-A A +A

Développement de la base aérienne de Florennes – le F-84F Thunderstreak 1955-1971

Florennes, le 29 août 2014. Nous profitons de notre passage sur la base pour acquérir un exemplaire du tome 2 de l’histoire de la base, le premier étant sorti de presse en mai 2012.

 

Nous avons dit alors tout le bien que nous en pensions et maintenons résolument notre point de vue pour le tome 2 qui est tout aussi excellent et, d’une certaine façon, aussi monographique dans la mesure où il est entièrement consacré à la période opérationnelle des Republic F-84F Thunderstreak dont 197 exemplaires furent repris aux inventaires de la Force Aérienne Belge et demeurèrent en service au 2ème wing pratiquement durant dix-sept ans. Cette époque est par ailleurs très intéressante sur le plan historique, car elle comprend les situations de grande tension de la « guerre froide » qui en était alors à son paroxysme. L’auteur développe le sujet avec pertinence et sur le mode de la chronique, comme pour le volume précédent. L’option de la chronique, donc chronologique, est un choix judicieux de l’auteur car il fait de cet ouvrage de référence également un livre plaisant à lire tant il fourmille d’anecdotes, d’histoires de pilotes et de moments captivants – et parfois dramatiques – mois après mois, année après année.

Le fameux FU-52 de José Marette dans sa décoration initiale pour les saisons 1963 et 1964. (Archives Jean-Pierre Decock)
Un second Thunderstreak fut décoré de façon nettement plus voyante et muni d’un dispositif d’émission de fumigène réalisé par la mécanique du 2ème wing pour les présentations du Major José Marette en 1965 et 1966. (Photo Michel Terlinden)

L’iconographie est abondante et se répartit optimalement entre photographies d’avions, de pilotes et d’infrastructures. L’intérêt historique du livre est indéniable et en fait un document hautement recommandable ainsi que plaisant à lire, car truffé de récits et de comptes-rendus à chaud des protagonistes des événements relatés, y compris les péripéties vécues par André « Phil » Dambly, alors jeune pilote de F-84F à Florennes. Il deviendra d’ailleurs chef de corps du 2ème wing une vingtaine d’années plus tard.

Un petit reproche cependant – et c’est d’ailleurs le seul – concernant l’absence de documents en couleurs alors que plusieurs Streaks furent parés de livrées flamboyantes et effectuèrent plus d’une démonstration époustouflante durant de nombreux meetings aériens en Belgique autant qu’à l’étranger… On frémit encore en évoquant les présentations au radada à couper le souffle avec le Major José Marette aux commandes d’un Thunderstreak et de celles, non moins spectaculaires, de l’Adjudant-chef « Dupe » Dupont qui lui succéda à la fin des années soixante. Le sujet est néanmoins fort bien abordé et développé dans le livre.

Le FU-52 reçut une nouvelle décoration lorsque l’Adjudant-chef Jean-Marie « Dupe » Dupont de la 2ème escadrille devint le démonstrateur officiel du F-84F en 1967. (Photo André Dambly via André Van Haute)
La 3ème escadrille du 2ème wing à l’emblème de la feuille de houx fut la première à recevoir en septembre 1955 des Republic F-84F Thunderstreak dont les dérives étaient ornées de stries obliques vertes telles que sur cette photo de 1957. Cette escadrille eut une existence éphémère sur F-84F car elle fut dissoute en octobre 1961. (Photo André Van Haute)

Félicitations au Colonel Aviateur BEM (e.r.) André « Phil » Dambly pour ce second opus magistral sur la base de Florennes. Nous attendons avec grande impatience la sortie du 3ème tome consacré au Mirage V qui ne pourra qu’être d’aussi bonne facture que les précédents!

« Développement de la base aérienne de Florennes – le F-84F Thunderstreak 1955-1971 » par le Colonel Aviateur BEM e.r. André Dambly aux Editions Namuroises; un ouvrage de 415 pages richement et judicieusement illustré de très nombreuses photos en noir et blanc. Disponible au prix de 25 euros au Mémorial Spitfire de Florennes, tous détails pour les heures d’ouverture et l’achat par correspondance disponibles sur le site www.museespitfire.be

Jean-Pierre Decock