Liernu: l’Ulmodrome fête ses trente ans

Première prestation lors d’une épreuve ULM des deux compères Alain Hanse et Michel Schoenaers, qui découvrent sur leur premier DPM (une aile Microbel associée à un chariot biplace Azur B) les plaisirs du largage de sac de sable dans la cible à l’aéroport de Charleroi-Gosselies le 13 mai 1984. (Photo Guy Viselé)

Liernu, le 8 avril 2019. Contrairement à ce qui avait été écrit dans la presse il y a un peu plus d’un an, l’Ulmodrome de Liernu est toujours actif et opérationnel. Toutes les activités (DPM, ULM, gyrocoptère, parachute motorisé, drone) fonctionnent et ne risqueraient de s’arrêter que le jour où les éoliennes prévues trop proches du terrain recevraient un permis de bâtir définitif (actuellement contesté au Conseil d’état).

Vue aérienne de EBLN prise en 2004 lors de l’inauguration des nouveaux hangars. (Photo Jonathan’s Team)

Liernu prépare d’ailleurs activement un grand événement pour fêter ses trente ans. Un gigantesque « Fly-In » d’ULM s’y déroulera les vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2019. Les organisateurs espèrent attirer près de 300 engins volants et offriront une bouteille de « bulles » à chaque pilote participant.

Hangar Flying a rencontré celui qui est à l’origine de ce sympathique terrain et qui continue à le gérer, Alain Hanse, un des pionniers de l’aviation micro-légère (comme on l’appelait au début des années 80), et retrace son histoire.

Alain Hanse
Jeune professeur d’éducation physique, Alain Hanse apprend à piloter « avion » à Temploux, chez Univair sur Robin avec comme moniteur Johnny Schuppler. Il vole de 1976 à 1978, mais « payer l’avion et la maison, cela faisait trop », et il doit arrêter avec une septantaine d’heures de vol à son actif.

Le virus est planté, et c’est à la télévision (l’arrivée à Bagatelle est retransmise en direct et en Eurovision!) qu’il suit avec passion la fameuse course Londres-Paris effectuée en 1982 par de merveilleux fous dans les drôles de machines que sont les premiers ULM. La possibilité d’accéder au rêve du vol de façon plus abordable que l’avion classique suscite une vague d’engouement pour cette nouvelle discipline, qui se développe d’abord sans cadre règlementaire.

Le Butterfly OO-569 piloté par René Thierry lors du Grand Prix des Constructeurs d’ULM organisé par le Flying Circus de William Tchang à l’aéroport de Charleroi-Gosselies le 13 mai 1984. (Photo Guy Viselé)

Alain rencontre un copain-voisin, Michel Schoenaers, ex pilote de planeur, et ils partagent cet intérêt, tout d’abord pour une machine de conception belge utilisant la technique du fameux Pou-du-Ciel d’Henri Mignet: le Butterfly. Créé en Belgique en 1979 par Guy François, Raymond Mossoux et Jean-Claude Vinnois, il participe au fameux Londres-Paris piloté par le journaliste de la RTBF René Thierry qui termina second!

Autre rencontre décisive: roulant en voiture, Alain suit un delta pendulaire motorisé (DPM) qui le survole, et se pose dans un champ à Gentinnes (il n’y avait à l’époque pas de terrains pour ces engins qui dès lors volaient à peu près n’importe où en campagne). Les deux pilotes sont Roland Coddens et Bernard Gosselet. Roland fait faire un tour à Alain dans sa machine, et c’est le début de sa passion pour les deltas pendulaires.

Première prestation lors d’une épreuve ULM des deux compères Alain Hanse et Michel Schoenaers, qui découvrent sur leur premier DPM (une aile Microbel associée à un chariot biplace Azur B) les plaisirs du largage de sac de sable dans la cible à l’aéroport de Charleroi-Gosselies le 13 mai 1984. (Photo Guy Viselé)

Il fait l’acquisition avec Michel Schoenaers de son premier DPM, une aile Microbel associée à un chariot biplace Azur B. Les deux amis se lâchent l’un l’autre en premier solo au départ de Temploux. Très rapidement, avec deux autres compères (Jacky Deben et Raymond Parfait), ils créent une équipe que le quatuor baptise « Jonathan’s Team » (inspirés par le film Jonathan le Goéland) pour participer aux premières épreuves ULM organisées en Belgique au début des années quatre-vingt (dont les premiers « Tours de Belgique »). Ce nom perdurera et sera repris lors de la création de la Sprl qui gèrera le futur Ulmodrome de Liernu.

Le Jonathan’s Team sur la plage, lors du Koksijde Flying Show de 1983. De gauche à droite, Michel Schoenaers, Alain Hanse, Jacky Deben, et Raymond Parfait. (Photo Jonathan’s Team)

Le 1er Vol postal en ULM, fut effectué par ULM Jonathan’s Team en mars 1985. Les enveloppes postées officiellement à Villers la Ville (cachet de la poste faisant foi) furent acheminées dans un champ bien dégagé, et emmenées, par les airs, dans un « sac postal » qui fut « dropé » en vol à Nivelles au-dessus de la caserne, puis emportées, par camionnette, vers le bureau de poste de Nivelles qui procéda à la distribution classique, dans les boîtes aux lettres. Pour l’anecdote, au retour, le Microbel, qui fit le vol postal, fut victime d’un givrage carbu, et se « vacha » au trou n° 8 du golf de Rigenée, pour en redécoller un peu plus tard!

Les pionniers de l’ULM reprennent les traditions de l’épopée de l’Aéropostale et effectuent le premier courrier aérien en DPM entre Villers la Ville et Nivelles en mars 1985. (Photo Jonathan’s Team)

Alain consacre de plus en plus de temps à sa nouvelle passion. Il devient moniteur à partir de 1985 et collabore avec Thierry Greiner, qui ouvre un terrain pour ULM à Orbais et l’exploite de 1984 à 1988. Il reprend le terrain et l’exploitation (écolage et vente d’ailes Pegasus), mais l’impossibilité d’y construire un hangar lui fait rechercher un autre site. L’absence de possibilité de garer les ailes obligeait les propriétaires de DPM à monter et démonter leurs engins et à les amener au terrain sur remorque …

Alain Hanse découvre Liernu et obtient en 1989 l’accord d’un fermier pour louer un terrain lui permettant à la fois d’y tracer une piste et d’y développer progressivement une infrastructure. Il y construit d’abord un petit club-house (une vieille cabane en bois venant du Collège St. Michel), puis un premier hangar pour les pendulaires. Il y développe une école de pilotage et des activité « ventes », portant principalement sur une combinaison d’ailes Pegasus et du tricycle Microbel de Bernard Gosselet. La firme britannique Pegasus fusionnera plus tard avec son concurrent Mainair pour devenir P & M Aviation, dont la Sprl Jonathan’s Team est toujours l’importateur et le distributeur pour les marchés belge et français.

Alain Hanse et Michel Schoenaers aux commandes d’un P & M QuickR qui peut atteindre les 194 km/h! (Photo Jonathan’s Team)

P & M Aviation est leader mondial du marché ULM / pendulaire, avec notamment ses célèbres modèles QuikR, HypeR et PULS-R, dont les performances leur ont permis d’établir plusieurs records mondiaux, et de devenir champion du monde de la discipline. Pour prouver la fiabilité et les performances de ses DPM, Alain Hanse accompagne comme navigateur la pilote de Rallye automobile Vanina Ickx lors de sa traversée de la Manche en DPM le 15 août 2002.

Les riverains
Dès 1990 quelques riverains entament les premières actions en se plaignant des nuisances sonores, une situation qui perdure depuis et fera l’objet de nombreuses actions et décisions judiciaires, faisant planer de lourdes menaces de fermeture à certains moments. Alain Hanse se débat farouchement et réussit à force de persévérance et de volonté à continuer l’exploitation, avec actuellement un permis unique délivré par la Région wallonne, regroupant à la fois les permis de bâtir et environnementaux.

Une autre menace a été le développement des éoliennes, dont certains exploitants ont demandé des autorisations de bâtir à des distances très proches du terrain, menaçant ainsi la sécurité aérienne et donc la survie même de l’Ulmodrome. Et là, paradoxe: les riverains ont introduit des recours suspensifs de ces demandes d’éoliennes, car « on préfère des ULM de temps en temps que les éoliennes tous les jours ».

Trente années d’une dure lutte contre quelques riverains, excessifs dans leurs démonstrations parfois trop agressives, cela a nécessité énormément de temps et d’énergie qui auraient été mieux consacrés au développement des activités. Actuellement, même s’il y a encore une fois un xième recours des riverains au Conseil d’état, toutes les activités continuent.

Par rapport aux ULM de la première génération (ici le OO-899 Weedhopper photographié ors du Salon Européen de l’ULM organisé à Liernu en octobre 1991), les constructeurs ont fortement réduit les nuisances sonores de leurs appareils. (Photo Guy Viselé)

Et pourtant, les progrès dus à l’évolution technique des machines font que les ULM et DPM récents sont nettement moins bruyants que les pionniers du début des années 80. Consciente de l’importance de la problématique des nuisances sonores, l’équipe du Jonathan’s Team y impose une stricte discipline et des trajectoires d’approche et de survol évitant les zones habitées. Ils développent très vite une « Charte de bonne conduite aérienne », qui est imposée à tous les pilotes locaux.

Cette charte crée des règles de bienséance et de bonne conduite envers le voisinage de l’Ulmodrome, tout en préservant la sécurité. Ces règles, initiées spontanément par l’exploitant de l’aérodrome ULM depuis le début de l’exploitation, sont diffusées parmi tous les pilotes « locaux », mais aussi à l’ensemble de la « communauté aérienne » aéronautique, via des parutions officielles (tels l’AIP, les ULIPS, les NOTAMS, les cartes Low Air, les sites internet spécialisés, etc.). L’aérodrome est également plus éloigné de toute maison, et toute agglomération, que ne l’exige la loi. Depuis 1989, en plus des règles de l’air légales, des zones spécifiques « interdites de survol à tout ULM » ont été définies autour des installations de Liernu pour garantir une sécurité optimale et une quiétude, et un respect de la vie privée, optimal, pour les habitants.

La Police de l’environnement mesura scientifiquement les nuisances sonores possibles autour de l’Ulmodrome, et chez les riverains les plus proches. Leurs conclusions parlent de nuisances « strictement bénignes », les normes wallonnes et européennes en la matière n’étant pas dépassées (sous 50 dB).

Le circuit (au sud du terrain) de Liernu a été défini pour éviter au maximum les nuisances sonores en restant le plus éloigné possible des zones habitées. (Photo Jonathan’s Team)

Les couloirs d’entrée et de sortie, ainsi que le circuit (au sud du terrain) ont été définis pour voler au-dessus des campagnes et en restant le plus éloigné possible des agglomérations avoisinantes.

Et Jonathan’s Team a même créé, lors du « Salon de l’ULM » de 1991, le « Prix du Silence », pour inciter les constructeurs à développer des engins plus silencieux et les pilotes à développer des procédures de vol permettant une réduction du bruit. Un prix d’une valeur de 1.000 ECU (l’euro n’existait pas encore à l’époque, mais il avait une valeur équivalente) a été décerné par les exploitants de Liernu, et un autre (de 50.000 FB) a été octroyé par le Ministère de l’Environnement.

Jonathan’s Team crée le « Prix du Silence » lors du Salon Européen de l’ULM organisé à Liernu en octobre 1991. De gauche à droite, Alain Hanse, le représentant du sponsor Opel, Mr Nihoul (Chef de Cabinet du Ministre wallon de l’Environnement), délégué Air Création, Vincent Piret (Aériane – Sirocco), Roland Coddens, Bernard Gosselet (constructeur Microbel), Bernard Bleeckx (Aériane – Swift), Charles Vandermeulen (Président Fédé ULM). (Photo Guy Viselé)

Malgré ces soucis, les utilisateurs de l’Ulmodrome créent une atmosphère très conviviale. L’ambiance « Liernu » attire une joyeuse bande de passionnés de l’ULM, cette aviation ultra légère qui rend accessible à plus de monde le rêve de pouvoir voler. Par rapport aux pilotes « avion », c’est un peu la différence entre « motards » et automobilistes. Divers artistes de la bande dessinée y trouveront d’ailleurs une source d’inspiration: Roger Leloup vient y étudier le pendulaire avant de faire voler en image son héroïne Yoko Tsuno. Jean Vervotte y développe le premier AIP ULM OO-706 au format inspiré par les guides routiers De Rouck. Un pilote caricaturiste, Xavier Somers, développe le petit journal du club et produira une superbe série de dessins humoristiques dans un style BD. Une sélection de celles-ci sera d’ailleurs exposée lors de l’événement 30/300.

Les dessins humoristiques de Xavier Somers, pilote DPM maintenant retraité, reflètent l’ambiance du terrain dans les années nonante. (Collection Jonathan’s Team)

Diversification d’activités
L’Ulmodrome de Liernu (EBLN) est une entité sur laquelle cohabitent plusieurs entreprises indépendantes, ayant chacune des activités spécifiques qui ne se marchent pas sur les pieds les uns des autres. Pas moins de 180 pilotes et 80 appareils sont basés à Liernu.

La société Jonathan’s Team est gestionnaire du terrain et exploite les pendulaires. Alain Hanse est un mordu du DPM: « parce que j’aime bien garder la gueule à l’air et que je m’ennuie dans une cabine fermée ». Il se réserve donc cette partie, tant en ce qui concerne la formation que les ventes (importateur de P& M Aviation).

Au roulage après son atterrissage, un DPM P&M Quick GT 450 basé à Liernu. (Photo Guy Viselé)

Cela ne l’a pas empêché d’ouvrir une école ULM trois axes, avec à une certaine période Christian De Vries (qui deviendra président de la Fédération ULM). Au fur et à mesure de l’avancée technologique, l’activité écolage s’effectuera sur divers types de machines. D’abord le bon vieux Weedhopper, puis les Rans Coyote, Storch, la gamme Flight Design (CT, CTLS, et autres), et actuellement et depuis plusieurs années Eurofox. Cette activité écolage aile haute se fait en association avec José Vande Veken. Cet instructeur très expérimenté, et multiple Champion ULM de France, d’Europe, et du Monde, dirige l’école de pilotage « 3 axes » » (www.ulmvdv.com).

L’Aeropro Eurofox OO-F29 est utilisé pour l’écolage en ULM trois axes par l’instructeur et champion du monde ULM, José Vander Veken. (Photo Guy Viselé)

L’appareil servant à l’écolage est l’Eurofox, un ULM 3 axes de conception et fabrication slovaque (Aeropro). Alain et José commercialisent l’Eurofox depuis 15 ans, car c’est le réel compromis d’un vrai ULM, idéal tant pour la formation que la navigation, fiable, précis, et accessible à un prix très raisonnable.

Autre activité commerciale des exploitants de Liernu, ils sont depuis 20 ans les importateurs exclusifs du matériel de Communication Lynx Avionics, une entreprise anglaise leader de la connectique de l’ULM, et du paramoteur.

Edouard Hansets (www.hansets.com) a développé pendant de nombreuses années la formation et les ventes d’Alpi Aviation, avec la gamme des Pioneers, magnifiques ULM trois axes ailes basse inspirés du SIAI-Marchetti SF-260.

Edouard Hansets a commercialisé les ULM d’Alpi Aviation (inspirés par le SIAI-Marchetti SF-260) et formé les pilotes ULM « aile basse » au départ de Liernu pendant plusieurs années. Le Pioneer 200 08-GO F-JXMG est l’un des modèles de la gamme Alpi Aviation. (Photo Guy Viselé)

A Liernu, chacune des disciplines de l’ULM (trois axes, deltas pendulaires motorisés, autogyres et paramoteurs) est présente, à la fois en écolage et en vente. En 30 années d’existence, plusieurs milliers de pilotes ont été formés à Liernu. Les différentes écoles basées organisent à la fois les cours théoriques et pratiques pour accéder aux brevets belges et français.

Sur fonds d’éoliennes, décollage d’un para motoriste de l’école « Easy Flying » d’Olivier Symoens, avec une aile Paramotors Adventure Smart. (Photo Guy Viselé)

Le paramoteur a été introduit dès le début des années nonante et y est toujours pratiqué à l’initiative d’Olivier Symoens, qui y dirige son école Easy Flying (0475/26 18 88). Il est également l’importateur et distributeur de la marque Adventure.
Une autre formule intéressante, les autogyres ou gyrocoptères, est tolérée sous immatriculation étrangère car toujours pas reconnue en Belgique. Cela nécessite des laissez-passer de survol du territoire, permanents si le dossier technique de la machine est reconnu, ou restreints à 30 jours par an pour les non-reconnus. C’est également Olivier Symoens qui est responsable de cette activité et est l’importateur des gyrocoptères Magni.

Représentatif de l’activité « gyrocoptère », le 59-DOK F-JYFE est un autogire Magni M-16 Tandem Trainer basé à Liernu. Sa commercialisation et l’écolage sur cette forme spéciale d’ULM sont effectuées par « Easy Flying ». (Photo Guy Viselé)

Plus récemment, Liernu a été le premier Ulmodrome wallon à accueillir une école de drones. Renaud Fraiture, pilote de drone expérimenté, inaugure en septembre 2014 le premier centre de formation belge de pilotage de drones destiné aux professionnels (hors club de modélisme). « Espace Drone » (www.espacedrone.be) y organise les cours théoriques et pratiques en pleine collaboration avec la DGTA, pour l’obtention du brevet officiel requis.

Informations pratiques
L’Ulmodrome de Liernu (Eghezée), est situé le long de l’autoroute E411 Bruxelles-Namur /Luxembourg à 40 km de Bruxelles. Par la route, on y accède, via la Sortie 12 (Eghezée/Sambreville), puis via le village de Meux et un chemin bétonné qui mène aux installations en plein milieu des campagnes.

Sur Google Maps: ULM LIERNU. Pour les GPS, encodez: 5310 Liernu – chemin du bois du Roi. Coordonnées géographiques: N 50° 34’ 50’’ – E 04° 47’ 30’’.

Par les airs, on y accède, sans taxe, et sans aucune formalité.

La menace éolienne en arrière-fonds de la piste et des hangars est momentanément stoppée par un recours des riverains. (Photo Guy Viselé)

La piste 07/25, bien dégagée, « au milieu de nulle part » est de 270 m roulable, et les approches et circuits se font sans radio, suivant les seules règles du vol VFR (vol à vue).

L’Ulmodrome (EBLN) se trouve en zone « non contrôlée », mais est bordée par plusieurs « volumes contrôlés, dangereux ou réglementés » (CTR et TMA de Charleroi EBCI – CTR et TMA de Beauvechain – EBD37 – HTA08 – zones militaires temporaires, etc.). Merci d’y être très attentifs.

De plus, le terrain est entouré de zones interdites de survol locales, imposant des couloirs d’accès bien précis (au-dessus des campagnes sans s’approcher des maisons). Consulter les schémas et extrait des ULIPS. Ces couloirs et zones sont à respecter strictement pour le bon respect du voisinage.

30/300 la fête pour un trentenaire
Alain Hanse et son équipe ont décidé de fêter les 30 ans de l’Ulmodrome de Liernu les vendredi 31 mai et samedi 1er juin en organisant un Fly-in. L’événement est destiné essentiellement aux pilotes et sympathisants du mouvement ULM. Les organisateurs espèrent attirer 300 ULM venant de Belgique et des pays voisins. Outre le trentenaire du terrain, ils rendent aussi un hommage aux 40 ans d’existence de l’Ulm pendulaire belge Microbel, créé par un autre pionnier, Bernard Gosselet. Et ils organisent également la dixième rencontre des participants au Forum Air Delta (volerdpm.clicforum.com/index.php).
Le défi de rassembler 300 Ulm en deux jours est de taille. Si la météo s’avère clémente, les organisateurs attendent de nombreux visiteurs étrangers. Le spectacle et l’ambiance s’annoncent exceptionnels. Chaque visiteur « aérien » recevra en cadeau de bienvenue une bouteille de « bulles » au bureau de piste.

L’affiche des 30/300. (Document Jonathan’s Team)

Les arrivées et départs sont prévus de 10h00 à 18h00. Différentes animations sont organisées sur le terrain. Un stand de la Fédération belge de l’ULM (BULMF) donnera toutes les explications relatives à ce beau sport de l’air. Les constructeurs amateurs du RSAB seront également présents sur le terrain. Une exposition de photos, archives et dessins caricaturaux évoquera l’histoire passionnante du site et de ses pilotes. Quelques ULM anciens permettront de visualiser l’évolution rapide tant en DPM qu’en ULM et de les comparer avec les machines les plus récentes. Cela rappellera les « Salons de l’ULM » régulièrement organisés sur le même terrain au début des années nonante. Le vendredi soir, un discours d’anniversaire des 30 ans est prévu à 19h00, et sera suivi d’un BBQ (sur réservation préalable) et d’une soirée dansante.

Les organisateurs invitent les participants aériens à s’informer et s’enregistrer via les adresses suivantes: www.ulms.net contact: info@ulms.net

Activité intense en seuil de piste: deux Aeropro Eurofox (OO-F29 et OO-E11) de l’école de José Vander Veken croisent le gyrocoptère L&T 01 (31-ABH). (Photo Guy Viselé)

Cette fête des trente premières années de ce beau terrain est l’occasion à la fois de marquer son soutien pour le maintien du site et de se tremper dans la chaude atmosphère de camaraderie du monde de l’ULM.

Texte: Guy Viselé
Photos: Guy Viselé et Jonathan’s Team
Dessin: Xavier Somers

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Guy Viselé

Guy Viselé

Pilote privé et Lieutenant-Colonel de Réserve de la Force Aérienne Belge, mais avant tout passionné d'aviation, il débute sa carrière chez Publi Air. Il passe ensuite vingt ans chez Abelag Aviation où il termine comme Executive Vice-President. Après dix ans comme porte-parole de Belgocontrol, il devient consultant pour l’EBAA (European Business Aviation Association). Journaliste free-lance depuis toujours, il a collaboré à la plupart des revues d'aviation belges, et a rejoint Hangar Flying en 2010.

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus