-A A +A

Bussé Helikopters, Compagnie Hélico

Houthalen, 5 Avril 2011. Spécialiste du Bell 47, Erik Bussé a fait de sa passion son entreprise. Situé le long de l’autoroute E314 près de Hasselt, l’héliport privé de Houthalen (EBHT) abrite dans le hangar de la firme Bussé Helikopters pas moins de quatre Bell 47 de différents modèles, et un cinquième est en cours de révision.

Un Bell 47G3B1 de Bussé Helikopters.

Erik Bussé et le Bell 47
Il y a une histoire d’amour entre Erik, à la fois manager, pilote et instructeur, et le Bell 47.
Construit à plus de 6.000 exemplaires entre 1947 et 1973, ce fut le tout premier hélicoptère produit en grande série d’abord pour des clients militaires, mais c’est aussi le premier certifié civil au monde (le 8 mars 1946). Et il a été le premier exploité commercialement en Belgique. La SABENA fut un pionnier de la voilure tournante et utilisa pas moins de trois Bell 47D-1 pour le transport de courrier (de 1950 à 1954 ), puis un Bell 47H-1 (de 1957 à 1962) qui fut opéré par l’expédition antarctique belge au pôle sud et est maintenant préservé au Helicopter Museum de Weston-super-Mare en Angleterre.

Erik Bussé aux commandes du Bell 47J.

Erik Bussé commence à voler à Kiewit-Zonhoven dès l’âge de 13 ans. Il obtient son brevet de pilote de planeur à 16 ans. Il s’engage à l’armée en 1974. Il reçoit une formation de technicien au centre de Saffraanberg et passe à la Light Aviation où il s’occupe de la maintenance des différents types d’avions et d’hélicoptères en service (Piper Cub, Dornier 27, Britten-Norman BN-2, Alouette II, Puma). Il effectue sa formation de pilote privé avion sur Piper Cub au sein de l’Aero-Club FBA. Il quitte l’uniforme en 1988 et entame sa carrière civile chez TEAMCO, qui vient alors d’obtenir le contrat d’entretien pour les hélicoptères de la US Army basés en Europe du Nord. C’est le fameux programme TAM-2 qui verra passer en 5 ans pas moins de 150 Bell UH-1 (le « Hueye »), 150 Kiowa (version militaire du Bell 206 JetRanger), 15 Sikorsky H-60 Blackhawk et 3 Boeing CH-47 Chinook. Après un bref passage chez Heli-Fly, il devient Maintenance Manager du Service Center North d’Agusta à Liège.

C’est en 1999 qu’Erik Bussé crée sa société sous forme de bvba. Initialement basé à son héliport privé de Genk-Zuid, il se repositionne quelques temps sur l’ancien aéroport militaire de St.- Truiden-Brustem, avant de s’installer dans le parc industriel Centrum Zuid, dans un hangar du complexe de la firme de construction Piet Luys à Houthalen.

Le cercle du H délimite l’aire d’atterrissage devant le hangar de Bussé Helikopters à Houthalen.

La flotte
Sa flotte comprend à la fois des avions de propriétaires privés mis en exploitation par Bussé helikopters, et ses propres appareils. Composée principalement de Bell 47, elle comprend aussi un Bell 206B JetRanger assez unique: il est l’un des deux exemplaires européens certifiés pour pouvoir faire de l’instruction IFR en conditions VMC, et dispose pour ce faire d’un équipement IFR et auto-pilote complet. Une autre machine très intéressante est le Rotorway A600 Talon, hélicoptère léger biplace vendu en kit à des constructeurs amateurs, et pour lequel Erik apporte son assistance technique, ses conseils et sa supervision en support de l’importateur belge Delcopa. Il s’occupe également des vols d’essais avant la certification.

Le Rotorcraft 600 est un magnifique hélicoptère léger livrable en kit de construction amateur.

Mais c’est le Bell 47 qui est le plus utilisé, avec pas moins de quatre machines en ordre de vol et une cinquième en cours de révision. Parmi lesquelles deux des plus anciens 47 encore en service: la machine personnelle d’Erik, un modèle 47G équipé du moteur Franklin de 200 cv,  porte le numéro de construction 023, et date de 1948. Et le 47G en cours de reconstruction est l’un des plus anciens construits sous licence par Agusta, avec le numéro de construction 019.
Un 47G-2 motorisé en Lycoming 435, le OO-LRL, sert principalement à l’instruction.

Erik Bussé aux commandes (à droite) du Bell 47G2 OO-LRL.

La version la plus sophistiquée, le 47J, dispose d’une cabine plus grande, mieux profilée et carénée, et permet de transporter un passager supplémentaire, soit trois personnes en plus du pilote. Un exemplaire de cette version, le OO-FBR, est motorisé en Lycoming VO-540 de 260 cv. Deux exemplaires de cette version ont été à l’époque utilisés par l’US Air Force pour le transport du Président des Etats-Unis, à l’époque Dwight Eisenhower, et ce fut historiquement la seule fois qu’un engin à rotor monomoteur fut utilisé pour ces missions VVIP, preuve de la confiance en la sécurité de l’appareil.

Le OO-FBR est la version « J » du Bell 47: il peut emporter trois passagers en plus du pilote dans un environnement plus confortable et mieux caréné.

Les activités principales de la société sont l’écolage, la photographie aérienne, les baptêmes de l’air. Au niveau de l’écolage, Erik considère que le Bell 47 est malgré son âge la meilleure machine. Plus simple pour l’initiation et plus sûre en autorotation car il dispose d’un rotor à haute inertie et n’utilise que deux commandes principales, n’ayant pas de « governor » (régulateur).

Le tableau de bord et l’aménagement intérieur du cockpit en bulle de l’appareil personnel d’Erik, un Bell 47G rouge, ont été magnifiquement refaits.

Erik est l’un des rares membres belges et une autorité respectée de la Helicopter Association et aussi de la Bell 47 Association. Malgré la complexité croissante des règlemenatations tant aéronautiques qu’environnementales, il continue avec enthousiasme à communiquer sa passion pour l’aviation en général et l’hélicoptère en particulier, et à faire bénéficier son entourage d’une expérience unique dans le domaine des voilures tournantes.

Erik devant « ses » Bell 47.

Texte et photos: Guy Viselé