-A A +A

Un mois de juillet animé pour la Composante Air

Bruxelles, le 31 juillet 2015, nous voici au terme d’un mois estival très actif pour la Composante Air de la défense, et pas seulement par le défilé rituel à l’occasion de la fête nationale.

Retour de Jordanie
Le mois s’est ouvert en fanfare avec le retour à Florennes, le deux juillet, des six F-16AM basés en Jordanie depuis septembre 2014 pour l’opération Desert Falcon dans le cadre plus vaste de la mission Inherent Resolve dévolue à la coalition des états alliés afin de contrer les actions terroristes de l’Etat Islamique. Les six F-16 sont rentrés en Belgique d’un coup d’aile en survolant successivement Israël, Chypre, la Crète, l’Italie, l’Autriche et l’Allemagne pour se poser à Florennes en début d’après-midi. Quatre ravitaillements en vol ont été nécessaires à ce long vol et les appareils ont dû se scinder en une formation de quatre F-16AM suivie d’une paire, l’autorisation de survol à six avions du territoire autrichien demandée par voie diplomatique ayant été refusée par cet état. Il ne subsistait donc que la possibilité de se séparer en deux éléments, sans que cela ne pose de problèmes particuliers. Le Général-major Frederik Vansina, Chef de la Composante Air, et le Colonel Thierry Dupont, Chef de Corps du 2ème wing, étaient venus saluer les pilotes à leur descente d’avion. Deux des six pilotes se sont livrés de bonne grâce à l’interview des médias, malgré ce long périple d’autant plus éprouvant qu’ils portaient sur eux leur barda de survie et de sauvetage en cas d’ennuis au-dessus de la mer ainsi que leur casque JHMCS (Joint Helmet Mounted Cueing System ou système de détection monté sur le casque de vol), une formidable pièce de haute technologie pour le combat aérien, mais qui pèse près de deux kilogrammes et qu’ils ont gardé sur la tête sous le soleil ardent de ce début juillet parce que cela leur garantit l’anonymat photographique, précaution nécessaire, eu égard aux agissements des terroristes qui ne connaissent pas de frontières. Du reste, la consigne fut clairement donnée aux représentants de la presse de ne pas identifier ni de photographier les pilotes à visage découvert pour des raisons évidentes de sécurité.

Le bilan de l’opération a été présenté à la presse le 20 juillet par le Général-major Aviateur Frederik Vansina, chef de la Composante Air. Les aviateurs belges ont mené, durant ces dix mois de déploiement au Moyen-Orient, 796 vols en territoire hostile et ont prononcé 163 attaques sans dommages collatéraux. Les Belges, dont le professionnalisme est reconnu unanimement par leurs partenaires, ont pris à leur compte 5,5% de la masse totale des missions de la coalition. L’opération s’est terminée fin juin 2015 pour cause de restrictions budgétaires, mais devrait vraisemblablement être reconduite dès l’été 2016 à la suite de la KLu (Koninklijke Luchtmacht néerlandaise) dans le cadre d’accords Bénélux spécifiques.

Voir aussi l’article « Desert Falcon, premier bilan » du 24 avril 2015 sur ce site.

Répétition générale
Le vendredi 17 juillet, le service information et relations presse de la Composante Air avait mis les petits plats dans les grands pour la répétition du défilé aérien de la fête nationale. Le briefing du vol du C-130H (CH-12) de la 20ème escadrille fut exposé. Ce quadrimoteur devait s’envoler seul pour reconnaître le trajet devant l’amener à survoler l’agglomération bruxelloise et le palais royal afin de prendre ses repères pour mener le trio de C-130H lors du défilé le 21 juillet.

En milieu d’après-midi, transportés jusqu’aux arcades du Cinquantenaire, l’opportunité fut donnée de voir et de photographier le vol de reconnaissance menée individuellement par chaque leader des diverses formations appelées à défiler sur la capitale le jour de la fête nationale. Les douze appareils étaient pile dans l’axe de la rue de la Loi et du parc du Cinquantenaire, mais en contre-jour sous un soleil radieux ce qui, combiné à leur vitesse appréciable, rendait les prises de vues photographiques problématiques.

Double ban à Kleine-Brogel
Le lundi 20 juillet, le nouveau Chef de Corps du 10ème wing, le Colonel Aviateur Geert De Decker (qui succédait au Colonel Aviateur Paul Desair le 3 juillet), accueillait le Ministre de la défense, Steven Vandeput, venu effectuer un vol en F-16BM, en l’occurrence le FB-23. Le ministre a effectué son vol en compagnie du FB-18 dont le « backseat » (siège arrière) était occupé par le Général Aviateur Gérard Van Caelenberge, CHOD (Chief Head of Defense) qui, pour la circonstance, bouclait sa 4.000e heure de vol : un beau palmarès pour une belle carrière d’officier aviateur.

Il est arrivé enfin, le défilé tant attendu
Le défilé aérien du 21 juillet 2015 a subi une cure d’amaigrissement par rapport à celui des années précédentes. Aucun « avion blanc » de transport de passagers n’a pris l’air et seuls quelques privilégiés des grands médias nationaux ont pu voler en SF260, F-16B, Sea King ou C-130H Hercules. Notre confrère Tom Brinkman en était et a pu vivre le défilé à bord du Sea King RS02 qui a décollé de Coxyde en compagnie du NFH90 RN03 pour venir survoler le palais royal avant de regagner son port d’attache au large de la Mer du Nord.

Au total, 34 aéronefs ont survolé Bruxelles, au lieu de la bonne cinquantaine habituelle; cinq appareils de réserve avaient également pris l’air, quittant leurs petits camarades aux abords de l’agglomération.

Des deux thèmes retenus pour le défilé cette année, le premier mettait en évidence le noyau dur des capacités opérationnelles de la Composante Air avec les chasseurs-bombardiers F-16AM, les avions de transport et de projection lointaine C-130H de même que les tout nouveaux hélicoptères NH90 MTH de transport tactique et NFH90 de recherche et sauvetage en mer mais pouvant aussi être embarqués à bord des frégates de la Composante Marine pour des missions à longue distance.

Le second thème du défilé de 2015 illustrait la mutualisation franco-belge en matière de formation des pilotes de chasse, de transport et d’hélicoptères, un contrat qui fonctionne à l’entière satisfaction des deux parties depuis onze dans déjà… Les appareils qui défilèrent en soutien de ce thème furent les Alphajet (qui tiraient aussi les fumigènes aux couleurs nationales, comme à l’accoutumée, pour l’ouverture du défilé), le bimoteur Xingu de l’école d’Avord et l’hélicoptère Colibri venu de Dax.

Le NFH90 défilait pour la première fois sur Bruxelles et le Sea King pour l’avant-dernière, sinon la dernière fois, cet hélicoptère devenu légendaire devrait être retiré du service fin 2016, après quarante ans d’éminents services sous les cocardes tricolores (le RS01 se trouve au Musée de l’Air depuis le 17 décembre 2008 et le RS03, à bout de potentiel, a été mis au sol le 29 août 2013).

Un mois de juillet animé pour Comopsair et, bien qu’amaigri, le défilé des ailes belges avait quand même fière allure, comme l’ont reconnu les nombreux citoyens venus saluer et complimenter leurs forces armées en ce jour de liesse nationale.

Jean-Pierre Decock