Maillen: étape belge du Tour de France ULM

20180722_ULM_1_VIG.jpg.JPG

Maillen, le 22 juillet 2018. l’Ulmodrome de Maillen (EBML), près de Namur, accueille la deuxième étape du 23ème Tour de France ULM, organisé par la Fédération Française d’ULM (FFPULM). Pas moins de 137 appareils atterrissent sur la très belle piste du site créé en 1986 par un des pionniers belges de l’ULM, Jacques Cooremans, bien connu notamment comme distributeur européen du constructeur Zodiac.

Ils sont classés en M (pour multiaxes), P (pendulaire), A (autogyre) et H (hélico), répartis en 92 multiaxes, 17 pendulaires, 20 autogyres et un seul hélicoptère classé ULM. Identifiés par un numéro de course, la série de 1 à 115 est attribuée à des équipages normaux; celle de 300 à 303 couvre des appareils adaptés pour personnes à mobilité réduite; les numéros de 400 à 407 sont attribués à des jeunes pilotes (moins de 25 ans) accompagnés d’un instructeur; ceux de 500 à 502 sont pilotés par des jeunes autonomes (moins de 25 ans et sans instructeur accompagnant) dont un équipage entièrement féminin; et enfin la série 700-710 sont les appareils de l’organisation. Ils sont partis samedi 21 juillet 2018 de Mâcon (LFLM) en Bourgogne vers Chambley (LFJY) avec une escale intermédiaire à Vesoul (LFQW), et, après une nuit de repos, les premiers équipages ont décollé vers 9h30. Ils passent la « frontière » belge à hauteur de Sedan, survolant ensuite la ville de Bouillon et la vallée de la Semois. C’est vers 11h00 que les premières machines venant du sud rejoignent Maillen (EBML). En un peu plus de deux heures, les 137 participants se sont tous posés sans problème, avec une météo superbe et une discipline remarquable au niveau des espacements. Installés en bord de piste, le directeur de vol et deux contrôleurs de la DGAC géraient par radio les séquences d’arrivées. Trafic impressionnant tant pas son intensité (avec souvent de cinq à neuf avions dans le circuit) que par sa mixité (ULM et DPM, mais aussi gyrocoptères).

La Belgian ULM Federation (BULMF) avait négocié avec la Direction Technique Navigabilité de la DGTA belge et obtenu dès début mars 2018 une autorisation collective de survol temporaire du territoire belge pour les aéronefs immatriculés à l’étranger inscrits au Tour de France ULM. Cette autorisation couvrait d’une part le trajet de Chambley (LFJY) vers Maillen (EBML) le 22 juillet, et d’autre part l’étape du lendemain, de Maillen vers Abbeville (LFOI) via Dunkerque les Moëres (LFAK). Les jours suivants, les participants survoleront la Baie de Somme et les Châteaux de la Loire avant le retour au point de départ en Bourgogne le 27 juillet, après une semaine intense, sans accident ni incident sérieux.

La collaboration entre les deux « Fédés » avait aussi pour objectif de démontrer aux autorités belges les vertus d’une règlementation française libérale et responsable, qui a permis le succès de l’aviation sportive et de loisir dans le cadre d’une sécurité maîtrisée. Le Président de la Belgian ULM Federation (BULMF), Paul Windey, et son équipe étaient d’ailleurs sur le terrain pour assister à la remarquable organisation par les volontaires du club local (Aéro-club Les Houssières-Mosan Air-Club) (www.ulmmaillen.com). Fondé en 1986 par une équipe de passionnés, le Club est actuellement présidé par Serge Michaux. Le terrain dispose d’une infrastructure superbe: hangars, restaurant/brasserie Les Houssières, une piste 09/27 de 400 m x 50m, le tout dans un merveilleux cadre de verdure et proche de la ville de Namur, de la Nationale 4 et de l’autoroute vers Luxembourg.

Ce n’est pas une sinécure que d’accueillir sur le terrain de Maillen pas moins de 137 appareils. Il faut les garer dans de bonnes conditions, mais aussi assurer le ravitaillement en carburant. Et pouvoir donner aux équipages et aux organisateurs français des possibilités de loger sous tente au pied de leur appareil, prévoir la nourriture et les boissons ainsi qu’un programme de visites touristiques locales. L’organisation est impressionnante et nos amis français ne tarissent pas d’éloges par rapport à l’aide efficace et l’accueil des Ulmistes belges. Cette belle journée a permis de voir l’énorme diversité de modèles d’ULM, dont certains moins connus en Belgique. Les autogyres, toujours pas certifiables en Belgique, étaient particulièrement bien représentés. 35 années après le tout premier tour « national », organisé en 1983 en Belgique, quelle évolution dans la diversité et les performances des machines ! Nous en donnons ci-dessous un aperçu photographique.

Guy Viselé

  • Vue partielle de la zone parking des participants au Tour de France ULM à Maillen.

     

  •  
  • Portant le numéro de course 1, le Tomark Aero Viper SD4 est un ULM haut de gamme de construction métallique d’origine slovaque.

  •  
  • Pas moins de 17 delta pendulaires motorisés participaient au Tour. Parmi ceux-ci, le DPM Air Creation Tanarg 912 immatriculé 54 AJV et portant le numéro de course 16.

  •  
  • Jacques Cooremans, le créateur et patron de l’aérodrome de Maillen, et Paul Windley, le président de la Belgian ULM Federation (BULMF), ont collaboré avec les organisateurs français pour permettre le passage du Tour en Belgique.

  •  
  • Immatriculé 84 LC et portant le numéro de course 86, l’Aeroprakt 22L2 est un trois axes à aile haute construit en Ukraine.

  •  
  • Une vingtaine d’autogyres ont participé à l’épreuve. Toujours pas certifiable en Belgique, cette catégorie connait un engouement certain. Immatriculé en France 05 OQ, le numéro de course 300 est un modèle DTA J-RO, de construction française, motorisé par un Rotax 912.

     

  •  
  • De conception italienne et en production depuis 1999, le Fly Synthesis Texan Club, construit principalement en fibre de carbone, détient un record du monde Guiness original: le 23 novembre 2013, une formation de cinq Texan a volé à 422 m sous le niveau de la mer au-dessus de la Mer Morte en Israel. Le 28 ALX (numéro de course 2) se pose sur la piste de Maillen.

     

  •  
  • Le motoplaneur ULM Pipistrel Sinus, de conception slovène, dispose d’une finesse approchant 30 et vole en croisière à 200 km/h en consommant moins de 10 litres / h. Immatriculé allemand (D-MSCS), le numéro de course 69 est un modèle Sinus NSW. 

  •  
  • Serge Michaux, président de l’Aéro-Club Mosan, donne son briefing aux volontaires en charge de guider les avions après leur atterrissage vers leurs emplacements de parking. 

  •  
  • Le Tetras 912 CS R 88 QS (numéro de course 703) est produit par le constructeur français Humbert Aviation. 

  •  
  • Immatriculé 29 WN et portant le numéro de course 401 l’Alpi Pioneer (ici dans sa version 300STD), signé Stelio Frati, est inspiré du SIAI-Marchetti, version ULM.

  •  
  • Le Zenair CH 650 Ei est inspiré du CH 601 XL. C’est la plus récente version européen de la série des Zodiac développés par l’équipe d’ingénieurs d’ICP pour créer une version correspondant à la réglementation française et avec une certification allemande. A l’atterrissage, le 57 BQW, radio call-sign F-JBWM, et numéro de course 23. 

  •  
  • Originellement classé et immatriculé dans la série F-P… réservée aux avions de construction amateur, ce superbe Jodel D18 (numéro de construction 133) est maintenant enregistré comme ULM sous les marques 85 AOC, et numéro de course 38.

  •  
  • Le ravitaillement en essence de 137 machines a nécessité un camion d’une capacité de 35.000 litres, à répartir en bidons pour chaque appareil!

  •  
  • Le Platzer Kiebitz est à l’origine un avion de construction amateur d’origine allemande, dont on achète les plans et le kit de construction. Celui-ci, immatriculé français 08 IR, numéro de course 96, imite les marques d’un Bücker Jungmann suisse «BJ301». 

  •  
  • Inspiré du Skyranger, le Best Off Nynja (ici le 39-KG numéro de course 93) a été produit en France à plus de 1200 exemplaires depuis 1999. 

  •  
  • Réplique tchèque en version ULM du célèbre Cessna 182, l’Airlony Skylane a effectué son premier vol en 2003 et près de 100 exemplaires ont été produits à ce jour. Immatriculé 70 MH, numéro de course 405, un appareil de ce type participait au Tour.

  •  
  • Seul hélico ULM participant, le 73 RJ, numéro de course 403, est un Heli-Sport CH77 Ranabot.

     

  •  
  • De construction italienne, cet ULM ICP Savannah S était piloté sous les marques I-B673 et numéro de course 68 par un équipage italien.

  •  
  • Un intru non participant s’est mêlé pour la bonne cause au flux incessant des arrivées des participants du Tour: l’Aerospool Dynamic WT9 OO-G18 d’un propriétaire basé à Maillen a servi d’avion-caméra à une équipe du journal télévisé de la RTBF.

  •  
  • Equipage entièrement féminin aux commandes de l’autogyre biplace en tandem Magni M16 Expert 83 ASY (numéro de course 501).

  •  
  • Petit clin d’œil aux « warbirds » sous forme de pin-up sur le Leopold Didier Ptitavion 06 ABO (numéro de course 46). 

  •  
  • Dérivé amélioré du Yuma de conception italienne, l’Espace Liberté G1 est un ULM STOL développé par Charles Guerin. Il a été repris par G1 Aviation qui en a développé le G1 Spyl. A l’atterrissage le 05 KC (numéro de course 109).

  •  
  • Une poutre et deux sièges en tandem: l’autogyre L&T 01 immatriculé 31 ABH.

     

  •  
  • Un beau biplan, le B & F Technik FK12 Comet immatriculé 83 AKM (numéro de course 710). 

     

  •  
  • Pas moins de 17 delta pendulaires ont participé à l’épreuve. 

  •  
Guy Viselé

Guy Viselé

Pilote privé et Lieutenant-Colonel de Réserve de la Force Aérienne Belge, mais avant tout passionné d'aviation, il débute sa carrière chez Publi Air. Il passe ensuite vingt ans chez Abelag Aviation où il termine comme Executive Vice-President. Après dix ans comme porte-parole de Belgocontrol, il devient consultant pour l’EBAA (European Business Aviation Association). Journaliste free-lance depuis toujours, il a collaboré à la plupart des revues d'aviation belges, et a rejoint Hangar Flying en 2010.

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus