-A A +A

Vol dans la drache nationale

Bruxelles, le 21 juillet 2011. 16H16, à bord de l’Airbus A330-300 de la Composante Air des forces armées et en compagnie de quelques deux cents passagers invités par le Ministre de la Défense, nous avons le privilège de participer au défilé aérien sur la capitale. Tous les avions étaient ponctuels au rendez-vous de la Place des Palais à Bruxelles, la célèbre drache nationale aussi: les traditions de la fête nationale ont donc été maintenues.

Deux heures plus tôt cependant, après l’enregistrement et en attendant l’embarquement, le temps sur Brussels Airport était particulièrement ensoleillé avec de ci, de là, quelques cumulus (de beau temps). L’attente à la terrasse de la cafétéria de l’aérogare militaire a permis de faire quelques beaux clichés d’avions de ligne mais aussi de quelques bonus surprises! Il y avait en effet un sommet européen les 21 et 22 juillet. C’est ainsi que l’Airbus A319 du premier ministre italien, Silvio Berlusconi, est arrivé sur le tarmac militaire vers 13H30, le autres participants avaient atterri la veille et étaient parqués au loin sur le tarmac d’Abelag, de l’autre côté de l’aéroport.
 
L’embarquement des grands groupes de passagers s’est effectué en bon ordre à partir de 14 heures, suivi du décollage de l’Airbus A330 à 15H13 de la piste 25 droite pour rallier Heist-op-den-Berg et y orbiter à basse altitude en attendant les autres appareils du 15ème Wing participant au défilé aérien, à savoir quatre C-130H Hercules de la 20ème escadrille et deux Embraer ERJ 135/145 de la 21ème escadrille. Une fois le dispositif imbriqué, le parcours vers l’ouest a été enclenché en direction de la Côte. A l’est de Bruges, la formation a viré pour passer par le travers de l’aérodrome d’Ursel, piste de diversion de l’OTAN, et ensuite tourner à gauche à peu près en touchant l’autoroute E40. Dorénavant, le cap est à l’est, vers Bruxelles et le Palais Royal, point ultime de la navigation. Les Hercules et Embraer étaient devant, l’Airbus fermait la marche.
 
Peu après Gand, nous avons vu passer furtivement par bâbord les sept Alphajet à la queue leu leu qui se pressaient d’aller tirer leur panaches de fumées noir-jaune-rouge au-dessus le la capitale. Un peu plus tard, les F-16 encore plus furtifs passèrent sous l’Airbus, de bâbord à tribord. Alost défila bientôt sous nos ailes, le temps se dégradait pour devenir gris et pluvieux aux portes de Bruxelles et même carrément de la pluie battante en passant au-dessus de la tribune officielle. L’Airbus reprit alors de l’altitude en volant vers Beauvechain, le point tournant pour venir se poser sur la piste 25 gauche de Zaventem et rejoindre son paddock de l’autre côté de l’aéroport.
 
Au total, un vol de près d’une heure et demie extrêmement plaisant et pour lequel il convient de saluer l’équipage de la 21ème escadrille pour sa disponibilité et sa gentillesse très appréciées des passagers en ce jour de liesse nationale.
 
Texte et photos : Jean-Pierre Decock

Voir aussi "Drash national" du côté néerlandophone.