KB Air Force Days 2018. Grandiose.

SONY DSC

Kleine-Brogel, 6 et 9 septembre 2018. Dernier jour des Belgian Air Force Days. Grandiose n’est pas usurpé, car cet événement a attiré 72.000 visiteurs sur la base limbourgeoise, le record étant le dimanche avec des spectateurs en six à huit, voire dix, rangs sur le pan de terrain longeant la piste parallèle sur toute sa longueur, soit 2.400 mètres. La base était littéralement noire de monde!

Il est vrai que le menu proposé au public était de grande classe, tant pour l’exposition statique que pour les démonstrations en vol. En effet, de 10 à 18 heures 30, les visiteurs ont pu admirer les évolutions de pas moins de sept patrouilles acrobatiques et d’une vingtaine de démonstrations individuelles, dont celles parmi les plus spectaculaires étaient le F/A-18 Hornet suisse, l’Eurofighter 2000 Typhoon britannique, le Rafale français, le Sukhoi SU-27 Flanker ukrainien, sans oublier notre démonstrateur F-16 national, Stefan Darte « Vador ».

 

La cadence des présentations en vol était soutenue et celle des patrouilles tout autant, y compris les parachutistes des RAF Falcons, et notamment les T-17 danois, The Victors belges sur Piper Cherokee, le Team Raven britannique sur Vans RV-4 et RV-8 rarement observé sur le continent, nos Diables Rouges toujours aussi fringants sur leurs SIAI-Marchetti SF260, le Breitling Team constitué de grands professionnels de l’acrobatie, les Royal Jordanian Falcons et leurs évolutions impeccablement enchaînées et la Patrouille de France et ses Alphajet qui clôturaient la journée en apothéose.

 

L’exposition statique présentait plus d’une machine volante peu coutumière sous nos cieux, la plus surprenante étant sans doute le Bell-Boeing MV-22 Osprey qu’on aurait voulu voir voler, le F-35A Lightning II de l’aviation militaire italienne en première vision belge, les hélicoptères Westland-Agusta Merlin danois, anglais et portugais, les NH90 TTH et Tigre de l’ALAT française, les AH-64D Apache et Boeing CH-47D Chinook néerlandais ainsi que le Mil Mi 8 polonais.

Un programme qui avait de quoi combler les amateurs autant que les connaisseurs les plus exigeants, tant le plateau de participants fort alléchant baignait en plus dans un beau ciel ensoleillé. Des journées indiscutablement positives pour l’image de la Composante Air Belge!

 

Texte et photos: Jean-Pierre Decock

Arrivée le jeudi en échelon refusé des Eurofighters EF2000 Typhoon du squadron 29 de la Royal Air Force, l’avion du leader porte sur la dérive le motif officiel commémorant les cent ans d’existence de la Royal Air Force, la première armée de l’air autonome du monde, résultant de la fusion en 1918 du Royal Flying Corps et du Royal Navy Air Service.

Le leader de la patrouille britannique du squadron 29 porte le marquage « RAF100 » et le serial ZK318 (les deux autres Typhoon étant marqués ZK317 et ZK348).

Le Boeing E-3A AWACS de l’OTAN immatriculé LX-N90446 vient d’arriver le jeudi après-midi et est tracté vers son emplacement de l’exposition statique, le dispersal de la piste 05 droite.

L’Alphajet AT12 taxie pour l’une des dernières occasions qui est donnée de le voir, les Alphajet étant officiellement retirés du service fin 2018, la cérémonie sonnant le glas de l’Ajets (formation franco-belge sur Alphajet) par le départ de la 11èmeescadrille belge qui se déroulera à Cazaux le jeudi 11 octobre 2018. L’AT20 vient juste d’y être érigé en monument.

Le F-16AM solo display danois vient de terminer la répétition de sa démonstration et regagne la zone opérationnelle de l’aérodrome. Cet appareil, immatriculé E-607, a été construit en Belgique.

Le Mig 29U Fulcrum (biplace) slovaque tourne sur la piste parallèle 05 pour rejoindre sa place dans l’exposition statique.

Le Westland-Agusta EH-101 Merlin (19611 du squadron 751) est une nouvelle acquisition des forces armées portugaises.

Une Alouette III (3E-KA/numéro constructeur 1377) en service depuis cinquante ans à l’armée autrichienne (Bundesheer) avait fait le long déplacement depuis les Alpes montagneuses jusqu’à la lande limbourgeoise de Kleine-Brogel.

Mis en service récemment, un WA EH-101 Merlin (M-502) de l’aviation danoise.

Un Eurocopter (à présent Airbus Helicopters) NH90 TTH de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) française immatriculé EAV.

Le Tigre, hélicoptère de combat produit par Airbus Helicopters et immatriculé BJM à l’ALAT, appareil que l’on voit rarement en Belgique.

L’hélicoptère de combat américain Boeing AH-64 Apache opérant en tant que Q-24 à la Koninklijke Luchtmacht néerlandaise à Gilze-Rijen.

Le Boeing CH-47 Chinook D-667 a sorti tous ses drapeaux pour clamer son appartenance à la Koninklijke Luchtmacht.

Le F-16AM de la 31èmeescadrille du 10èmewing avec sa livrée de participant au Tiger Meet de 2018. Son immatriculation FA-110 figure dans le coin inférieur droit de la quille ventrale.

Le Panavia Tornado IDS 46+02 de la 33 Jagdbombgeschwader (escadre de chasseurs-bombardiers) « Devils » de la Luftwaffe : un avion que nous verrons de moins en moins sous nos cieux, le type étant progressivement remplacé par l’Eurofighter EF 2000 Taifun.

Cette belle formation d’avions anciens est composée d’un Beech C-45 Expeditor (G-29) et de deux North American T-6 Texan/Harvard MK IIb immatriculés B-118 et B-64 faisant partie de l’escadrille historique de la KLu basée à Gilze-Rijen près de Breda.

Le Westland Sea King RS05 porte toujours sa livrée créée pour célébrer les 25 ans de la mise en service du type (en 1991) et qu’il gardera jusqu’au bout : le RS05 avec l’équipage saluant la foule alors qu’il vient de terminer sa démonstration d’hélitreuillage, probablement la dernière, car ce type d’hélicoptère sera retiré du service dans le courant du premier semestre 2019, la relève étant assurée par les NFH 90.

La 31èmeescadrille avait mis sur pied le quatuor des « Thunder Tigers » pour faire une démonstration d’attaque d’aérodrome se clôturant par un croisement/évitement de l’un des F-16AM et des trois autres (ces quatre avions sont immatriculés FA-134/106/70 et 103).

L’Embraer ERJ 145 CE-03 de la 20èmeescadrille du 15èmewing a effectué plusieurs rotations « baptême de l’air » lors des Air Force Days. Les Embraer et le Falcon 900 (les avions dits « blancs ») devraient être retirés du service en décembre 2018 (Falcon 900), courant et fin 2020 respectivement pour le CE-03 et les ERJ135 CE-01 et 02 ; le CE-04 étant cloué au sol depuis le 1erjuin 2018.

La portion nord de l’exposition statique avec un Dornier Do 228 à l’avant-plan et à côté du Bronco de Tony De Bruyn recouvert de « poppies » (coquelicots) pour commémorer les cent ans de la fin de la 1èreGuerre Mondiale.

Passage « tout sorti » (train d’atterrissage, volets de bord de fuite et perche de ravitaillement en vol) du Boeing KC-135 (serial 23556) du 459 Air Refuelling Wing américain.

L’A400M Atlas immatriculé EC-400 en Espagne (la chaîne finale de montage est implantée à Séville) rejoint son port d’attache après avoir été exposé trois jours à Kleine-Brogel. La Belgique en a commandé six et le Grand Duché de Luxembourg un exemplaire qui devrait être livré à Melsbroek en mai 2020, tandis que les appareils belges devraient être versés au 15èmewing entre 2020 et 2023.

Le Dassault Rafale muni d’une nouvelle décoration a fait l’objet d’une démonstration musclée avec le Capitaine « Babouc » Sébastien Nativel aux commandes; celui-ci totalise plus de 3.000 heures de vol. Il n’a rien à envier à ses prédécesseurs, tous adeptes du pilotage viril et instructeurs à l’Escadron de Transformation Rafale 2/32 Aquitaine. (Photo Safran/Anthony Pecchi)

L’Extra 330 de Kristof « Cloety » Cloetens vient de terminer sa démonstration acrobatique magistrale, c’est normal pour un pilote de F-16 et ex-pilote de la patrouille des Diables Rouges sur Marchetti SF260.

Un oiseau très rare dans notre ciel : le Sukhoi SU-27 Flanker bleu 58 de la force aérienne ukrainienne qui est l’un de la soixantaine livrés initialement par la Russie. Cet impressionnant chasseur aux performances remarquables effectue un passage bas et à grande vitesse sur le dos, permettant de bien voir son camouflage au schéma et aux couleurs inusités.

Atterrissage du SU-27 Flanker après une présentation à couper le souffle; il va rejoindre la bretelle de taxi où l’attendent les pompiers de la base pour un copieux arrosage à l’occasion de la toute dernière démonstration effectuée par son pilote.

« Heritage Fly by », à l’instar des Américains, du Spitfire MK XVI AU-J arrivé en Belgique au printemps dernier et immatriculé opportunément OO-XVI, lequel est piloté par Kris Van den Bergh et vole en formation avec le F-16AM FA-101 piloté par Stefan Darte « Vador », démonstrateur du F-16 à la Force Aérienne Belge.

Première visite du F-35 Lightning II en Belgique, en l’occurrence du F-35A italien appartenant au 32 stormo et portant la matricule militaire MM7359. Cet appareil inédit devait arriver le jeudi 6 mais des problèmes ont retardé son atterrissage jusqu’au vendredi; aucune présentation en vol n’était, hélas, prévue.

Une des rares, sinon la première, apparitions de l’étonnant Bell-Boeing MV-22B Osprey à moteurs et rotors basculant à 90 degrés pour passer du mode vol avion au mode hélicoptère à atterrissage vertical.

La Patrouille de France, en formation « Concorde », et qu’on ne se lasse jamais d’admirer, clôturait les Belgian Air Force Days avec panache.

Jean-Pierre Decock

Jean-Pierre Decock

Brevet B de vol à voile en 1958. Pilote privé avion en 1970. Totalise 600 heures de vol dont 70 d’acro. Un œil droit insuffisant empêche toute carrière dans l’aviation. (Co-)Auteur et traducteur de 41 ouvrages d’aviation publiés en 4 langues depuis 1978. Compétences: histoire, technique et pilotage (aviation civile, militaire ou sportive).

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus