ATCC à tire d’ailes

Semmerzake, le 26 juin 2015 : consacre la journée portes ouvertes de l’Air Traffic Control Centre situé au sud de Gand et à proximité d’Audernarde. Les portes ouvertes de cette année étaient d’autant plus importantes et le spectacle d’autant plus fourni que c’était la seule fête aérienne de la Composante Air sur le sol national en 2015.

L’ATCC a pour mission de contrôler tous les vols militaires dans l’espace aérien belge et dans les zones limitrophes de la frontière. Occasionnellement, l’ATCC qui collabore en permanence avec Belgocontrol (chargé du suivi des vols civils) et Eurocontrol peut leur prêter main forte en cas de nécessité. La Belgique étant l’un des espaces aériens les plus saturés d’Europe, on peut donc dire que l’ATCC autant que Belgocontrol ont du pain sur la planche. L’action de l’ATCC était complétée par celle du CRC (Control and Reporting Centre) de Glons près de Tongres qui faisait partie du système intégré de défense anti-aérienne et anti-missile de l’OTAN. Le CRC devait être définitivement mis à l’arrêt trois jours plus tard, à savoir le lundi 29 juin.

Constitué en 1951, le site radar de l’ATCC a subi de nombreuses modernisations, la dernière étant l’implantation en 1999 du nouveau radar Marconi S723 opérationnel en 2000 et placé sous un nouveau radôme en 2001. La dernière mise à jour technique a été réalisée en 2014.

En combinaison avec l’Aéro-club d’Ursel qui se trouve à une portée d’arbalète et qui tenait son fly in ce week-end, l’ATCC a offert un spectacle varié et de choix au public autant qu’aux spotters qui en furent visiblement enchantés. La superficie relativement réduite du site, en comparaison à un aérodrome, offrait une proximité des présentations aériennes vraiment exceptionnelle, mais a permis, d’un autre côté, des passages réellement furtifs de divers appareils comme les Hawk et Tucano britanniques par exemple et même envoyé aux abonnés absents la démonstration du nouveau solo F-16 tant attendue pour cause de la forte densité d’habitations au voisinage du site de Semmerzake.

Quoi qu’il en soit, et le beau temps étant de la partie, ce fut une belle fête aérienne réussie combinant avions et hélicoptères militaires et civils, actuels et anciens. Un splendide programme tout à l’honneur de la Composante Aérienne et qui fut chaleureusement apprécié par les visiteurs.

Remerciements à l’Adjudant-chef Philippe Van Huyck pour son aide efficace.

Jean-Pierre Decock

  • Le radôme caractéristique qui abrite l’antenne du radar Marconi S723 de l’Air Traffic Control Centre de Semmerzake.

  •  
  • Vu la relative exiguïté du site, seuls des hélicoptères figuraient à l’exposition statique, hormis le F-16 utilisé aux fins de publicité par la Composante Aérienne et le planeur des Cadets de l’Air. La photo montre le tout nouveau NFH 90 immatriculé RN-02 et le Westland Sea King immatriculé RS-02, l’un des cinq livrés à la Force Aérienne en 1976, à présent en fin de carrière.

  •  
  • Passage de deux Scottish Aviation Bulldog, qui jusqu’il y a une vingtaine d’années était l’avion école de base de la RAF; ceux-ci sont immatriculés G-KDOG et G-UDOG en Angleterre, leur immatriculations militaires étant à l’époque XX518/S et XX624/E. Ces appareils sont basés à Ursel.

  •  
  • Venu tout droit de sa base de Cranwell, le Beech King Air 200GT appartient au 45 (R) squadron de la Royal Air Force en charge de la formation des pilotes de multimoteurs.

  •  
  • Le petit bimoteur Beech C-45, version militaire du D-18S civil fut produit juste avant la deuxième guerre mondiale et il était le premier avion de transport léger métallique construit par la firme de Wichita. Nombreux furent ceux qui servirent chez les militaires jusque dans les années 70, dont la KLu néerlandaise comme cet exemplaire qui porte les cocardes de la Koninklijke Luchtmacht; l’appareil est basé à Gilze-Rijen.

  •  
  • Frédéric Vormezeele a fait plaisir aux spotters et spectateurs lors de sa présentation du CAC Boomerang en effectuant de nombreux passage bas proches de la ligne du public aux commandes de ce petit chasseur conçu et construit en Australie au début de la dernière guerre. Cet exemplaire est arrivé en Belgique au début de 2015.

  •  
  • Les nombreux passages du Boomerang étaient ponctués par un « derry turn » (virage en montant ou « oreille », comme disent les pilotes français) tourné fermement. Une fort belle démo très dynamique, merci Frédéric !

  •  
  • La fameuse formation dite « en échelle » dans laquelle les Diables Rouges de Beauvechain excellent, comme démontré par ce cliché où on a l’impression que les trois avions n’en font qu’un, est devenue, en quelque sorte, la signature de la patrouille acrobatique belge qui a effectué une prestation remarquée à Semmerzake, même si la formation est réduite à trois avions depuis le début de la saison. Bravo Polle, Daffy et Reggio.

  •  
  • Le NH 90 MTH immatriculé RN-08 de la 18ème escadrille se livre à un aérocordage ou fast roping dans le cadre d’une démonstration d’intervention anti-terroriste. Le nuage de poussière dans lequel il évolue est provoqué par le tourbillon engendré par son rotor qui bat le sol sec du champ de maïs attenant à la clôture du site de Semmerzake.

  •  
  • L’Agusta A109 H-40 de la 17ème escadrille est armé de mitrailleuses montées dans l’embrasure des portes afin de protéger le NH 90 durant ses manœuvres de neutralisation et de capture d’un terroriste.

  •  
  • Les trois F-16AM et le F-16BM venus de Florennes effectuent un passage en « line astern » (file indienne) devant le radôme de Semmerzake.

  •  
  • Venu de Wevelgem, le biréacteur d’affaires Cessna C525A Citation 2 fait un passage « tout rentré » après en avoir fait un « tout sorti » (train d’atterrissage et volets).

  •  
  • Machine peu courante, l’autogire M24 immatriculé 59-DML, soit comme ULM (Ultra Léger Motorisé) dans le département français du Nord, a démontré son agilité en vol. A l’inverse de la France et de l’Allemagne, il n’existe pas en Belgique de cadre légal pour immatriculer de telles machines hybrides entre l’avion et l’hélicoptère; elles y sont donc théoriquement hors-la-loi.

  •  
  • Décollage de l’Agusta A109 (H-24) décoré du griffon, emblème de la 17ème escadrille de Beauvechain qui va entamer sa démonstration pour le moins musclée avec les capitaines Filip Peremans et Kevin Beckers aux commandes.

  •  
  • Première apparition dans le ciel belge d’un LT-6G Mosquito tel qu’utilisé par les Américains lors de la guerre de Corée en tant qu’avion marqueur de cibles au sol à l’ide de roquettes fumigènes au profit des chasseurs-bombardiers à réaction. Celui-ci est immatriculé G-BRLV en Angleterre et porte les marques LTA-542 d’un appareil affecté au 6147th TCG (Tactical Control Group) de l’USAF en Corée du Sud.

  •  
  • Il était prévu au programme une interception par les F-16AM en QRA (Quick Reaction Alert) d’un Mystère 20 de la 21ème escadrille de Melsbroek. En fait, la démonstration eut lieu en deux temps, car les appareils de QRA ont dû, à peine leur numéro entamé, inopinément effectuer une réelle interception d’un avion non identifié qui s’est révélé ne pas être hostile. Les F-16AM (FA-103 et FA-87) ont ensuite repris le cours de leur présentation jusqu’au moment où ils rompent la formation avec le CM-02 en dégageant vers le haut, comme montré sur la photo.

  •  
  • Départ de l’hélicoptère école Griffin HT1 (ZJ240/U) de la Royal Air Force, qui était en exposition statique, pour rallier l’aérodrome d’Ursel, un peu plus loin à l’ouest.

  •  
  • Une note primesautière dans le menu du meeting aérien, la présentation de la patrouille des Victors de l’Aéro-club d’Ursel composée de pilotes amateurs qui depuis plusieurs années enchantent le public des fêtes aériennes en faisant évoluer en formation serrée leurs avions de tourisme Piper PA28 Cherokee.

  •  
  • Décollage par surprise de la zone statique de l’Alouette III (M-1/OT-ZPA) de l’ex-flight héli de la Marine avec dégagement à très basse altitude pour aller rejoindre l’Agusta A109 de la 17ème escadrille, le NH 90 MTH RN-08 de la 18ème escadrille et le Sea King RS-02 de la 40ème escadrille dont le passage en formation était le bouquet final de l’événement.

  •  
  • C’est peut-être l’ultime démonstration publique d’hélitreuillage faite par un Westland Sea King de la 40ème escadrille de Coxyde en service depuis presque quarante ans et qui est en cours de remplacement par les NFH 90.

  •  
Jean-Pierre Decock

Jean-Pierre Decock

Brevet B de vol à voile en 1958. Pilote privé avion en 1970. Totalise 600 heures de vol dont 70 d’acro. Un œil droit insuffisant empêche toute carrière dans l’aviation. (Co-)Auteur et traducteur de 41 ouvrages d’aviation publiés en 4 langues depuis 1978. Compétences: histoire, technique et pilotage (aviation civile, militaire ou sportive).

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus