-A A +A

BSCA: nouvelles portes d’embarquement

Brussels South Charleroi Airport (BSCA), le 27 juin 2011. Inauguration officielle de quatre nouvelles portes d’embarquement (ou gates en jargon aviation) par André Antoine, Vice-président et Ministre wallon du budget et des finances en charge de la politique aéroportuaire, en compagnie de Justine De Jonckheere, la gracieuse Miss Belgique 2011.

Mise en service officiellement fin janvier 2008, la nouvelle aérogare implantée au nord de la plate-forme de Gosselies et jouxtant le parc Aéropole (dédié aux nouvelles technologies) répondait à l’accroissement spectaculaire du nombre de passagers transitant par BSCA. En effet, de quelques 300.000 au début des années 2000, leur nombre est passé en dix ans à trois millions et déjà, alors que nous n’en sommes qu’à mi-parcours, la barre des 5,8 millions de passagers devrait être franchie fin 2011. Ces chiffres témoignent mieux que des superlatifs de l’expansion continue de BSCA et des brillants résultats atteints par ce qui est dorénavant le second aéroport du royaume.

Ce succès reflète le dynamisme wallon mais est également dû pour une large part à l’arrivée des compagnies aériennes dites « low cost », dont le chef de file est incontestablement Ryanair, rejointe plus récemment par Jet Air Fly, Wizz Air et Jet4you, dont les vols au départ ou à destination e BSCA ont connu une croissance exponentielle.

Ces faits ont été rappelés par le Ministre Antoine qui, lors de son allocution, a souligné le fait que le site de BSCA avait permis la création de 571 emplois directs, auxquels il convient d’ajouter quelques 2.700 autres indirects: voilà de quoi donner encore un coup d’éclat à un blason, par ailleurs déjà bien rutilant.

L’apport de ces quatre nouvelles portes d’embarquement s’ajoutant aux douze existantes permettra de traiter ou de faire embarquer des passagers simultanément à bord de seize avions sur le tarmac: de quoi envisager avec confiance le transit de huit millions de passagers à très court terme et donc, pour BSCA, de voir l’avenir avec optimisme.

Texte et photos: Jean-Pierre Decock