Stampe fly-in, 26ème opus

Deurne, le 28 mai 2017. L’ambiance des grands jours y régnait pour le 26ème opus du Stampe fly-in. Celui-ci devait avoir lieu en 2016 mais avait été suspendu pour cause d’alerte maximum après les attentats de Bruxelles et de Zaventem. Le franc soleil dans un ciel rigoureusement bleu avait attiré de nombreux spectateurs qui ne furent pas déçus car, malgré l’annulation des deux présentations acrobatiques du Mustang et du Boomerang, des remplacements au pied levé furent assurés par un Harvard et un Yak 3. Les organisateurs avaient, comme il est pour ainsi dire de coutume, ménagé une grande surprise au public. Cette année il ne s’agissait rien moins que du vol en formation des répliques des avions Fokker D.VIII et Nieuport 28 du Stampe Museum accompagnées, lors de leur taxi, par celle de l’Albatros D.IX.

Bien entendu, l’attraction du jour était le vol en formation de treize SV4 ouvrant le programme de la fête aérienne… Ceci d’autant plus que le SV4 immatriculé G-BPLM et piloté par Christopher Jesson se détacha de la formation pour passer magistralement le programme intégral de voltige aérienne en un gros quart d’heure avec toute la finesse de pilotage et d’enchaînement, sans temps morts, des figures dont seul le Stampe est capable. Dans les années 30 du siècle dernier, lorsque le Stampe & Vertongen SV4 est né, on aurait dit que c’était une démonstration de haute école… Bravo à Christopher Jesson, le public (et moi donc !) avons dégusté ce grand moment d’aviation « à la petite cuiller », ce qui ne se présente pas souvent.

La formation des treize SV4 s’organisait comme suit :

– trio de tête : leader Danny Cabooter (OO-GWC) avec, à sa gauche, l’OO-GWA/V66 piloté par son fils Aaron et, à sa droite, l’OO-PAX/V5 piloté par Laurens Leeman;
– le trio positionné à la gauche de la formation était mené par Raymond Cuypers aux commandes de l’OO-WIL/V42, flanqué à gauche par l’OO-SVT piloté par Maxim Schelfout et à droite par Bernard Van Milders avec l’OO-EIR/V4;
– l’aile droite de la formation était assurée par l’OO-MON/V30 en tête avec Guy Van Eeckhoudt et son fils Olivier dans le cockpit avec à l’aile gauche l’OO-BPL/V52 emmené par Bart Cluytens et à l’aile droite le D-EBUT piloté par Johannes Altendeitering;
– la quatuor fermant la marche était mené par le G-BPLM piloté par Christopher Jesson avec, à sa gauche, le G-BWEF avec Richard Ward et à sa droite le G-AWEF avec Angus Buchanan comme pilote, le défilé étant clôturé par le G-OODE piloté par Bill Merry.

Belle délégation britannique avec quatre appareils faisant partie du fameux Tiger Club de Biggin Hill au sud de Londres.

Plusieurs séquences dynamiques allaient encore se jouer dans le ciel anversois, entrecoupées, il est vrai par l’arrivée ou le départ de vols commerciaux. Il y eut d’abord les passes à basse altitude du Harvard MKIIb immatriculé N13FY effectuées par son pilote néerlandais Hanno Wesdorp qui a immatriculé son zinc de la sorte suite aux nombreuses tracasseries et enquiquinements de la part de l’administration, FY signifiant « F… You » ! Il y eut aussi les vols musclés des T-28 Trojan TL/N13288 de Luc Hellings et KV/NX277WW piloté par Peter Celis, tant en formation qu’en présentation solo.

Vint le moment délicieusement nostalgique des vieux avions de 14-18 avec le Fokker D.VIII développant une séquence de vol très dynamique avec Bernard Van Milders au manche à balai et en formation avec le Nieuport 28 piloté par Vincent Carpentier. L’Albatros D.IX en attente de son certificat de navigabilité ne pouvait pas voler, mais Raymond Cuypers l’a taxié en dernière position de la formation, ce qui était une excellente idée et fut une belle récompense pour les spotters et autres aficionados des oiseaux rares. C’était vraiment un chouette moment, d’autant plus apprécié que de telles présentations sont très rares dans les fêtes aériennes.

L’Agusta A109 effectua sa très virile présentation en vol avec un large recours aux leurres thermiques qui, était-ce voulu ou une simple coïncidence, étaient tirés et éclataient avec un ordonnancement très géométrique… Bernard Van Milders paya encore de sa personne en effectuant un magistral vol acrobatique avec son Harvard MKIIb portant le serial H210. Les Viktors démontrèrent, une fois encore, que des pilotes d’aéro-club motivés et entraînés pouvaient atteindre le niveau de professionnels.

L’événement se termina en apothéose par la présentation bien ficelée de la patrouille des Diables Rouges avec, comme clou du spectacle, le Fouga Magister MT5 (Diable Rouge revenu des USA en 2016) piloté par Kris Van den Bergh qui prit la tête de la formation de quatre SIAI-Marchetti SF260 à la livrée écarlate…

Le Stampe Fly In 2017 est un très bon cru. Bravo et merci à Danny Cabooter, Président du Stampe Museum, secondé par les membres de l’Aviation Society of Antwerp et tous les membres du personnel de l’aéroport de Deurne, sympathiques et enthousiastes qui ont permis de concrétiser cet excellent moment d’aviation pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Jean-Pierre Decock

  • Le SV4B immatriculé G-AWEF vient d’atterrir en compagnie de son jumeau (G-BWEF) en provenance de Biggin Hill, repaire du Tiger Club qui fut un grand promoteur du SV4 au Royaume-Uni. Ces appareils étaient accompagnés des SV4 immatriculés G-BPLM et G-OODE.

  •  
  • Rapatrié depuis Borken en Allemagne le 22 janvier 2017, le D-EBVV (V58 à la Force Aérienne Belge) est à présent basé au Stampe Center de Deurne et devrait retrouver bientôt son immatriculation belge OO-SVV.

  •  
  • Nouvel arrivant à Deurne, le Pitts S2B à moteur Lycoming de 260 CV, un vrai champion de l’acrobatie, porte le drapeau belge et les noms de Laurens et Jonas Leeman.

  •  
  • L’une des surprises du Stampe Fly In, le petit Tipsy Nipper OO-LEO baptisé Yellowbird (canari) remotorisé avec un Rotax.

  •  
  • Arrivée du vol régulier TUI, en l’occurrence l’Embraer 190 immatriculé OO-TEA.

  •  
  • Le leader de la formation des SV4 ainsi que Président du Stampe Museum et à la tête de l’organisation de l’événement, Danny Cabooter aux commandes de son SV4C OO-GWC (le premier exemplaire de la série française lancée en 1946) vient de dégager la piste et regagne le tarmac.

  •  
  • Le Stampe SV4E immatriculé OO-SVT (remotorisé avec un Lycoming de 160 CV) a eu la dérive peinte aux couleurs nationales en vue de sa participation au rallye de vieux avions (old timers) Crete2Cape fin 2016. Mais le projet ne s’est pas concrétisé et c’est l’OO-GWB qui en définitive prit part à l’aventure.

  •  
  • Le Général-major Aviateur en retraite Guy Van Eeckhoudt a volé dans la formation des SV4 accompagné de son fils Olivier dans le OO-MON/V30 dont il est le propriétaire. Son casque ne laisse planer aucun doute sur le fait qu’il ait volé sur F-104G à la 350ème escadrille et qu’il fut le Chef de corps du 15ème wing.

  •  
  • L’OO-BPL est intégralement peint en blanc à l’instar de celui (OO-ATD) à bord duquel Léon Divoy et Mike Donnet s’échappèrent de Belgique occupée en juillet 1941, au nez et à la barbe des Allemands.

  •  
  • Christopher Jesson entame son superbe show acrobatique à bord du G-BPLM. En un quart d’heure environ, toutes les figures de haute école y sont passées en souplesse. Nous avons été impressionné par son tonneau déclenché (dur, dur pour l’avion et le pilote), son 360° extérieur (bonjour les G négatifs !), ses renversements bouclés avec fluidité et ses splendides tonneaux lents, figures requérant du doigté au manche à balai, tous témoignent de la finesse aux commandes de son pilote Christopher Jesson qui mérite résolument une standing ovation!

  •  
  • Christopher Jesson taxie après avoir accompli son show époustouflant et nous le saluons en battant des mains, les bras bien tendus vers le ciel, le pilote nous répond d’un large salut de la main; sur la dérive de cet SV4 figure l’emblème du Tiger Club.

  •  
  • Hanno Wesdorp lors d’un passage en vitesse avec son Harvard MKIIb immatriculé N13FY, les deux dernières lettres pour F…You à l’adresse des fonctionnaires qui l’avaient royalement enquiquiné dans les démarches de certification de son Harvard.

  •  
  • « Tail chase » que le T-28 Trojan N13288/TL piloté par Luc Hellings par le T-28 NX377WW/KV avec Peter Celis aux commandes.

  •  
  • Le Nieuport 28 et le Fokker D.VIII répliques des avions de 14-18 détenues par le Stampe Museum volent en formation serrée.

  •  
  • Bernard Van Milders aux commandes du Fokker D.VIII effectue un passage à basse altitude en balançant des ailes.

  •  
  • Au taxi, le Fokker D.VIII décoré comme le seul appareil du type qui fut « butin de guerre » en 1918 porte les cocardes belges et le numéro d’identification 17 apposé pour sa présentation lors du meeting aérien de 1920 à l’occasion de Jeux Olympiques d’Anvers; c’était Albert Van Cotthem qui le pilotait pour la circonstance.

  •  
  • L’Albatros D.IX du Stampe Museum en attente de son certificat de navigabilité ne pouvait pas voler, mais les organisateurs ont eu la bonne idée de le faire taxier avec Raymond Cuypers aux commandes lors du départ et du retour de la formation Fokker D.VIII/Nieuport 28.

  •  
  • Vincent Carpentier (dit Kar Pie) taxie le Nieuport 28 après son en vol en formation avec le Fokker D.VIII. Ce pilote de ligne est un ancien pilote de F-16 à la 23ème escadrille « Devils » de Kleine-Brogel.

  •  
  •  Au cours de sa démonstration, l’Agusta A109 de la 17ème escadrille du wing héli tire plusieurs salves de leurres thermiques, en voici une où le tir et les éclatements des fusées se font avec une belle symétrie (voulue ou par hasard ?)

  •  
  • Depuis 2016, le démonstrateur A109 est le H29 (remplaçant le H24 utilisé durant plusieurs années) décoré à l’effigie du loup, emblème du 1er wing héli de Beauvechain; le H24 portait l’image du griffon, emblème de la 17ème escadrille.

  •  
  • Piqué vertigineux du H29 lors de son show particulièrement musclé.

  •  
  • Virage sur la tranche du H210 piloté par Bernard Van Milders, le patron du Flying Group, qui a particulièrement payé de sa personne pour animer le show le dimanche.

  •  
  • Le Fouga Magister MT5 revenu des USA et remis en état de vol en 2016 roule, avec Kris Van den Bergh aux commandes, avant de décoller et de rejoindre la formation des quatre SF260 de la patrouille des Diables Rouges.

  •  
  • Le « gang des rouges », le Fouga Magister MT5 et les SIAI-Marchetti SF260 de la patrouille des Diables Rouges pilotés par les Commandants Leys (leader), G. Deroubaix, Van Hecke et Alain Collard évoluent en formation au-dessus de l’aérodrome de Deurne, clôturant ainsi la fête aérienne en apothéose.

  •  
Jean-Pierre Decock

Jean-Pierre Decock

Brevet B de vol à voile en 1958. Pilote privé avion en 1970. Totalise 600 heures de vol dont 70 d’acro. Un œil droit insuffisant empêche toute carrière dans l’aviation. (Co-)Auteur et traducteur de 41 ouvrages d’aviation publiés en 4 langues depuis 1978. Compétences: histoire, technique et pilotage (aviation civile, militaire ou sportive).

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus