Tailwheel Meet EBGG 2015

GG17

Overboelare, le 9 août 2015. Fidèles au rendez-vous annuel pour la dixième fois, de nombreux avions à roulette de queue avaient rallié l’aérodrome de Grammont pour le traditionnel tailwheel meet qui se déroulait conjointement aux portes ouvertes du très actif Vlaams Zweefvliegcentrum Phoenix, résidant de l’aérodrome.

Le beau temps et le public étaient de la partie et le sponsor, cette année, était l’association Wings of Memory, un groupement d’enthousiastes très actif dans la région de Grammont en matière de localisation de sites de crash d’avions alliés lors de la dernière guerre, avec récupération de vestiges et érection de monuments, stèles ou plaques à la mémoire des équipages. Le bien fondé et la pertinence de leurs recherches et actions sur le terrain est manifeste au point que leur collaboration est régulièrement sollicitée aux quatre coins du royaume.

Comme à l’accoutumée, le tailwheel meet fut un véritable festival d’avions dits vintage qui effectuèrent passages bas, atterrissages, décollages et formations improbables et inopinées à deux ou plusieurs appareils : ça volait et ça bougeait beaucoup et sans temps morts !

Cette année, l’un des clous du spectacle était incontestablement le Yak 18 (Max selon la codification de l’OTAN), premier type d’une abondante et très variée lignée d’avions d’entraînement soviétiques conçus par le bureau technique Yak. Cet appareil rarissime en Europe Occidentale a littéralement gavé le public et les photographes de nombreux passages bas, seul ou en formation avec le Broussard, un véritable régal pour les spotters.

Les SV4D (ou E) de Feel the Sky ont largement contribué à l’animation au cours de la journée avec leurs décollages suivis d’une mise sur la tranche de même qu’avec leurs multiples passages en formation.

Cette fois encore, un vibrant bravo à Kris De Schrijver et à toute l’équipe d’Overboelare pour leur excellente organisation et la brillante réussite d’une formidable journée agrémentée de tant de plaisirs de l’aviation.

Jean-Pierre Decock

  • Le clou des présentations en vol, le Yak 18 (code OTAN Max) est un avion soviétique d’entraînement élémentaire sorti en 1946. Il est gréé d’un moteur en étoile de cinq cylindres, chacun sous son carénage individuel. En réalité, il s’agit de la version construite sous licence en Chine Populaire et connue en tant que Nanchang CJ-5. La lignée des Yak 18 d’entraînement fut prolifique et toutes les versions, pour différentes qu’elles soient, maintinrent le train semi-rétractable dont l’avantage était de limiter les dégâts en cas d’atterrissage sur le ventre. Cet exemplaire est immatriculé OO-IAK, il est piloté par  M. Legrand et est basé là l’aérodrome de Lille-Lesquin.

     

  •  
  • L’OO-SVT, un SV4D (ou E, c’est selon), effectue un vol sur la tranche après avoir décollé avec Maxim Schelfout aux commandes. Cet SV4 est une nouvelle apparition au tailwheel meet.

     

  •  
  • Le Piper L-21 Super Cub immatriculé D-ESMV atterrit avec les volets d’intrados abaissés; cet appareil vient d’être impeccablement restauré aux ateliers RAR (Raymond’s Aircraft Restoration) gérés par Raymond Cuypers à Anvers-Deurne.

     

  •  
  • La délégation de l’association Wings of Memory qui sponsorisait le tailwheel meet 2015 s’est vue attribuer le trophée idoine : une statuette de Manneken Pis que tient le délégué agenouillé tout à gauche; derrière lui, Kris De Schrijver qui vient de la leur remettre est l’organisateur du tailwheel meet depuis dix ans, à sa droite se trouve le délégué de Wings of Memory qui a reçu le diplôme du Vlaams Zweefvliegcentrum Phoenix et qui lui a été remis par Tom Geeroms (debout avec le tee shirt bleu et les lunettes de soleil). Wings of Memory est un groupement de bénévoles qui recherchent les vestiges enfouis de avions alliés qui se sont crashés durant la dernière guerre dans le but de donner une sépulture aux équipages qui ont péri ainsi que retracer leur histoire et ériger une stèle ou tout autre élément qui en conserve la mémoire. Etablis dans la région de  Grammont, leur savoir-faire en la matière est reconnu au point qu’ils sont fréquemment appelés à la rescousse en Belgique et sur les territoires limitrophes.

     

  •  
  • Le Rans S7S immatriculé G-CEEJ vient de décoller avec John et Janet Lister pour rejoindre sa base de Winwick en Grande-Bretagne.

     

  •  
  • Le Piper L-4H Grasshopper et la version militaire du Piper Cub J3 et s’en distingue surtout par le vitrage abondant à l’arrière de l’habitacle. Les Cub à moteur de 65 CV, comme celui-ci, se pilotent du siège arrière lorsqu’il n’y a qu’une personne à bord, et ce pour des questions de centrage de l’appareil. Immatriculé G-AKIB et piloté par Richard Horner, ce L-4H fut utilisé par l’armée américaine de 1944 à 1946 lorsqu’il fut vendu comme surplus et acheté par un belge qui l’immatricula OO-RAY en 1946. L’avion changea plusieurs fois de propriétaire avant d’aboutir au West Aviation Club à Coxyde qui le revendit en Grande-Bretagne en 1964.

     

  •  
  • Passage bas en formation des SV4D (ou E) OO-KAT piloté par Frank De Meyer et OO-SVT avec Maxim Schelfout aux commandes; ces deux biplans opérés par la société anversoise Feel the Sky mirent beaucoup d’ambiance sur l’aérodrome de Grammont le dimanche 9 août, second et dernier jour du tailwheel meet.

     

  •  
  • Marc « Moggy » De Ridder, président de l’association « Squadron 369 » qui fait voler des avions vintage ou old timer, effectue un passage en balançant les ailes de son Chipmunk en guise d’au revoir. Ce Chipmunk construit par OGMA au Portugal est immatriculé F-AZJV en France dans la catégorie des avions de collection, tous ayant une immatriculation commençant par Alpha Zoulou (AZ).

     

  •  
  • L’ULM Rans S6S Coyote immatriculé OO-F50 avait fait le déplacement depuis l’ULMdrome de Buzet près de Charleroi.

     

  •  
  • Formation inattendue du Max Holste MH 1521 Broussard, à la livrée aéronavale française fantaisiste, immatriculé F-BNEX en France est venu de Wevelgem avec Lieven Lavaert aux commandes; son ailier est le Piper Super Cub G-CCKW.

     

  •  
  • Décollage du Piper L-21 de Michel Kenis piloté par Bruno Bedert et immatriculé L144 à l’aviation légère belge. Il fut revendu dans le civil et immatriculé OO-LOT et a récemment été « remilitarisé » pour ce qui concerne sa livrée, tout en gardant son immatriculation civile discrètement appliquée en bas du fuselage, juste avant le plan de profondeur.

     

  •  
  • Le L144/OO-LOT a vu sa tenue militaire ornée d’un motif « Lotje » que voici sur les côtés gauche et droit, juste en dessous du pare-brise.

     

  •  
  • Comme lors des journées portes ouvertes et tailwheel meet, le Vlaams Zweefvliegcentrum Phoenix fut très actif durant les deux jours; on voit ici le Schleicher ASK 21 immatriculé D-1142 à l’atterrissage a près une session d’initiation au vol silencieux; il ne va pas tarder à être ramené en bout de piste pour remettre ça par un bon treuillage.

     

  •  
  • L’un des derniers Stampe & Vertongen SV4b restaurés en Belgique est immatriculé OO-ESV (ex V23 à la Force Aérienne) et est venu de Wevelgem avec Harald Denolf dans le poste de pilotage.

  •  
  • Formation inopinée goupillée par les pilotes de trois SV4 et d’un Piper L-21 : de gauche à droite, le SV4b OO-ESV/V23, le Cub OO-SPG/OL-L47 qui en est le leader et les SV4D (ou E) OO-KAT et OO-SVT.

     

  •  
  • Le Kitfox IV-1900 D-EPPN de construction amateur était piloté par Jurgen Tantau, un pilote allemand assidu aux tailwheel meets et venant chaque année de Wahn (aéroport de Köln-Bonn) jusqu’à Overboelare.

     

  •  
  • Le Freccia est un ULM très racé produit par ProMecc en Italie; cet exemplaire porte l’indicatif radio français F-JVBJ de son utilisateur Marc Fivez qui est basé à Grammont.

     

  •  
  • Eric Coesens, fils d’Armand, le fondateur de l’aérodrome de Grammont, emmène sa fille Léna pour un baptême de l’air acrobatique : dix minutes et toutes les figures y sont passées, y compris les lumcevaks qu’un Pitts S2 passe allègrement.

     

  •  
  • Décollage du Pitts S2C G-INDY d’Eric Coesens préalablement à sa belle séance d’acro.

  •  
  • Vue sur la foule sur l’aérodrome d’Overboelare avec le DC-4 à l’arrière-plan, lequel servait initialement de club house après l’inauguration de l’aérodrome au début des années 70; depuis quelques décennies, il n’est plus qu’un « eye catcher ». Sur la ligne de vol, le MH1521 Broussard et le Yak 18. Entre les deux hangars, le campement des figurants en uniforme d’époque et leurs véhicules de la dernière guerre mondiale.

     

  •  
Jean-Pierre Decock

Jean-Pierre Decock

Brevet B de vol à voile en 1958. Pilote privé avion en 1970. Totalise 600 heures de vol dont 70 d’acro. Un œil droit insuffisant empêche toute carrière dans l’aviation. (Co-)Auteur et traducteur de 41 ouvrages d’aviation publiés en 4 langues depuis 1978. Compétences: histoire, technique et pilotage (aviation civile, militaire ou sportive).

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus