-A A +A

Crash B707 SABENA à Berg: le livre !

Berg, le 15 février 1961: jour fatidique du crash le plus meurtrier de toute l’histoire de la SABENA. Toutes les personnes à bord du Boeing 707 (61 passagers, y compris l’équipe nationale américaine de patinage artistique, et 11 membres d’équipage) ainsi qu’une personne au sol y laissèrent la vie. La presse et l’opinion publique de l’époque étaient d’autant plus stupéfaites que la mise en service des avions de ligne à réaction était unanimement reconnue comme un progrès révolutionnaire et que la SABENA figurait parmi les compagnies aériennes pionnières en la matière. J’étais un jeune collégien à l’époque et cette catastrophe inopinée prit aussitôt la dimension d’un drame national.

Couverture du livre qui vient de paraître « SABENA 548, de laatste vlucht van Juliet Bravo » par Kevin Cleynhens, édité par l’ASBL Hangar Flying avec le soutien de la commune de Kampenhout.

C’est ce drame national que Kevin Cleynhens a investigué et le résultat de ses recherches approfondies et de ses très nombreuses entrevues avec des personnes qui ont été exposées à la catastrophe ou avec des témoins privilégiés ou encore  les familles ou proches des victimes est consigné dans le livre « SABENA 548, de laatste vlucht van Juliet Bravo. Berg 15 februari 1961, 10.05 uur. » L’auteur décrit d’abord le contexte de l’époque et la mise en service des Boeing 707 à la SABENA au début des « golden sixties », ce dont les Belges étaient alors légitimement fiers.

La seule photo en couleurs de l’OO-SJB prise durant l’été 1960 à Heathrow (Londres), soit six mois environ après sa mise en service et à peu près six mois avant son crash fatal. (Photo Norman D. Welch)

Il nous livre ensuite le fruit de ses investigations poussées au sujet de ce crash qui a marqué notre mémoire collective. Tant sur le plan technique que sur le plan humain, les informations recueillies et assemblées par Kevin Cleynhens font autorité. Le livre passe en effet à la loupe tous les aspects techniques associés au crash ainsi que ses causes probables. La conduite professionnelle de l’équipage y est aussi abordée avec beaucoup d’acuité.

A Berg après le crash du 15 février 1961, on peut remarquer parmi les débris, à droite, la dérive du Boeing 707 marquée au S de la SABENA, logotype introduit à l’occasion de l’Expo 58. (Photo SABENA via Willy Crenier)

Rien n’a été négligé et tout est restitué de façon précise, nette, structurée mais cependant condensée et en aucun cas fastidieuse à lire dans cet ouvrage de 96 pages abondamment illustré de documents contemporains. L’évocation circonstanciée de cet événement terrible pour les ailes civiles belges a été rendue possible grâce à l’implication totale de l’auteur Kevin Cleynhens et le soutien de l’ASBL Hangar Flying, de la commune et du bourgmestre de Kampenhout-Berg.

L’auteur, Kevin Cleynhens, en pleine interview de Robert « Bobby » Laumans, instructeur à l’époque, en août 2010 dans le cockpit du Boeing 707 OO-SJA conservé au Musée de l’Air de Bruxelles. (Photo Jean-Pierre Decock)

Félicitations à Kevin Cleynhens pour le travail accompli que l’on n’hésitera pas à qualifier de magistral !

Pour se procurer le livre « SABENA 548, de laatste vlucht van Juliet Bravo », CLIQUEZ ICI
Au prix (très démocratique) de €14 (plus €3 de frais d’envoi éventuel), dépêchez-vous, car le tirage est limité !

Jean-Pierre Decock