Le Mirage 5 BD 09 de retour à Brustem

HF-Mirage-2018-02-1

Brustem, le 1 février 2018. Ils étaient nombreux, anciens pilotes, techniciens et crew-chiefs, amoureux du Mirage et spotters, à avoir répondu à l’appel de la Mirage Pilot Association (MPA). Tous s’étaient donné rendez-vous dès 8 heures à l’ancienne base de Brustem, devenue Limburgse Régional Airport (LRA) pour accueillir le BD 09, un Mirage biplace retiré de service fin 1993, de retour en Belgique après de 19 années passées dans un dépôt en France.

Le BD 09 photographié par un BR de la 42ème escadrille en décembre 1977. A noter le schéma de camouflage différent des autres photos ci-dessous (42 Sqn)

Peu avant 10 heures, avec un peu de retard sur l’horaire prévu, le convoi exceptionnel entre sur la base. Les deux poids lourds ont fait le voyage Bordeaux- Brustem, en deux jours. Un des camions transporte le fuselage et la dérive, l’autre les ailes et le réacteur. Chaleureusement accueillis, les chauffeurs français n’en sont pas à leur premier voyage avec un avion de chasse pesant plusieurs tonnes puisqu’ils ont également convoyé de Châteaudun à Gosselies les Mirage F1 vendus à la société américaine ATAC (Airborne Tactical Advantage Company) comme futurs avions « aggressors » et qui sont en cours de reconditionnement par la SABCA avant leur transfert aux USA.

Parti de La Teste sur Buech le 30 janvier au soir, le premier camion avec son lourd chargement arrive à Brustem (R. Verhegghen)

Le BD 09 s/n 209
106 Mirage 5 (63 monoplaces BA, 27 monoplaces de reconnaissance BR et 16 biplaces BD) ont été utilisés par la Force Aérienne entre 1970 et fin 1993. En 1994, le Chili se portera acquéreur des 15 Mirage 5 BA et 5 Mirage BD « upgradés » au standard MIRSIP par la SABCA accompagnés de 4 Mirage 5 BR et un Mirage 5 BD non modernisés destinés à servir de réserve en pièces de rechange. Ces Mirage 5 recevront la désignation locale de Elkan et quittent la Belgique en mars 1995 après la formation de pilotes et techniciens chiliens sur la base de Brustem. Ils volent encore pendant une quinzaine d’années au Chili. Le reste des avions non modifiés est stocké quelque temps à la base de Weelde pour être ensuite vendus en 1998 à la Sagem, société française. Quelques-uns sont retenus pour des musées mais malheureusement aucun biplace. C’est donc avec beaucoup de joie que le retour du BD 09 a été accueilli.

Le BD 09 avec la cocote de la 8ème escadrille le 15 mars 1990 à Bierset (M. Willot)

Le BD 09 est mis en chantier sur les chaines d’assemblage de la Sabca le 7 octobre 1970 et il est réceptionné le 11 mars 71 avant d’être mis en service à la fin du mois à la 8ème escadrille de Bierset. Au cours de sa carrière le BD 09 est aussi utilisé à la 1ère escadrille en 1985 ainsi qu’à la 2ème escadrille en 1987. Il a aussi volé à la 42ème escadrille dans la deuxième moitié des années quatre-vingt et en fin de carrière car la 42 fut la dernière escadrille de Mirage dissoute en décembre 1993.

Le BD 09 arborant le chardon de la 1ère escadrille lors de l’IAT de Fairford le 13 juillet 1985 (M. Willot)
Le BD 09 à Florennes le 30 avril 1987 avec la 2ème escadrille « comète » (M. Willot)
Le Mirage aux couleurs de la 42ème escadrille de reconnaissance dans les années quatre-vingt (via L. Heyligen)

Les photos d’époque montrent que les insignes d’escadrille ont été badigeonnés de peinture de camouflage alors qu’il était toujours en service et un examen attentif de la dérive montre encore aujourd’hui clairement les endroits où se trouvaient, au cours du temps le chardon de la 1ère, la comète de la 2ème, et la cocotte de la 8ème. et le « Méphisto » de la 42ème (apparemment à gauche uniquement).

Le BD 09 en fin de carrière. On distingue les emplacements des insignes des 1, 2 et 8 escadrilles repeints (Gaudin via M. Willot)
Le Mirage dans les entrepôts de la Sofema avant le retour (via JC. Wayet)

Le 13 janvier 1994 le biplace est convoyé en vol à Weelde pour y être stocké dans les hangars conditionnés laissés par les américains après la guerre froide, avec 3846 heures de vol et 3930 atterrissages au compteur. En 1998 la SAGEM acquiert ces avions et au début 1999 le BD 09 est transporté par route à Bordeaux.

Le BD 09 exposé au Salon RétroMobile à Paris en janvier 2013. Les insignes de la 8ème et de la 42ème sont effacés (M. Negri)
Une joyeuse bande d’anciens pilotes du Mirage savoure l’instant. (JC. Wayet)

Il s’en suit une longue période à l’abri des regards jusqu’à ce qu’il réapparaisse en janvier 2013 exposé en extérieur au « Salon Rétromobile » qui a lieu au Palais des Expositions de la porte de Versailles. Il y est exposé pour être vendu aux enchères le 8 février comme lot 637 « pour exposition statique uniquement » par Artcurial. C’est une maison de ventes aux enchères qui a déjà vendu plusieurs Mirages belges déclassés acquis par la Sagem et qui ont été rétrocédés à la Sofema. Celle-ci était auparavant l’office public d’intermédiation au service des groupes français de défense. Son actionnariat est composé de grosses entreprises françaises liées à l’industrie de la défense et est dirigée par Guillaume Giscard d’Estaing neveu de l’ancien président français. Parmi les actionnaires il y a la Safran qui résulte de la fusion de la SAGEM et SNECMA en 2005. Elle rachète des surplus militaires, avions mais aussi des blindés, camions et…, les reconditionne ou prélève des pièces et les revend à des marchés secondaires surtout africains.

Les travaux de remontage débutent (R. Verhegghen)

Le prix d’adjudication du BD 09 est alors estimé par la maison de ventes entre 90 et 120.000 euros. Le Mirage ne trouve pas d’acquéreur et retourne dans la région d’Arcachon où il est stocké à la Sofema à la Teste de Buch. Avec deux autres Mirage, il a failli se retrouver aux USA, un collectionneur de warbirds américains envisageant de le remettre en état de vol mais la transaction n’a pas abouti.

Opération délicate de dépose du fuselage sur le trolley (R. Verhegghen)

Le retour
Dans le courant de 2016 Marcel De Petter, ancien pilote instructeur sur Mirage qui a déjà à son actif la préservation du cockpit du BA 27, apprend son existence et avec Jacques Waldeyer, ancien C.O. de la 8ème se déplace à Bordeaux afin de l’examiner en vue d’un achat éventuel. Cela se concrétise à la fin de l’année dernière pour un montant non communiqué mais qui n’a pas d’importance comme le déclare Jacques, cet achat étant une affaire de cœur et de passion.

Paré pour recevoir les ailes (R. Verhegghen)

Le retour de cet avion en Belgique est le résultat d’un travail d’équipe et de l’appui de la Mirage Pilot Association. Un team a été constitué en faisant appel aux compétences d’anciens techniciens, crew-chiefs ayant travaillé sur le Mirage et d’autres bénévoles. Comme le souligne un des pilotes présents, sans eux nous ne volions pas et 24 ans plus tard ils sont toujours là aussi enthousiastes. Plusieurs d’entre eux du « Team BA27 cockpit Club » ont déjà œuvré à la remise en état fonctionnel du cockpit du BA 27.

Il a fallu conseiller le transporteur français sur le meilleur trajet en tenant compte des ponts, chantiers et autres obstacles potentiels. Des trolleys de manutention ont été récupérés début janvier dans les réserves du MRA à Landen et une grue de la firme Saerens prise en location pour la journée du 1er février. Le 30 janvier a lieu un briefing de sécurité à Brustem afin de coordonner les opérations de déchargement et remontage afin que rien ne soit laissé au hasard, en particulier la sécurité tant pour l’avion que pour les personnes.

Le réacteur ATAR 9C est à son tour déposé (R. Verhegghen)
Les ailes sont prêtes à être assemblées (JC. Wayet)

L’avion est complet en ce compris le pack « canons » et les deux sièges éjectables de type Martin Backer Mk.10 qui ont été retrofitté sur les Mirage belges à partir de 1990. Tout le monde a pu se rendre compte de l’excellent état de conservation de cet avion toujours dans son camouflage d’origine. Seule la verrière ne semble pas être d’origine et venir d’un avion français . Il manque encore des réservoirs auxiliaires ainsi qu’un dolly « d’avionnage » qui sert à pouvoir remonter le moteur dans la cellule et qui est différent du dolly de transport. Dès l’arrivée des poids-lourds les travaux de déchargement et remontage ont débuté avec précision et professionnalisme. Après quelques heures de travail, l’avion est sur ses roues, une belle prouesse pour tous les anciens mécanos et crew-chiefs qui n’ont plus travaillé sur cet avion depuis 1994. En fin de journée, l’avion est poussé à l’abri dans le hangar 41, un moment de grande satisfaction et plein d’émotion.

Fin d’après-midi, l’avion est sur ses roues (JC. Wayet)
Première nuit en Belgique après l’avoir quittée en début 1999 (JC. Wayet)
Merci et santé les gars vous l’avez bien méritée votre chope (JC. Wayet)

Une fois restauré, le BD 09 sera exposé au « DronePort », nouveau campus dont la construction a débuté fin décembre 2017 sur l’ancienne base, qui servira de vitrine pour la promotion des nouvelles technologies dans le domaine des systèmes de vol automatiques et mettre en valeur les entreprises actives dans le domaine des drones. Le public pourra l’admirer et voir l’évolution technologique en aviation. Le « DronePort » sera inaugurée en début 2019. En attendant ce moment, pour tout savoir sur les Mirages belges, nous vous recommandons chaudement le très beau livre « Mirage M5 B » que vous pouvez vous procurer auprès de la MPA en consultant ce lien.

« DronePort » le futur écrin pour un beau Mirage.

Merci à Jacques Waldeyer, Marcel De Petter, la MPA et l’équipe technique d’enrichir notre patrimoine aéronautique avec le seul biplace existant maintenant en Belgique et avoir fait plaisir à tous les « afficionados » de cet avion mythique qui sont très nombreux en Belgique.

Robert Verhegghen
Photos : G. Gaudin, L. Heyligen, M. Negri, JC. Wayet, R. Verhegghen, M. Willot, 42 sqn

Bob Verhegghen

Bob Verhegghen

Né au Congo en janvier 1952. Passionné d’avions militaires et de maquettes dès mon plus jeune âge. Auteur de nombreux articles historiques et ou de maquettisme sur la force Aérienne dans diverses revues et dans la revue KIT de l’IPMS Belgium. J’ai un intérêt particulier pour les planeurs anciens, la Force Aérienne d’après-guerre et les T-6, (R) F-84F, et Mirage. J’ai le soucis de l’exactitude et du détail pour mes maquettes. Pilote de planeur depuis 1977, instructeur avec près de 900 heures de vol je suis l’heureux copropriétaire de l’ASK-13 ex PL-66 des Cadets de l’Air (aujourd’hui D-3438) basé à Temploux.

Deze website maakt gebruik van cookies om uw gebruikservaring te optimaliseren. Door verder te surfen, stemt u in met ons Privacy & Cookie beleid. Accepteren Lees meer