Premier vol en Belgique, il y a 110 ans!

201811Caters1

Brasschaat, le 25 octobre 2018. Il y a pile poil 110 ans que la Baron Pierre de Caters effectuait le premier vol d’un aéroplane en Belgique sur son terrain de ‘s Gravenwezel aménagé en aérodrome. Ce vol du 25 octobre 1908 s’est déroulé à environ 1,50 mètres d’altitude sur une distance de 800 mètres à bord d’un appareil triplan Goupy construit par les frères Voisin et baptisé de Caters N° I. Ce vol, plus que symbolique, a eu lieu à proximité de Brasschaat, premier aérodrome militaire de Belgique qui fut inauguré en mai 1911 et désaffecté tel quel le 30 juin 2006. C’est sur ce terrain que furent conviés des membres de la direction des Vieilles Tiges de l’Aviation Belge à l’instigation de leur président, le Général Aviateur e.r. Gérard Van Caelenberge. Leur hôte était le Koninklijke Aero-Club van Brasschaat qui pratique le vol à voile et à moteur sur cet aérodrome depuis l’immédiat après-guerre 1940-45. Celui-ci abrite également les appareils historiques de la collection du Colonel Aviateur e.r. Eric Vormezeele et la toute nouvelle entreprise FAST AERO fondée et managée par son fils Frédéric. Les invités eurent l’occasion de la visiter et d’y découvrir, entre autres, un splendide Yak 9 en cours de montage ainsi que le Hurricane MK IV récemment acquis par Bernard Van Milders qui y était en cours de remontage.

Le Baron Pierre de Caters, brevet belge numéro 1
Le nom de Caters est prépondérant dans le contexte aéronautique belge de la première heure. Ce grand sportif était réputé dans le domaine de la compétition automobile et nautique de 1898 à 1908, lorsqu’il se consacra – corps et âme – à l’aviation qui en était à ses premiers balbutiements.

Le triplan construit pour Ambroise Goupy par les frères Voisin était identique à la première machine volante de Pierre de Caters acquise en septembre 1908. C’est avec cet avion qu’il effectua son tout premier vol sur une distance de 800 mètres le 25 octobre 1908. (Archives Guy de Caters)
Le Voisin de Caters N° II représenté par cette lithographie de 1909. (Archives Guy de Caters)

C’est en 1908 que Pierre de Caters acheta deux appareils construits chez les frères Voisin, les premiers industriels de l’aviation, à savoir un triplan, identique à celui construit pour l’ingénieur Ambroise Goupy, de même qu’un biplan. Le cloisonnement des ailes dénotait immédiatement l’expertise acquise par les frères Voisin dans la construction de cerfs-volants de grande taille destinés, entre autres, à hisser un observateur militaire dans le ciel. Pierre de Caters baptisa ses aéroplanes de Caters N° I et Numéro II, respectivement pour le triplan et le biplan (un biplan identique fut acquis à l’époque par Henry Farman), ces appareils furent tous deux dotés du même moteur belge Vivinus de 38 CV.

Le Voisin-de Caters N° III, en fait le N° II remanié et amélioré, est réceptionné par Pierre de Caters à Mourmelon en avril 1909 et il essaye à de multiples reprises avant de le faire expédier à Anvers: les entraînements très fructueux lui permettent de manœuvrer habilement son appareil sur tous les axes.

Pierre de Caters au poste de pilotage du Voisin de Caters N° IV lors de la semaine internationale d’aviation de Francfort du 3 au 10 octobre 1909. (Archives Guy de Caters)
Le de Caters N° IV participant à la semaine d’aviation d’Anvers du 23 octobre au 2 novembre 1909. (Archives Guy de Caters)

Le pilote intrépide qu’il est prend part à une présentation en vol à Ostende en juillet 1909, mais les caprices de la météo ne lui autorisent guère que quelques petits vols. Mais c’est vers l’Allemagne que ses ailes le portent et il y rencontre de grands succès de foule, avide de voir évoluer ces nouvelles machines volantes. Il se rend d’abord à l’exposition internationale aéronautique de Francfort en août 1909, s’ensuit son intervention dans la grande semaine d’aviation de Berlin du 26 septembre au 3 octobre 1909 où il fait sensation en volant en trio avec Henry Farman et Rougier. Puis c’est le retour à Francfort pour la semaine internationale d’aviation du 3 au 10 octobre 1909.

La semaine d’aviation d’Anvers se tint du 23 octobre au 2 novembre 1909, laquelle, en dépit des apparences, eut un impact certain sur le devenir de l’aviation belge… Son appareil devenu entretemps le de Caters N° IV suite à diverses améliorations, fut le premier à voler dans le cadre de cette manifestation mais un méchant coup de vent latéral le plaqua au sol, endommageant sérieusement l’appareil. De façon tout à fait fortuite, Pierre de Caters rencontra alors les frères Bollekens (Eugène, Isidore et Joseph) qui étaient à la tête d’une grande entreprise familiale de menuiserie. Leur grande connaissance du bois incita Eugène Bollekens à proposer à Pierre de Caters de réparer son aéroplane en quatre jours… qui furent en réalité réduits à moins de trois jours. Cet accident inopiné fut le point de départ d’une intense collaboration entre cette firme et l’aviateur et donc de la constitution de la première entreprise belge de construction aéronautique, à savoir la firme JERO appelée ainsi en hommage au père et fondateur de l’usine de menuiserie, Jérôme Bollekens.

Dans l’intervalle, le Baron de Caters a pris de l’assurance et comme il n’a jamais manqué d’audace, il entame une tournée de démonstration de son Voisin-de Caters N° IV en Europe Centrale et au Proche Orient, allant de Varsovie à Constantinople (Istanbul) et au Caire de novembre 1909 à début 1910 comptant pour le Belge comme autant de premiers vols d’un avion dans ces pays respectifs.

Le jour de gloire de Pierre de Caters fut manifestement celui de l’attribution du premier brevet d’aviateur de Belgique en date du 3 décembre 1909!

Le 9 mai 1910, il commanda son sixième et dernier biplan cellulaire chez les frères Voisin et participa à la semaine d’aviation de Berlin-Johannistal. Il poursuivit son périple en Allemagne par la semaine de Munich et la semaine d’aviation de Mondorf-les-Bains au Grand Duché de Luxembourg du 5 au 12 juin 1910, il repartit à l’est vers Carlsbad pour le meeting qui s’y tenait du 16 au 19 juillet.

L’aviateur au brevet de pilote belge numéro 1 décroché le 3 décembre 1909 est au poste de pilotage de son Voisin de Caters N° IV à Munich en mai 1910, la moustache conquérante et l’éternelle cigarette au bec. (Archives Guy de Caters)
Pierre de Caters a participé à la quinzaine d’aviation de Bruxelles qui s’est tenue à Stockel du 23 juillet au 4 août 1910 avec l’Aviatik acquis de fraîche date qui ne lui a guère porté chance car il s’est écrasé au sol lors de son premier vol, le pilote s’en sortant indemne. (Archives Guy de Caters)

Cependant, Pierre de Caters acquit en juin 1910 un biplan chez Aviatik en Alsace qui fabriquait des aéroplanes Henry Farman sous licence. C’est avec ce type d’appareil qu’il participa à la quinzaine d’aviation de Bruxelles qui se tenait à l’hippodrome de Stockel du 23 juillet au 4 août 1910. Ses contacts avec cette firme allemande et ses relations suivies avec les frères Bollekens (JERO) l’amenèrent à faire construire par cette dernière un Aviatik modifié en Aviator dont il fit construire quatre exemplaires par JERO. Il ne put, évidemment, que participer à la semaine d’aviation de Sint-Job-in’t-Goor organisée par lui sur ses terres en septembre et octobre 1910.

Fait marquant s’il en est, suite à une conversation avec le Roi Albert Ier lors du meeting de Stockel, Pierre de Caters adressa le 1er septembre 1910 une lettre au Ministre de la guerre lui offrant de former six pilotes militaires à ses frais dans son école de pilotage de Sint-Job. Parallèlement, il offrit un appareil Aviator au souverain que celui-ci rétrocéda à la Compagnie des Aviateurs. En juin 1911, la Société Aviator fut cédée à JERO (Bollekens Frères) qui louait également l’aérodrome de Sint-Job-in’t-Goor et reprit les activités d’école de pilotage.

Pierre de Caters se vit offrir un nouveau contrat pour une tournée de présentation en vol aux Indes courant du 2 décembre 1910 au 25 février 1911. Celle-ci débuta à Bombay, passa par Agra, Calcutta, Hyderabad et Bangalore pour se termine à Bombay. Il y était accompagné par Jules Tyck et les deux aviateurs belges enregistrèrent autant de premiers vols sur le sol du sous-continent indien. Il se vit octroyer la Légion d’Honneur le 13 février 1911. Bien qu’étant l’archétype du pilote intrépide, Pierre de Caters fut aussi un homme avisé, car il annonça en mars 1911 qu’il avait décidé de mettre un terme à ses activités d’aviateur. Il était alors âgé de 36 ans. Survint la Grande Guerre… Pierre de Caters était établi en France et reprit du service en devenant en août 1915 le commandant de l’école d’aviation belge implantée à Etampes. Il prit définitivement congé de l’armée le 15 juillet 1917.

Il participa à la fondation de l’association « Les Vieilles Tiges Belges » en mars 1937.

Le siècle du premier vol de Pierre de Caters
Le centenaire du premier vol d’un aéroplane en Belgique avec Pierre de Caters au poste de pilotage eut lieu en novembre 2008 à la Section Air du Musée Royal de l’Armée.

Lors de l’inauguration de la réplique du Voisin-de Caters N° IV construite pour célébrer les cent ans du premier vol en Belgique. (Photo Jean-Pierre Decock)
La réplique du Voisin-de Caters N° IV, construite par les volontaires de la BAMRS et l’aide des Ateliers Poncelet est exposée au Musée de l’Air de Bruxelles depuis 2008 dans la partie dévolue aux pionniers de l’aviation en Belgique. (Photo Jean-Pierre Decock)

Pour la circonstance, une copie (avec pièces d’origine incorporées telles que la nacelle) du Voisin-de Caters N° IV fut réalisée par la Brussels Air Museum Restoration Society (BAMRS) regroupant les volontaires restaurateurs d’avions oeuvrant au bénéfice des collections d’avions du Musée de l’Air. Cette re-création de toute beauté était complétée par deux mannequins au costume d’époque, à savoir une femme et un mannequin représentant Pierre de Caters avec – détail révélant le grand professionnalisme des restaurateurs – une cigarette coincée entre les doigts de la main gauche: Pierre de Caters était un fumeur invétéré et rares sont les photos où il apparaît sans sa « clope ». Autre détail finement observé, les belles moustaches à la gauloise qu’il portait si fièrement.

Plusieurs orateurs sont intervenus lors de la cérémonie, le plus notable étant son petit-fils Guy de Caters détenteur de ses archives grâce auxquelles il a réalisé et publié un superbe album abondamment illustré et qui est sorti de presse en 2010 sous le titre « Baron de Caters ou la folie des volants ». Cet ouvrage couvre toutes les disciplines sportives auxquelles s’est adonné son grand-père avec tant d’audace et d’intrépidité.

Le Voisin-de Caters N° IV figure depuis en bonne place sur la mezzanine sud du hall de l’aviation du Musée de l’Armée (à présent War Heritage Institute) qui est dévolue aux pionniers de l’aviation en Belgique.

Jean-Pierre Decock

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Jean-Pierre Decock

Jean-Pierre Decock

Brevet B de vol à voile en 1958. Pilote privé avion en 1970. Totalise 600 heures de vol dont 70 d’acro. Un œil droit insuffisant empêche toute carrière dans l’aviation. (Co-)Auteur et traducteur de 41 ouvrages d’aviation publiés en 4 langues depuis 1978. Compétences: histoire, technique et pilotage (aviation civile, militaire ou sportive).

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus