-A A +A

A la mémoire de l’équipage du K-14

Prestwick, le 20 août 2009. L’Embraer ERJ145 du 15ème Wing vient de se poser sous un ciel bas et lourd comme un couvercle… Des représentants du Dumfries & Galloway Aviation Museum avec leur président David Reid à leur tête accueillent une importante délégation belge, composée de représentants de l’ASBL Dakota (Anciens du 15ème Wing) et de l’ASBL Hangar Flying, les instigateurs du projet conjointement au musée écossais, ainsi que de nombreux membres actuels du 15ème Wing emmenés par leur Chef de Corps, le Colonel Bernard Flamang, de même que le Lieutenant-Général (c.r.) Albert Debêche, 5ème Chef d’Etat-major de la Force Aérienne et ancien pilote de Dakota et le Lieutenant-Général (c.r.) René Hoeben, président de l’ASBL Dakota.

Cet acte de mémoire consistait en l’inauguration d’une plaque commémorant la première disparition tragique d’un équipage de transport de la toute jeune Force Aérienne Belge : c’était en 1947 et c’était en Ecosse…

L’Embraer ERJ145 (CE-04) du 15ème Wing au départ de Prestwick dans la soirée du 20 août 2009 sous un ciel bas et lourd, typiquement écossais. Les natifs prétendaient que c’était une journée dont le temps n’était pas trop mauvais quand même…

Fin tragique pour le C-47B D896/K-14
Le Douglas C-47B Skytrain (comme on l’appelait chez les Américains) ou Dakota (comme on l’appelait à la Royal Air Force et à la Force Aérienne Belge), fraîchement racheté en septembre 1946 aux surplus de la United States Army Air Force, d’où son immatriculation D896 imputable à son serial number américain 43-48896 (auquel devait se substituer la belge K-14), décollait le 10 avril 1947 de l’aérodrome d’Evère, dans la banlieue nord de Bruxelles, à destination de Prestwick en Ecosse. L’équipage de l’appareil, appartenant alors au Wing 169/squadron 366, se composait du Capitaine Roger Loyen (commandant de bord), de l’Adjudant André Dierickx (navigateur) et de l’Adjudant Felix Curtis (radio de bord). L’avion emmenait encore le Capitaine Olivier Lejeune, l’Adjudant Michel Cardon et l’Adjudant André Rodrique qui devaient ramener un Airspeed Oxford de Prestwick à Evère. Le K-14 devait également rapatrier les équipages de deux autres C-47B belges amenés chez Scottish Aviation à Prestwick pour une grande révision. L’un d’entre eux était piloté par le Capitaine Albert Debêche (D413/K-5) et l’autre par le Capitaine Albert Henry (D590/K-10).

L’équipage qui a amené et ramené les nombreux participants à la cérémonie à bon port : à gauche, le Commandant Paul Gielis et, à droite, le Lieutenant-Colonel Patrick Mollet; le steward de bord était l’Adjudant F. Van de Velde.

Les conditions météorologiques étaient extrêmement défavorables ce jour-là sur le sud-ouest de l’Ecosse et les crêtes des nombreuses collines qui la jalonnaient étaient noyées dans la base des nuages. C’est la raison pour laquelle la tour de contrôle de Prestwick préconisait une approche plein ouest, par la mer, ce que fit Albert Debêche qui y atterrit à 14H20. Albert Henry décida, vu le temps particulièrement adverse, de se poser à Silloth à quelques 150 kilomètres plus au sud.

La ligne des collines des « Rhinns of Kells » photographiée un jour de temps écossais « potable »… Le site du crash du Dakota K-14 se situe derrière le bosquet sur la pente descendante de la colline à droite de la photo : on comprend mieux les risques qu’il y a à voler sous le plafond nuageux dans cette contrée.

Le Capitaine Roger Loyen opta pour une approche directe par l’intérieur des terres et appela Prestwick à 13H44 pour signaler qu’il estimait y atterrir à 14H50. Le Dakota volait à 2.500 pieds (750 mètres) et Prestwick lui ordonna de grimper à 4.500 pieds (1.350 mètres), étant donné que la route l’amenait sur la dorsale des « Rhinns of Kells » et ses chaînes de collines traîtreuses qui culminaient entre 700 et 810 mètres. Il est présumé que le pilote avait l’intention de voler en vue du sol en passant par les vallées sinuant entre les collines, car il signala à 14H20 que son altitude était de 600 mètres par rapport au sol. La tour de Prestwick rappela le Dakota belge aussitôt avec l’injonction de remonter à 4.500 pieds, vu la dangereuse proximité des hautes collines masquées par la base des nuages. L’équipage ne répondit pas, car à 14H31 il percuta la « Carlin’s Cairn » à environ 100 mètres du sommet (808 mètres), comme le confirma John Carruthers, habitant « Forest Lodge », une construction isolée à proximité du lieu du crash, et seul témoin du tragique événement. Il dit avoir vu passer le Dakota volant bas sous les nuages et entendit une soudaine remise des gaz, le pilote ayant sans doute aperçu la colline fatale et essayait de la sauter et puis ce fut l’explosion. Le témoin et son frère se mirent en route pour porter secours à l’avion accidenté et, après une marche scabreuse par monts et par vaux de 11 kilomètres sous la pluie, ils ne découvrirent que le désolant spectacle des débris éparpillés et les six corps sans vie de l’équipage.

Les diverses délégations assistant à l’inauguration de la plaque commémorative posent devant le T-33 ex-Force Aérienne Belge exposé au Dumfries & Galloway Aviation Museum. On reconnaît, au centre, le Révérend McKenzie, le Provost (bourgmestre) de Dumfries, l’honorable Jack Groom portant le collier daté de 1822 et confirmant son statut de premier citoyen de cette ville presque neuf fois centenaire et qui compte actuellement 35.000 âmes; à sa gauche, le Lieutenant-Général Albert Debêche, le Lieutenant-Général René Hoeben, le Colonel Bernard Flamang, Chef de Corps du 15ème Wing et, à l’extrême droite, le « piper écossais pur jus » Mr McDonald. Le FT-36 porte toujours sous sa canopée la mention de l’un de ses derniers pilotes, l’Adjudant Robert Dockière de la 11ème escadrille/9ème Wing Training, réputé pour sa voix tonitruante.

Les dépouilles furent descendues le lendemain par une équipe de la RAF et ce furent Albert Debêche et Albert Henry à qui échut la pénible mission d’identifier les victimes qui furent rapatriées le même jour par Dakota sur Evère où une chapelle ardente avait été dressée dans un hangar. L’enquête consécutive au crash détermina qu’aucune défaillance mécanique n’était à l’origine du tout premier accident létal du transport aérien militaire belge…

Le dernier vol d’un Dakota de la Force Aérienne Belge, en l’occurrence le K-8/OT-CND, fut effectué en mai 1976 avec le Lieutenant-Général Albert Debêche aux commandes ; il était à l’époque le Chef d’Etat-major de la Force Aérienne.


Inauguration de la plaque commémorative
Une plaque commémorative de ce tragique accident a été réalisée à l’initiative de l’ASBL Dakota et de l’ASBL Hangar Flying dont les animateurs, Frans Van Humbeek et Paul Van Caesbroeck, avaient reconnu et exploré attentivement le site du crash en mai 2008, grâce à la collaboration étroite des membres du Dumfries & Galloway Aviation Museum présidé par David Reid. C’est d’ailleurs dans le local emblématique de ce musée, à savoir une authentique tour de contrôle de la Royal Air Force de la 2ème guerre mondiale classée monument historique, qu’est apposée la plaque commémorative. C’est avec beaucoup d’émotion que le Lieutenant-Général (c.r.) Albert Debêche, en compagnie du Lieutenant-Général (c.r.) René Hoeben, a dévoilé la plaque à la mémoire de ses camarades, laquelle était jusqu’à cet instant solennel symboliquement couverte par une enseigne de la Force Aérienne. Le Révérend McKenzie prononça l’oraison d’usage, tandis que, dans la plus pure tradition écossaise, la cornemuse du « piper » McDonald égrena ses notes faisant vibrer l’assistance recueillie.

Un lunch fut offert aux visiteurs par la direction du Dumfries & Galloway Aviation Museum; à l’issue de celui-ci, une lithographie du C-47B D896/K-14 réalisée par l’artiste Robert Block et commanditée par Hangar Flying fut offerte au Lieutenant-Général (c.r.) Albert Debêche qui eût la délicate attention d’apposer sa signature sur celles offertes en souvenir au Lieutenant-Général (c.r.) Hoeben, au Colonel Flamang et au Chairman David Reid. La cérémonie se termina sur cette note empreinte de cordialité.

  Le Lieutenant-Général Debêche et le Lieutenant-Général Hoeben dévoilent la plaque dédiée à l’équipage du K-14/D896 disparu tragiquement le 10 avril 1947. La plaque, dissimulée jusque-là sous une enseigne de la Force Aérienne, révèle à présent tout son éclat.

Dumfries & Galloway Aviation Museum
Situé sur l’ancien aérodrome de Dumfries qui abrita diverses écoles de pilotage durant la guerre, ce musée fut fondé en 1977 afin d’exposer la vaste collection de moteurs et d’objets aéronautiques arrachés aux sites de crash de la dernière guerre. Dumfries était un aérodrome d’entraînement aux nombreux satellites et d’autres aérodromes se situaient à proximité, il y avait donc de très nombreux mouvements d’avions dans la région. La relative inexpérience des élèves pilotes et les détériorations soudaines des conditions météo sur un terrain au relief accidenté expliquent pourquoi quelques 500 avions se sont écrasés dans cette région d’Ecosse durant la seconde guerre mondiale.

A l’issue du lunch offert par le Dumfries & Galloway Aviation Museum, les Lieutenants-Généraux Debêche et Hoeben reçoivent la lithographie du Dakota K-14/D896 accidenté le 10 avril 1947. Le dessin est l’œuvre de Robert « Bob » Block et la lithographie a été commanditée par l’ASBL Hangar Flying.

Le musée (www.dumfriesaviationmuseum.com) expose ses riches collections de moteurs, hélices, maquettes, équipements et pièces diverses d’avions crashés sur les trois étages de l’ancienne tour de contrôle de RAF Dumfries, classée site historique. Au troisième et dernier étage, une salle d’opérations typique de la guerre a été reconstituée dans ses moindres détails (y compris les télétypes), ce qui est extrêmement rare parmi les musées d’aviation britanniques. Le terrain avoisinant immédiatement la tour permet d’exposer une quinzaine d’avions et d’hélicoptères, dont un Lockheed T-33 provenant de la Force Aérienne Belge (FT-36) et présenté aux couleurs belges. Les aéronefs exposés peuvent être touchés par le public et le cockpit de la plupart d’entre eux peut être examiné ou les visiteurs peuvent même y pénétrer, les canopées étant relevées, ce qui est vraiment très peu courant dans un musée !

Robert « Bob » Block présente, au nom de Hangar Flying, la lithographie signée par le Lieutenant-Général Debêche à David Reid, président du Dumfries & Galloway Aviation Museum qui a, et c’est tout à son honneur, parfaitement organisé la réception et la cérémonie en Ecosse.

Depuis ce 20 août, le Dumfries & Galloway Aviation Museum est aussi le gardien de la plaque apposée au rez-de-chaussée de la tour musée, au-dessus de la trappe tordue du poste de pilotage du K-14, rappelant ainsi l’accident fatal de l’équipage d’un Dakota belge dans ce coin d’Ecosse battu par les vents de l’Atlantique.

L’ASBL Hangar Flying et l’ASBL Dakota ont totalement assumé leur devoir de mémoire et Comopsair, ainsi que le Ministre de la Défense, l’ont entièrement soutenu. Qu’ils en soient remerciés, de même que le Dumfries & Galloway Aviation Museum dont la réception et l’organisation en Ecosse furent en tous points parfaites.

Jean-Pierre Decock
Photos: Paul Van Caesbroeck et auteur