EBGG Tailwheel Meet

Overboelare, le 8 août 2011. Deuxième journée du 6ème Tailwheel Meet (rencontre d’avions à roulette de queue) organisé sur cet aérodrome sympathique et champêtre connu depuis 1969 par les aviateurs sportifs pour son club-house inusité, à savoir un DC-4 quadrimoteur aménagé pour la cause et qui, à présent, est fermé mais s’y trouve toujours quoique dans un état tristounet depuis belle lurette.

N’empêche que le Tailwheel Meet qui y était organisé pour la sixième fois consécutive par les clubs et les aviateurs de l’endroit fut, cette année encore, une franche réussite. L’importante participation des avions et des équipages de la nouvelle association « Squadron 369 », qui s’efforce de faire voler un maximum de monomoteurs légers vétérans, n’y est pas étrangère. L’ambiance y était détendue, amicale, voire même bon enfant. C’était, en quelque sorte, un family day pour les habitants de la région venus voir les avions… Et le déplacement valait la peine car il y a eu beaucoup de mouvements dans le ciel et sur la piste 03-21 d’Overboelare. Le programme était fourni et le public n’a pas boudé son plaisir dans la proximité avec les avions et les protagonistes du spectacle aérien.

Le temps était de la partie, le commentateur (néerlandophone) était excellent, le bar dans le hangar était à un jet de pierre des barrières séparant le public de la zone opérationnelle et les treuillages de planeurs se poursuivirent inlassablement.

En finale, une fête aérienne comme on les aime: beaucoup à voir, dans une ambiance aéro-club avec ce qu’il faut de discipline pour que tout se passe en souplesse et sans contraintes excessives. Bravo à l’équipe de bénévoles d’Overboelare qui a organisé l’événement qui était, cette fois encore, une grande réussite. La satisfaction évidente chez les nombreux visiteurs du Tailwheel Meet est manifestement leur plus belle récompense.

Texte et photos: Jean-Pierre Decock

Remerciements à Kris De Schryver et à Mario Aelaerts pour leur contribution à la réussite de cet article.

  • Interception au-dessus de Grammont du Piper PA 18 Cub OO-SPG (OL-L47 dans sa livrée militaire de la light aviation belge) avec Paul Aelaerts aux commandes et Fons au poste arrière.

  •  
  • Le Piper PA 18 Cub OO-LGB (OL-L49 en livrée militaire) se met en « close line astern » pour effectuer un passage en formation serrée à la file indienne et au radada sur la piste 21 d’Overboelare. Aux commandes de l’appareil, Mario Aelaerts, le fils de Paul qui pilote l’avion leader (OO-SPG/OL-L47).

  •  
  • Virage à droite aile dans aile des OO-SPG et LGB pilotés respectivement par Paul Aelaerts (le père) et Mario Aelaerts (le fils) pour un passage par le travers de l’aérodrome qui se trouve le long de la Dendre et dont on peut voir le hangar et le Cub allemand tout jaune à hauteur du milieu de l’aile gauche de l’OL-L47.

  •  
  • Rencontre dans le ciel de Grammont du Super Cub OO-MNM piloté par Kris De Schryver, l’un des organisateurs et cheville ouvrière du Tailwheel Meet de même que membre actif de l’association « Squadron 369 ».

  •  
  • Passage sur le dos de l’Extra 300 sans immatriculation… et sans pilote ! Normal, car il est téléguidé par Jens Van Dorpe qui a fait une magistrale démonstration en vol de cette maquette presque à l’échelle ½ (42%) de l’original et qui fait, par conséquent, une envergure de 3,15 mètres. Construit en bois, l’avion ne pèse que 18 kg et le moteur de 19 CV dans le nez lui donne un rapport poids/puissance supérieur à 1 ! C’est dire les figures de vol extrêmes que ce modèle a effectuée et dont le vrai (avec un pilote à bord) serait bien incapable !

  •  
  • Les deux jeunes pilotes des modèles réduits téléguidés de l’Extra 300: le Néerlandais Jurrien Vissers (à gauche), champion de Hollande, et le Belge Jens Van Dorpe également champion de Belgique dans diverses catégories. Ils ont fait une présentation en duo très appréciée du public et la salve d’applaudissements à l’issue de leur vol était amplement méritée.

  •  
  • Passage (très) bas sur la piste d’Overboelare en guise de salut lors du départ de l’OO-HBQ (ex OL-L56 à l’aviation légère de l’armée de terre).

  •  
  • Retournant chez lui à Bonn, ce Piper Cub est un ancien appareil de la Luftwaffe dont il a gardé les couleurs et les marques. Seule l’immatriculation civile D-EFTB a été rajoutée sur la dérive.

  •  
  • Venu d’Anvers-Deurne avec Frank Demeyer aux commandes, le Stampe & Vertongen SV4E (car remotorisé avec un Lycoming avec cylindres à plat), l’OO-KAT fit une démonstration de voltige et de nombreux passages bas pour le plus grand plaisir des photographes, tant il est vari que ce zinc est particulièrement photogénique.

  •  
  • Passage à basse altitude en formation du SV4E (OO-KAT) piloté par Frank Demeyer et du Pitts S2C (G-INDI) piloté par Luc Coesens, le fils du promoteur et propriétaire de l’aérodrome d’Overboelare, Armand Coesens qui est lui-même un pilote réputé.

  •  
  • Le Chipmunk ex armée britannique vient de Wevelgem et se pose avec Thomas De Bruyn aux commandes.

  •  
  • Après une visite de courtoisie, le Piper PA18 OO-LOT s’en retourne à Brasschaat avec Melle Kenis, la fille du propriétaire de l’avion et membre du « Squadron 369 », qui agite la main en signe d’au revoir.

  •  
  • Mario Aelaerts, vice-président de l’association « Squadron 369 », avec son fidèle ours en peluche «Cubby » à l’arrière, fait un passage bas avant de démontrer la capacité du Piper Cub à virer sur la tranche et manœuvrer dans un mouchoir de poche.

  •  
  • Démonstration d’un remorquage de planeur par le Bellanca Scout (OO-RTP) du Vlaams Zweefvliegcentrum Phoenix encadré par les Piper Cub OL-L49/OO-LGB piloté par Mario Aelaerts (à droite) et OO-MNM avec Kris De Schryver (à gauche) aux commandes.

  •  
  • Retour au tarmac, après un vol d’échauffement, du Pitts S2B écarlate baptisé « Peter Pan flying man » de Peter Van Israël basé à Overboelare et qui fit ensuite montre de ses talents d’acrobate, fumigène à l’appui…

  •  
  • Camille Montaigu, président des Vieilles Tiges de l’aviation du Grand Duché de Luxembourg, décolle son Cessna L-19 Bird Dog vétéran pour rejoindre sa base grand-ducale.

  •  
Jean-Pierre Decock

Jean-Pierre Decock

Brevet B de vol à voile en 1958. Pilote privé avion en 1970. Totalise 600 heures de vol dont 70 d’acro. Un œil droit insuffisant empêche toute carrière dans l’aviation. (Co-)Auteur et traducteur de 41 ouvrages d’aviation publiés en 4 langues depuis 1978. Compétences: histoire, technique et pilotage (aviation civile, militaire ou sportive).

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus