre Binon remet le fanion de la 5ème escadrille au CO Michel Salmon et il est accompagné de quelques vétérans du Fairey Battle, à savoir et de droite à gauche : Jacques Dôme, Henri Dewit, Joseph Berghmans et Paul Bourtambois. (Jacques Dôme)

Le Colonel Binon terminait ainsi une incomparable et belle carrière d’aviateur. Cet officier de grande stature ayant participé à l’héroïque mission de bombardement en mai 1940 sur les ponts du canal Albert quittait la Force Aérienne avec grand honneur. Nous souhaitons la bienvenue aux nouveaux pilotes dans le monde de l’aviateur ainsi qu’une carrière féconde sous les ailes aux cocardes noir, jaune, rouge.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Jean-Pierre Decock

Jean-Pierre Decock

Brevet B de vol à voile en 1958. Pilote privé avion en 1970. Totalise 600 heures de vol dont 70 d’acro. Un œil droit insuffisant empêche toute carrière dans l’aviation. (Co-)Auteur et traducteur de 41 ouvrages d’aviation publiés en 4 langues depuis 1978. Compétences: histoire, technique et pilotage (aviation civile, militaire ou sportive).

Deze website maakt gebruik van cookies om uw gebruikservaring te optimaliseren. Door verder te surfen, stemt u in met ons Privacy & Cookie beleid. Accepteren Lees meer