-A A +A

Rénovation du Mémorial Spitfire: avant – pendant – après

Florennes, le 4 décembre 2012 au Mémorial Spitfire / Musée Colonel Aviateur Raymond Lallemant qui vient de subir un important chantier de rénovation.
 
C’est en effet le 12 septembre 1992 qu’avait été inauguré le superbe bâtiment du Mémorial Spitfire conçu pour mettre en valeur le Spitfire XIV superbement remis à neuf par feu l’Adjudant « Pépé » Delmotte. Ce lieu exposait également une collection d’objets et de documents historiques rares relatifs à la base de Florennes. Ce projet ambitieux d’une facture architecturale peu banale avait abouti grâce à la ténacité et au travail considérable d’une équipe d’enthousiastes de la base sous la présidence du Colonel Aviateur Xavier Janssens, l’instigateur du projet alors qu’il était chef de corps du 2ème Wing.
 

 

Avant: Le Spitfire XIV sur son socle tel qu’il apparaissait en avril 2010. A noter: les doubles cadres métalliques de support des spots fixés au plafond.
 

 

Avant: Toujours le RL-D, cette fois vu de face, toujours en avril 2010.
 
A l’époque, un double cadre métallique supportant de nombreux spots avait été assujetti à la belle charpente pyramidale du toit du bâtiment, en conformité aux techniques prévalant au début des années 90. Plus de vingt ans se sont donc écoulés depuis et ces cadres étaient d’un accès compliqué pour remplacer les nombreux spots qui claquaient à intervalles réguliers et qui, par ailleurs, donnaient une lumière très forte, pour ne pas dire aveuglante, rendant toute prise de vue photographique tant soit peu aléatoire.
 

 

Pendant: Le Spitfire XIV sous emballage de protection en préambule au remplacement des cadres de support des spots et de la rénovation du toit pyramidal du mémorial à l’automne 2012. (Jean-Pierre Mineo)
 
La décision de rénover fut donc prise et son exécution s’est achevée à l’automne 2012. Les travaux concernaient le remplacement par un seul des deux cadres portant les spots au-dessus du Spitfire. Contrairement aux apparences, l’entreprise n’était pas simple du tout. Déplacer le Spitfire posé sur son socle était hors de question et il a donc fallu le protéger valablement avant de l’encager dans les échafaudages permettant aux spécialistes d’accéder aux structures situées haut dans le vide de la charpente pyramidale. Ces travaux périlleux ont été exécutés avec maîtrise et le résultat est une réussite: l’éclairage du Spitfire est d’une facture nettement meilleure et la charpente de bois, rénovée aussi pour l’occasion, montre mieux son architecture épurée. Du beau travail, bravo à l’équipe gestionnaire du mémorial.
 

 

Pendant: protégé et encagé durant l’automne 2012. (Jean-Pierre Mineo)
 

 

Après: le Spitfire vu de face sous le nouveau cadre unique de support des spots à la luminosité moins « agressive ».
 
Mais le musée de la base de Florennes n’est pas une institution figée et, lors de notre visite, nous avons découvert, entre autres nouveautés, des panneaux retraçant les phases de développement de Florennes depuis les origines de l’aérodrome en 1942 jusques et y compris les opérations récentes en Afghanistan et en Lybie auxquelles l’unité à pris une part active.
 

 

Une partie du staff du musée, de gauche à droite: le Colonel Aviateur (e.r.) Xavier Janssens président et fondateur du Musée Colonel Aviateur Raymond Lallemant et ancien chef de corps du 2ème Wing, Alfred Lavandy, administrateur du musée et magistrat honoraire et l’Adjudant Jean-Pierre Mineo responsable enthousiaste et actif de l’ensemble muséal de Florennes; un événement majeur a empêché le Colonel Aviateur (e.r.) André Dambly, ancien chef de corps de Florennes et conservateur du musée, d’être de la partie.
 
En outre, une nouvelle vitrine est consacrée au Lieutenant-colonel Aviateur Eric « Toto » Bouzin qui fut flight leader à la 1ère escadrille sur Spitfire XIV au tout début de la base en janvier 1947 et qui est décédé en janvier 2009 après une carrière bien remplie à la Force Aérienne. S’y trouvent également, un vitrail à l’emblème du 349 (Belgian) squadron de la RAF dans la vitrine consacrée au Colonel Aviateur Raymond « Cheval » Lallemant, premier chef de corps du 2ème Wing et as sur Typhoon au squadron 609 de la Royal Air Force durant la 2ème guerre mondiale. Pour faire bonne mesure, le fanion de la 350, l’autre squadron belge de la RAF, se trouve dans une vitrine à proximité. Cette unité est basée à Florennes depuis 1996.
 

 

Gros plan sur le cockpit complet du simulateur de vol F-16, la dernière acquisition du musée.

 

 

Le prototype de la version 5 du drone Epervier de conception et de fabrication belge est une autre acquisition récente qui rappelle que la 80ème escadrille UAV opère à partir de Florennes depuis octobre 2010.

D’intéressantes nouveautés ont rejoint le grand hall d’exposition qui est en quelque sorte l’annexe du Mémorial Spitfire. D’abord le simulateur de vol F-16 complet arrivé très récemment ainsi que le prototype (haut en couleurs) de la série de drones Epervier de conception et de fabrication belge, dont 49 exemplaires servirent à l’armée belge jusqu’à leur retrait en septembre 1999; notons que la 80ème escadrille dotée de drones (ou UAV) B-Hunter a fait mouvement d’Elsenborn vers Florennes en octobre 2010. Autre acquisition récente, les débris importants du moteur en étoile BMW d’un Focke Wulf Fw 190 abattu par un P-38 Lightning américain lors de son décollage de Florennes en 1944 et qui vient d’être déterré il n’y a pas longtemps à l’instigation de Nicolas Clinaz, membre du 2ème Wing très actif dans le domaine de l’archéologie aéronautique. Pour terminer par un clin d’œil, un mannequin de mécanicien anime dorénavant le Tiger Moth frappé de la comète emblématique de la 2ème escadrille du 2ème Wing.

 

 

Elément déterré récemment, la double étoile de cylindres du moteur BMW du Fw 190 qui a été abattu lors de son décollage de Florennes par un P-38 Lightning américain en maraude.
 
Beaucoup de nouvelles choses à voir au Musée Colonel Aviateur Raymond Lallemant, lequel est plus que jamais un ensemble muséal de grande qualité parmi les meilleurs, sinon le meilleur, de ce type implanté sur une base aérienne en Belgique. Il mérite non seulement une visite, mais aussi votre soutien.
 

 

Le Tiger Moth exposé s’est vu adjoindre un crew chief.
 
Devenez membre et soutenez le musée en versant la modique cotisation annuelle de 15 euros au compte BE40001194852363 / BIC: GEBABEBB au nom de Base J. Offenberg – Musée Col, rue H. de Rohan-Chabot 120 à 5620 Florennes. En récompense pour votre contribution, vous disposerez d’un accès au magazine électronique « Taïaut » édité par la base de même qu’à certains privilèges réservés aux seuls membres, comme l’entrée sur la base le 21 juillet, jour de grande animation pour cause de défilé aérien à l’occasion de la fête nationale.
 
Voir aussi l’article ‘Le Mémorial Spitfire à Florennes’ paru sur ce site en 2010 (www.hangarflying.be/nl/node/256).
 
Texte et photos: Jean-Pierre Decock