-A A +A

Le Boeing 737-200 et sa carrière belge

Zaventem, 3 novembre 2012. En cette période de grisaille et de courtes journées, l’activité spotter se réduit et nous permet de faire un petit retour en arrière sur une famille d’avions qui a connu et connait encore une carrière extaordinaire, tant en Belgique qu’au niveau mondial, le Boeing 737.Nous nous intéressons ici plus particulièrement à la première génération du célèbre biréacteur, le B737-200, et à ses divers utilisateurs belges.

Effectuant son premier vol en avril 1967, cet appareil sera, avec son concurrent le DC-9, le premier biréacteur moyen-courrier économiquement exploitable. Utilisant le même diamètre de fuselage que le Boeing 707, il permet un aménagement en deux fois trois sièges-passagers par rangée et est compatible en cargo avec les containers et palettes utilisées sur les autres types d’avions Boeing (707 et 727). La première génération de Boeing 737 (les modèles -100 et -200) est équipée de turboréacteurs Pratt & Whitney JT8D-15. Le kérosene est très bon marché à l’époque et les nuisances sonores n’ont pas encore généré l’attention des politiques. Boeing réussit à vendre pas moins de 1.118 B737-200 et livrera le dernier en 1988. Il sera alors remplacé par les versions -300, -400 , -500 équipées du turbofan CFM-56 plus sobre en consommation et moins bruyant, désormais connu sous l’appelation « 737 Classic » et construits à 1.984 exemplaires. Ils seront à leurs tours remplacés par les B737NG (pour « new generation ») à partir de 1997, et une quatrième génération, le B737MAX, a été annoncée en juillet 2011 avec un premier vol programmé en 2016. Toutes versions confondues, à ce jour plus de 9.300 commandes ont été enregistrées et plus de 7.000 Boeing 737 ont été produits et il est prévu de produire quarante machines par mois en 2013!

Au début des années septante, la Sabena s’intéresse au Boeing 737 pour le remplacement de ses Convair 440 et de ses Caravelles. La première génération, dans ses versions -200, a été le cheval de bataille non seulement de la compagnie nationale sur son réseau européen, mais aussi l’avion qui a permis le véritable démarrage des activités charter de plusieurs compagnies belges qui ont marqué la période des années septante à nonante.

Entre la livraison à la Sabena du premier Boeing 737-229 (OO-SDA) le 6 mai 1974 et la radiation du dernier (OO-SDN) le 27 février 2001, pas moins de trente-cinq B737 de la première génération ont été immatriculés en Belgique auprès de six compagnies différentes (Sabena, Sobelair, TEA, Abelag Airways, Air Belgium et Skyjet). La Sabena a non seulement introduit le premier appareil de ce type dans notre pays, mais en a aussi été le dernier utilisateur belge, soit presque 27 années consécutives d’exploitation. Elle a utilisé pas moins de seize B737-229, dont quatre en version convertible (-229QC) cargo-passagers. C’est aussi l’avion qui a succédé aux Boeing 707 de la Trans-European Airways, qui en a opéré une douzaine de 1976 à 1989. Troisième utilisateur belge, la Sobelair a réceptionné son premier B737-229 en 1978, et en a opéré trois en propriété, plus quatre machines louées à la Sabena et des locations saisonnières auprès notamment de Air Belgium. Cette dernière est née en tant qu’Abelag Airways, qui introduit le B737-2P6 OO-ABB en janvier 1980, et se transforme en Air Belgium en mai de la même année. Deux autres B737-200 s’ajouteront à la flotte (OO-RVM en 1981 et OO-PLH en 1982), et un appareil de la Sobelair sera loué pour la saison estivale 1985. Il faut aussi mentionner en 1990 les quatre immatriculations de B737-200 sur le registre belge par Skyjet, même s’il s’agissait avant tout d’une procédure administrative entre deux ventes, et que ces appareils n’ont jamais volé sous leurs marques belges (OO-PHC, -PHE, -PHF, -PHG). Les activités charter étaient beaucoup plus saisonnières que de nos jours, et pour rentabiliser leurs avions les compagnies effectuaient en basse saison de fréquentes sous-locations à d’autres opérateurs aux quatre coins du monde, avec pour le plaisir des spotters, une variété de changement de livrées et d’immatriculations.

Au fil des années, la hausse du prix du pétrole et les restrictions opérationnelles au niveau du bruit ne permettent plus l’exploitation des B737 de la première génération en Europe. Ils seront remplacés soit par des Airbus monocouloirs (à la Sabena et chez Air Belgium), soit par des Boeing 737 Classic (chez Sobelair et TEA). Mais cela c’est une autre histoire sur laquelle nous espérons revenir dans Hangar Flying dans les prochains mois.

Texte et photos: Guy Viselé