Des ailes pour huit nouveaux pilotes

SONY DSC

Beauvechain, 19 septembre 2018. La base est en fête, comme chaque année, pour la remise rituelle des ailes aux huit pilotes frais émoulus de l’école de pilotage. C’est le Colonel Aviateur Patrick Goosens, commandant du Centre de Compétence Air, et le Général-major Aviateur Frederik Vansina, commandant de la Composante Air, qui président la cérémonie.

Une promotion au profil très particulier

La promotion au sein de laquelle les huit nouveaux aviateurs ont fait leur apprentissage se compose de six chasseurs et de deux hélicoptéristes… Il n’y a donc, pour 2018, pas de nouveaux pilotes de transport.

 

En outre, parmi les futurs chasseurs figuraient deux jeunes français qui ont subi leur formation selon le parcours franco-belge « AJets » et effectueront leur conversion opérationnelle au sein de l’Armée de l’Air. Il seront donc des derniers jeunes pilotes bénéficiaires de cette filière qui sera officiellement dissoute lors d’une cérémonie à Cazaux le 11 octobre 2018, après quatorze ans de bons et loyaux services…

Un autre des nouveaux pilotes rejoignant la Composante Air Belge a subi son entraînement en Amérique dans le cadre de l’ENJJPT (Euro-NATO Joint Jet Pilot Training) qui sera désormais le nouveau processus de formation des pilotes de chasse belges. Il semblerait que les filières de formation des pilotes de transport et d’hélicoptère franco-belges soient maintenues jusqu’à nouvel ordre.

 

Insolite

Cette promotion de nouveaux brevetés n’avait pas de parrain, comme le veut la coutume, parce que les brevetés issus d’une promotion de l’Ecole Royale Militaire s’en étaient déjà vu attribuer un, le choix d’un parrain ne concerne donc que les auxiliaires non représentés dans la présente promotion.

 

Un chef de promotion d’un gabarit peu commun

A titre exceptionnel, le chef de promotion n’était ni un jeune breveté émanant de l’Ecole Royale Militaire ni un individu éminent distingué parmi les candidats élèves pilotes, mais bien un commandant aviateur moustachu ayant déjà accompli une carrière de pilote de transport militaire longue de dix ans. Celui-ci voulait réorienter sa carrière et devenir pilote de chasse. Ayant suivi la formation avec succès, il a reçu le nouveau brevet, mais pas de nouvelles ailes car faisant double emploi avec celles dont il est titulaire depuis une bonne décennie déjà… A cœur vaillant, rien d’impossible !

 

Un tarmac plein de beaux avions

Lors de chaque remise d’ailes, le tarmac où a lieu la cérémonie regroupe un exemplaire des avions et des hélicoptères auxquels les jeunes diplômés ont été ou seront confrontés dans un proche avenir. Cette année, la présentation était particulièrement intéressante. En effet, les commémorations et anniversaires d’unités et d’entités aériennes ont généré de nombreuses décorations spéciales qui, il faut le reconnaître, sont fort réussies.

D’abord l’Alphajet AT24 orné de la chauve-souris (bat), emblème de la 11ème escadrille qui célèbre son centenaire et la fin du programme AJets qui sera prononcée le 11 octobre 2018 conjointement au retrait du service des Alphajet belges. Le F-16AM rituellement présent aux remises d’ailes était cette année le « Dark Falcon » démonstrateur officiel de la Force Aérienne dont la décoration est particulièrement attrayante.

La grande vedette était sans conteste le C-130H Hercules immatriculé CH10 de la 20ème escadrille affichant le motif de ses 45 ans de service en combinaison aux 70 ans du 15ème wing venu vraisemblablement en hommage au nouveau chasseur et ancien pilote de transport.

Pour être complets, il convient de signaler la présence des SIAI-Marchetti SF260D (ST-43), NH90 TTH (RN08), Embraer Xingu français (064/YY), Agusta A109 (H44), Eurocopter Colibri français (F-HBYJ/1646) et les Super Cub (LB-03) et planeur Grob Twin Astir (PL85/OO-YTC) des Cadets de l’Air chez qui le rêve de voler prend racine…

La cérémonie s’est clôturée par un défilé aérien ouvert par trois Alphajet mené par l’AT17 avec deux appareils français comme ailiers, un box formé de deux F-16BM et de deux F-16AM, les quatre SIAI-Marchetti SF260M de la patrouille des Diables Rouges et deux Agusta A109, dont un en conformation MEDEVAC.

Au total, une superbe cérémonie de bienvenue des nouveaux pilotes dans la grande fraternité des ailes.

Les nouveaux brevetés saluent les autorités et l’assistance avant qu’il ne soit procédé à la remise de leurs ailes.

Voilà les huit jeunes brevetés posant avec une légitime fierté, car sacrés membres de la grande confrérie des pilotes.

Ils n’ont pas failli à la tradition du rituel lancer de képi.

L’Alphajet AT24 a été spécialement décoré pour les cent ans d’existence de la 11ème escadrille, dont l’emblème est la chauve-souris.

Passage des Alphajet belge et français pour saluer les nouveaux pilotes.

La filière franco-belge de formation au pilotage d’hélicoptères commence à Dax où l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) a externalisé la formation initiale au pilotage à la société privée Hélidax qui utilise à cette fin une flotte d’Eurocopter Colibri à la livrée écarlate.

Le C-130H immatriculé CH10, décoré pour le double anniversaire des 70 ans du 15ème wing et les 45 ans de service du C-130H, avait fait le déplacement jusque Beauvechain pour rendre hommage à l’un des leurs passé à la chasse et qui a reçu son brevet lors de cette cérémonie.

Le même jour enfin d’après-midi le CH10 se présente en courte finale sur la piste 25 de Zaventem afin de rentrer au bercail.

Jean-Pierre Decock

Jean-Pierre Decock

Brevet B de vol à voile en 1958. Pilote privé avion en 1970. Totalise 600 heures de vol dont 70 d’acro. Un œil droit insuffisant empêche toute carrière dans l’aviation. (Co-)Auteur et traducteur de 41 ouvrages d’aviation publiés en 4 langues depuis 1978. Compétences: histoire, technique et pilotage (aviation civile, militaire ou sportive).

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur. En continuant à surfer sur Internet, vous acceptez notre politique de confidentialité et d’utilisation de cookies. Accepter Lire Plus