NSAC inaugure son terminal d’aviation d’affaires à Ostende

Arrivée au terminal de NSAC d’un biréacteur long-courrier Bombardier Global 6000 représentatif du haut de gamme de l’aviation d’affaires.

Ostende, 10 octobre 2019. Pas moins de 350 participants, clients, autorités locales, et personnalités du monde de l’aviation ont assisté à l’inauguration officielle du plus récent terminal d’aviation d’affaires en Belgique. Créé en octobre 2017 par Jef De Kinder, North Sea Aviation Center (NSAC) (www.nsac.aero ) veut développer l’activité « business aviation » de l’aéroport côtier, qui dessert non seulement Ostende et le littoral de la mer du Nord, mais aussi Bruges et Gand, à moins d’une heure de l’aéroport.

Dès son arrivée sur le tarmac privatif de NSAC, les passagers et l’équipage de ce Cessna Citation M2 sont accueilli par le « courtesy van » de NSAC.

Jef De Kinder est une personnalité bien connue du monde de l’aviation. Après une carrière de pilote militaire à la Force Aérienne Belge (de 1980 à 1997), son expérience à la 40è Escadrille de Koksijde l’inspire. Rendu à la vie civile, il est un des fondateurs de Noordzee Helicopter Vlaanderen (NHV), où il sera Chief Operating Officer et Project Manager, et également pilote, instructeur et examinateur. Entrepreneur dans l’âme, il crée ou investit dans plusieurs sociétés dans des domaines aussi variés que des applications informatiques et de la fourniture de services spécialisés.  Mais le grand projet c’est NSAC.

L’aviation d’affaire représente un peu plus de 5% des mouvements à l’aéroport d’Ostende-Bruges.  Mais ce dernier ne possédait pas d’infrastructure dédiée à ce genre de clientèle, qui nécessite des installations adaptées à la discrétion et à la rapidité de fourniture de services qu’offrent les terminaux d’aviation d’affaires. La société d’exploitation de l’aéroport (LEM Oostende Brugge Luchthaven NV), et en particulier son CEO Marcel Buelens, accueillent plus que favorablement l’idée de Jef De Kinder de construire et développer un tout nouveau terminal pour l’aviation d’affaires et l’aviation privée, offrant à la fois les services de handling spécifiques, des possibilités de hangar et de la maintenance. Cette dernière se fait en collaboration avec l’atelier agréé Gill Aviation.

Les deux “moteurs” de NSAC: Jef De Kinder et Erik Vermeersch.

Près de 4 millions d’euros sont investis dans le projet. La société est créée en octobre 2017 et identifie rapidement une zone sur le terrain de l’aéroport côtier. L’Apron 3 et le hangar H5, situés le long de la Nieuwpoortsesteenweg, près du site de la première aérogare ostendaise, sont la base du projet. Outre la rénovation du hangar H5 existant, NSAC a construit un second hangar d’une superficie de 1.600 m2 (pouvant abriter jusqu’à huit avions ou hélicoptères) et un terminal passagers de 857 m2 proposant tous les services requis par cette clientèle spécifique. Une convention de location long terme et de concession d’une durée de 40 ans est conclue avec la société d’exploitation de l’aéroport.

Vu depuis le tarmac de l’aérogare passagers, les infrastructures de NSAC sont impressionnantes. Deux avions clients sont visibles devant le nouveau FBO ostendais: un Cessna 750 Citation X et un Bombardier Challenger 300.

La première pierre est posée en grande pompe en septembre 2018 (voir Hangar Flying d’octobre 2018), et les nouvelles installations deviennent opérationnelles dès la fin mai 2019. L’inauguration officielle de ce 10 octobre 2019 a permis de constater le bien-fondé de cette réalisation. L’ancien hangar H5 complètement rénové a une surface de 3.000 m2 lui permettant d’accueillir jusqu’à 16 avions ou hélicoptères. Et le nouveau hangar et le terminal d’aviation d’affaires accueillent déjà leurs premiers usagers.

Le nouveau hangar accueille une sélection d’avions d’affaire et d’aviation générale: Piaggio P180 Avanti, Cessna Citation M2 et Diamond DA-62.

Parmi les arguments pour attirer les opérateurs vers Ostende, NSAC rappelle que l’aéroport est ouvert 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, et dispose d’une très longue piste (3.200 m) avec ILS disponible dans les deux directions, ce qui garantit des opérations permanentes et par tous temps.

Erik Vermeersch, le jeune CEO de NSAC, estime qu’ils peuvent générer un trafic supplémentaire et attirer des avions de plus gros tonnage grâce à la combinaison des capacité opérationnelles de l’aéroport d’une part et l’existence des nouvelles installations de NSAC d’autre part. Il estime le potentiel immédiat à environ 1.500 mouvements annuels.

Conversation amicale entre les représentants de l’aéroport d’Ostende, Marcel Buelens, CEO, et Vanessa Flamez, Marketing & Communication Manager , et le CEO de NSAC, Erik Vermeersch.

Marcel Buelens, rajoute que l’aviation d’affaires est le troisième élément du plan de développement de l’aéroport (s’ajoutant au trafic passagers et aux activités de cargo aérien, logistique et distribution de e-commerce). Les contrôles de police et de douane peuvent désormais s’effectuer dans le terminal de NSAC, sans devoir se déplacer au terminal principal.

Le terminal offre tous les services de handling requis par l’aviation d’affaires: accueil à l’arrivée et au départ, assistance auprès des services de douane et de police qui s’effectuent sur place, pilot lounge, service de catering, réservations d’hôtels, restaurants, voitures et même vélos, location d’avions et d’hélicoptères.

Le pilot lounge et le comptoir d’accueil du nouveau terminal d’aviation d’affaires d’Ostende.

Au premier étage des espaces de bureau et une salle de conférence (avec toutes les possibilités de vidéo-conférence) sont mis à disposition des clients et aussi d’autres entreprises aéronautiques. Le VIP lounge adjacent et son bar avec vue sur la piste complètent ce niveau.  Le deuxième étage dispose de trois chambres pour équipage, et d’un cabinet médical qui offre la possibilité de passer les examens médicaux de pilotes sur place. NSAC a en effet été approuvé en tant que centre médical aéronautique pour la délivrance d’attestations médicales tant pour pilote privé que professionnel et pilote de ligne.

Arrivée au terminal de NSAC d’un biréacteur long-courrier Bombardier Global 6000 représentatif du haut de gamme de l’aviation d’affaires.

Fort de ce démarrage bien accueilli par les clients, NSAC compte tout d’abord se faire mieux connaître des opérateurs d’aviation d’affaires et développer son trafic. Mais le duo De Kinder-Vermeersch a déjà d’autres idées de développement, dont Hangar Flying avait déjà parlé en octobre 2018: différents contacts sont en cours en vue de créer à Ostende une infrastructure dédiée aux drones. Mais cela est une autre histoire que nous suivrons bien entendu avec intérêt.

Texte et photos: Guy Viselé

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Guy Viselé

Guy Viselé

Pilote privé et Lieutenant-Colonel de Réserve de la Force Aérienne Belge, mais avant tout passionné d'aviation, il débute sa carrière chez Publi Air. Il passe ensuite vingt ans chez Abelag Aviation où il termine comme Executive Vice-President. Après dix ans comme porte-parole de Belgocontrol, il devient consultant pour l’EBAA (European Business Aviation Association). Journaliste free-lance depuis toujours, il a collaboré à la plupart des revues d'aviation belges, et a rejoint Hangar Flying en 2010.

Deze website maakt gebruik van cookies om uw gebruikservaring te optimaliseren. Door verder te surfen, stemt u in met ons Privacy & Cookie beleid. Accepteren Lees meer