Des ailes toutes neuves pour neuf nouveaux pilotes

Beauvechain, le 12 octobre 2011. Une parade est organisée pour la remise des ailes aux neuf nouveaux pilotes de la Composante Air de la Défense, mais aussi et pour la première fois pour la remise de brevet à certains personnels aviateurs navigants de même que non navigants (et non techniciens) fraîchement émoulus du Centre de Compétence Air. C’est le Colonel Aviateur Ingénier (et breveté d’état-major) Stéphane Pierre qui préside à la cérémonie: il est en effet le commandant de cette nouvelle entité indépendante créée à Beauvechain en septembre 2010. Le Centre de Compétence Air comprend également les 5ème (instruction en vol initiale) et 9ème (formation des moniteurs) escadrilles et constitue l’autorité hiérarchique en matière de formation des futurs pilotes belges dans les diverses écoles françaises de Tours et Cazaux (pour la chasse), d’Avord (pour le transport) et de Dax (pour les hélicoptères).

Le Ministre de la défense nationale, Pieter De Crem, le Lieutenant-général Delcour (chef d’état-major général des forces armées), le Lieutenant-général Gérard Van Caelenberge (chef des opérations & training des forces armées belges), le Lieutenant-général Michel Singelé (DG informations et relations publiques des forces armées) ainsi que le Général-major Claude Van de Voorde (commandant de la composante air de la défense) de même que de nombreux chefs de corps de bases aériennes et d’anciens – y compris de la Royal Air Force Belgian Section – rehaussaient l’événement de leur présence.

Les élèves pilotes de la promotion 2008 du cadre auxiliaire et leurs collègues sortant de l’Ecole Royale Militaire s’étaient choisis le Commandant Aviateur Prince Antoine de Ligne comme parrain de la promotion. Entraîné, après avoir fui la Belgique occupée en 1943, dans les écoles de la Royal Air Force en 1943/44 et 45, le Flying Officer de Ligne rejoignit à l’issue de sa formation le 349 (Belgian) squadron à Wunstorf en Allemagne juste après la cessation des hostilités. Le Prince Antoine de Ligne servit ensuite aux 1er, 2ème et 7ème wings de chasse. Après son départ de la Force Aérienne, il fut pilote de l’Auster VI sur skis lors de la première expédition belge en Antarctique de fin 1957 à fin 1959. Accidenté près des monts Belgica, découverts peu avant lors d’une de ses reconnaissances aériennes, il fut secouru par un avion russe au bout de plusieurs jours d’errance dans ce territoire hostile à l’extrême avec ses compagnons d’infortune, le géodésien Jacques Loodts et le Baron Gaston de Gerlache, qui était également le chef de la mission. Cela ne découragea pas le Prince Antoine de Ligne qui participa encore à des explorations ultérieures du continent blanc. Son fils était présent à la remise d’ailes aux jeunes brevetés, honorant ainsi la mémoire du pilote prestigieux qu’était son père.

Des neuf nouveaux pilotes, trois émanent de la 144ème promotion « sciences sociales et militaires » de l’Ecole Royale Militaire et six proviennent du cadre auxiliaire, promotion 2008. Leur carrière future se déroulera à la chasse pour quatre d’entre eux, sur hélicoptères de combat pour quatre autres et au transport militaire pour le neuvième.

Les vingt-six spécialistes ayant reçu leur brevet lors de cette manifestation comprenaient deux flight engineers ou mécaniciens de bord et deux loadmaster-stewards destinés au personnel navigant du 15ème wing, quatre pilotes de drones B-Hunter ou UAV (unarmed aerial vehicle) destinés à la 80ème escadrille, les autres étant contrôleurs aériens ou prévisionnistes météo.

Tradition oblige, le passage de trois Agusta A 109, de quatre SIAI Marchetti SF 260, d’un C-130 Hercules et d’un box de quatre F-16AM annonça la fin de la parade qui fut effectivement clôturée avec faste par une démonstration de la patrouille des Diables Rouges, au demeurant fort bien tournée malgré une météo plutôt peu clémente.

Texte et photos : Jean-Pierre Decock

  • Les ailes (ou wings), le symbole universel d’appartenance à la grande confraternité des aviateurs.

  •  
  • Les neuf nouveaux pilotes de la Composante Air saluent l’assistance avant que les ailes ne soient épinglées sur la poche gauche de leur vareuse. En bout de file, l’auxiliaire féminine présente le portrait du parrain de la promotion, le Commandant Aviateur Prince Antoine de Ligne, un grand pilote belge décédé en 2005.

     

  •  
  • La filière de formation de tous les pilotes militaires commence à la 5ème escadrille sur SIAI Marchetti SF 260 (le ST-32 vu ici porte sur sa dérive la décoration spéciale du leader de la patrouille Hardship Red) et se poursuit, pour les futurs pilotes de chasse, sur Alphajet à Tours et à Cazaux dans le cadre du programme franco-belge Ajets.

     

  •  
  • Par contre, pour la filière pilote de transport, la phase SF 260 initiale est suivie d’une autre sur multimoteurs Embraer 121A au Centre d’Instruction des Equipages de Transport de l’Armée de l’Air sur la base aérienne 702 d’Avord.

     

  •  
  • Tandis que la filière pilote d’hélicoptère se poursuit au sein de l’ALAT (Aviation Légère de l’Armée de Terre) sur Eurocopter EC 120B Colibri à Dax pour se conclure sur Agusta A109BA tel que le H24 vu ici à Beauvechain.

     

  •  
  • Le premier groupe de 26 brevetés du nouveau Centre de Compétence Air composé de non navigants, hormis les deux mécaniciens de bord et les deux loadmaster-stewards destinés au 15ème wing de transport et, dans une certaine mesure, les quatre pilotes (dont deux femmes) destinés à la 80ème escadrille UAV de Florennes, s’avancent vers la tribune pour recevoir les félicitations du Général-major Claude Van de Voorde et du Colonel Stéphane Pierre, respectivement commandants de la Composante Air et du Centre de Compétence Air.

     

  •  
  • Le traditionnel lancer de képis que cette promotion-ci effectue avec une vigueur peu commune.

     

  •  
  • Vol en formation « ladder » (échelle ou file indienne) de la patrouille des Diables Rouges, en fait trois rouges et un blanc, en l’occurrence le SF 260 blanc avec dessous bleu spécialement peint pour célébrer en 2009 les 30 ans de services et les 300.000 heures de vol des SIAI Marchetti SF 260 à la Force Aérienne/Composante Air.

     

  •  
  • Passage bas et lent, tout sorti, des Diables Rouges avec le Commandant Alain Collard (ST-04) leader, le Lieutenant Stefaan Braem (ST-27) ailier gauche, le Capitaine Albert Baltus (ST-15) ailier droit et le Lieutenant Olivier Gilson (ST-30 blanc) charognard.

     

  •  
Jean-Pierre Decock

Jean-Pierre Decock

Brevet B de vol à voile en 1958. Pilote privé avion en 1970. Totalise 600 heures de vol dont 70 d’acro. Un œil droit insuffisant empêche toute carrière dans l’aviation. (Co-)Auteur et traducteur de 41 ouvrages d’aviation publiés en 4 langues depuis 1978. Compétences: histoire, technique et pilotage (aviation civile, militaire ou sportive).

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus