Air Academy New CAG se modernise

La plus récente addition à la flotte est un superbe Extra 330LX (F-HURT), qui permet désormais à Air Academy New CAG de proposer une formation « Upset Prevention and Recovery Training » (UPRT).

Charleroi Airport, le 28 septembre 2019. L’école de pilotage Air Academy New CAG (www.newcag.be) est née en 2010 suite à la reprise par six groupes d’actionnaires des activités du Centre d’Aviation Générale (CAG, créé en 1976 par Berthy Graux). Au fil des ans, la composition de l’actionnariat évolue et actuellement il ne reste plus qu’un des groupes du départ, composé de trois actionnaires. Parmi ceux-ci, Denis Petitfrère, CEO, accountable manager, et un des principaux actionnaires, qui est impliqué dans l’histoire de cette école depuis une vingtaine d’années.

Les locaux de l’école de pilotage Air Academy New CAG sont situés dans le bâtiment S7, près de l’Executive Aviation Terminal, situé dans l’ancienne aérogare (côté tour de contrôle) au sud de l’aéroport.

Denis Petitfrère

Denis Petitfrère est passionné par l’aviation depuis son plus jeune âge. Bien qu’issu d’une famille sans passé aéronautique, il rêve très tôt de devenir pilote de chasse. Mais dès l’âge de cinq ans, il doit porter des lunettes, donc semble condamné à ne pas pouvoir y accéder. Paradoxalement, à 14 ans, suite à une bagarre de cours de récréation, il est blessé par un jet de caillou à l’œil. Après 15 jours de soins on constate que la vision normale est revenue ! Il commence l’aéromodélisme dès 10 ans. Ses parents lui ont donné une formation musicale, et il joue de divers instruments qui lui permettent de couvrir les dépenses de son hobby. En 1997, il se présente à l’Ecole Royale Militaire et réussit les examens d’admission, mais n’est pas retenu comme candidat pilote. Après une année de math spéciales et d’apprentissage du néerlandais, il se représente et est enrôlé au sein de la 138è Promotion Toutes Armes.  Il y suit les cours pendant deux ans avant de devoir renoncer à terminer son cycle d’études.

Denis Petitfrère est titulaire d’une qualification instructeur et peut dispenser la formation en vue d’un « type rating » Pilatus PC-12 grâce aux liens privilégiés entre l’école et EAPC, dont il est également CEO et actionnaire.

Un stage de vol à voile à St-Hubert lui fait découvrir ce sport de l’air et le magnifique aérodrome ardennais, dans la sauvegarde duquel il s’impliquera quelques années plus tard.

Il quitte l’ERM en 2000 et entame en parallèle des études d’informatique à l’ULB et divers petits boulots. De chauffeur-livreur de pizzas, il devient téléphoniste, courtier en assurance puis gestionnaire-manager d’une équipe de 20 personnes, tout en assumant les fonctions de Président du Cercle Informatique dans sa faculté universitaire. A partir de 2003, il débute une carrière professionnelle en informatique, qui lui permet de financer sa passion.

Suite à la réception d’une brochure publicitaire de PL Aviation, créée par Frédéric Colson à St-Hubert, il se rend à une séance d’information sur la formation de pilote privé. Il y fait la connaissance de Mathias Vivario (petit-fils du Général), et bien sûr s’inscrit au cours et obtient sa licence de pilote privé  (PPL) en 2006.

Le Diamond Star DA-40D OE-KPL (MSN D4.164) est la première expérience de Denis Frère à la fois en gestion de copropriété et en exploitation.

Ils participent ensemble à un projet d’achat d’un monomoteur, qui se concrétise par la création d’une société de cinq copropriétaires d’un Diamond DA-40D, mis en exploitation chez PL Aviation (OE-KPL). Il poursuit sa formation à l’école de pilotage New CAG de Berthy Graux à Charleroi. C’est le début d’une longue aventure aéronautique. Avide de nouveaux défis, il réfléchit à un avion plus complexe, le bimoteur Diamond DA-42 Twin Star. Avec Mathias Vivario et huit autres partenaires, il crée la société Aeroplano qui fait l’acquisition du F-GUPM livré en juillet 2007.

Les débuts ne sont pas faciles. Il faut à la fois convaincre les clients (dont le New CAG de Berthy Graux) de voler sur cet appareil moderne mais plus couteux que les vieux bimoteurs précédents. Il doit en outre surmonter les difficultés liées à la faillite en 2008 du constructeur des moteurs. Anticipant les difficultés d’approvisionnement en pièces de rechange, Denis Petitfrère réussit à mettre la main sur un important stock de pièces qui lui permet de continuer à voler.

Le premier bimoteur Diamond DA-42 Twin Star (F-GUPM MSN 42.252) acquis en 2007 fait partie de la flotte de Air Academy New CAG. Il a été rejoint par une deuxième machine du même type en 2015.

Du New CAG à Air Academy New CAG

Parallèlement, la complexité de la mise en conformité avec les Joint Aviation Requirements (JAR) de la Joint Aviation Authority (JAA, précurseur de la future EASA) ne permettent plus à Berthy Graux de gérer son école. Il souhaite se consacrer au seul monitorat. En février 2012, le patron et fondateur du New CAG, convoque les propriétaires des avions qu’il louait pour son école et les invite à créer une nouvelle société pour continuer les activités. Après de longues négociations, Air Academy New CAG est lancé par six groupes d’actionnaires à parts égales mais aux intérêts divergents.  Au travers d’Aeroplano, Denis Petitfrère est du nombre. L’école survit et vivote jusqu’en 2014. Le retrait de certains actionnaires permet fin 2015 à Aeroplano de devenir actionnaire majoritaire avec plus de 90% des parts, les 10% restant étant détenus par Marcelle Gueibe, veuve de Berthy Graux, décédé à l’issue d’une longue maladie en août 2015.

Denis Petitfrère élabore un plan de développement et de mise à niveau de l’entreprise, basé sur le remplacement progressif de la flotte de « vieux » avions par du matériel plus moderne, à la fois plus économique et plus efficace. Un simulateur Alsim est acquis en mai 2015, et un deuxième bimoteur DA-42 en octobre 2015.

Un simulateur Alsim basé sur le bimoteur Diamond DA-42 Twin Star est acquis en 2015.

Modernisation de la flotte

Au niveau des monomoteurs, le Sonaca 200 est choisi pour remplacer les vieux Cessna et trois Diamond DA-40 rejoignent la flotte. Près de 3 millions d’euros sont investis dans la modernisation des équipements. Air Academy New CAG souhaitait remplacer ses vieux monomoteurs par un avion répondant aux besoins d’une école de pilotage moderne. Un tour de marché identifie huit avions-candidats potentiels, mais aucun ne répond entièrement aux critères de sélection. Des discussions avec Sonaca influencent la définition et la conception du futur nouvel avion belge. Air Academy New CAG est le premier à passer commande en 2016 pour quatre Sonaca 200, assortie d’une option pour quatre autres. Le premier appareil de série est livré fin 2018. Actuellement, les quatre premiers Sonaca 200 sont livrés, et les quatre options ont été transformées en commande ferme cet été. Les huit avions sont tous dans la version de base Sonaca 200 Trainer.

Air Academy New CAG a été le premier client du nouvel avion belge Sonaca Aircraft 200. Le OO-NCB (MSN 004) est le deuxième d’une première commande de quatre unités. L’option sur quatre appareils supplémentaires a été levée et été.

Denis Petitfrère est très satisfait de ce nouvel avion. Il présente de nombreux avantages et permet d’arriver facilement à lâcher l’élève en solo. A ce jour, deux premiers élèves-pilotes entièrement formés sur Sonaca 200 ont obtenus leurs licences de pilote privé. L’avion est précis aux commandes. Il vole bien même par mauvais temps (malgré son poids très léger). Il est très réactif. Par la suite, on constate qu’il n’y a pas de difficultés lors du passage de l’élève sur un autre type d’avion.

Outre les Sonaca 200, la flotte actuelle comporte quatre Diamond DA-40, dont un IFR, et deux Diamond DA-42 bimoteurs.

La plus récente acquisition est un Extra 330 acquis pour la formation « l’Upset Prevention and Recovery Training » (UPRT) destinée à entraîner les futurs pilotes de ligne à récupérer leur avion lors de situation critiques auxquelles ils sont rarement confrontés, telles que les vrilles et décrochages anormaux. Ces dernières années plusieurs accidents d’avions de ligne ont eu pour cause principale un manque de préparation des pilotes à maîtriser ce genre de situation.

La plus récente addition à la flotte est un superbe Extra 330LX (F-HURT), qui permet désormais à Air Academy New CAG de proposer une formation « Upset Prevention and Recovery Training » (UPRT).

L’arrivée de cet Extra 330 devrait également permettre le développement de cours de voltige aérienne.

Offrir l’ensemble des formations

Au niveau des formations, Air Academy New CAG se présente comme la seule école de pilotage wallonne couvrant l’ensemble des formations: cela va du pilote privé au pilote de ligne, avec aussi pilote professionnel, qualifications vol de nuit, multimoteur, IFR, instructeur et examinateur, MCC. Deux sessions de cours théoriques de pilote de ligne sont organisées chaque année, avec une limitation à 20 élèves par cours. Au niveau « pilote privé », les cours théoriques sont dispensés à la fois dans les locaux de l’aéroport de Charleroi (bâtiment S7, à côté de l’ancienne aérogare et de la tour de contrôle), et dans une salle de cours à Bruxelles. Au niveau des formations complémentaires, et grâce aux liens existant avec EAPC, Air Academy New CAG offre la possibilité d’obtenir la qualification de type sur Pilatus PC-12.

Le quatrième Sonaca 200, OO-NCD (MSN 007) sur la nouvelle chaîne d’assemblage de Namur fin septembre.

La plupart des diplômés sortis de la Air Academy New CAG trouvent relativement aisément de l’emploi. Malgré les quelques faillites récentes de compagnies aériennes, les prévisions de ventes (et donc de besoins en pilotes dans le futur) des grands constructeurs tablent sur une croissance de l’ordre de plus de 4% par an pour les 20 prochaines années. Airbus estime que la flotte d’avions de transport commerciaux (passagers et fret) devrait plus que doubler et passer de près de 23.000 avions aujourd’hui à près de 48.000 en 2038, avec une hausse de trafic annuelle de 4,3%, et résultant en un besoin de 550.000 nouveaux pilotes sur la période.

Avec une flotte ultra-moderne et un programme de formations aéronautiques plus que complet, la Air Academy New CAG se positionne comme un des acteurs belges les plus importants dans son domaine.

Guy Viselé

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Guy Viselé

Guy Viselé

Pilote privé et Lieutenant-Colonel de Réserve de la Force Aérienne Belge, mais avant tout passionné d'aviation, il débute sa carrière chez Publi Air. Il passe ensuite vingt ans chez Abelag Aviation où il termine comme Executive Vice-President. Après dix ans comme porte-parole de Belgocontrol, il devient consultant pour l’EBAA (European Business Aviation Association). Journaliste free-lance depuis toujours, il a collaboré à la plupart des revues d'aviation belges, et a rejoint Hangar Flying en 2010.

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus